30/06/2012 02:01:42
Cameroun. Des coupeurs de route braquent un véhicule des Chinois
Soixante millions Fcfa destinés au paiement du salaire des employés, emportés.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Soixante millions Fcfa destinés au paiement du salaire des employés, emportés.

L’entreprise des travaux publics chinoise dénommée Chinease coorporation company in Cameroon (Cccc) qui assure présentement le bitumage du corridor allant de Widikum dans la région du Nord-Ouest jusqu’à Enugu au Nigeria voisin, n’a pas payé ses employés mercredi 27 juin 2012 comme elle le projetait. Et pour cause, son chargé des affaires financières le nommé Shin Yo Wan a été victime d’un braquage. En effet, alors qu’il avait opéré le retrait de soixante millions F cfa auprès de l’agence Ecobank de Bamenda en mi-journée de mercredi, il se met en route pour Widikum, leur base. C’est ainsi que, renseignent des sources policières, Shin Yo Wan et le chauffeur Bayanag Silas qui le conduisait, seront victimes d’un braquage, au lieu dit Ngugong, village situé à 5 kilomètres de la ville de Bali et à environ 24 de  Bamenda. A en croire nos sources, le conducteur du véhicule Pick-up de couleur blanche immatriculé LT 019 BE, à bord duquel se trouvait le chargé des affaires financières de Cccc, s’était arrêté, « on ne sait trop pourquoi ».

Il était environ 13 heures. C’est ainsi que deux individus non encore identifiés, arrivent à bord d’une moto. Sans chercher midi à quatorze heures, ils brandissent des armes blanches (couteaux et poignards) aux deux occupants du véhicule et leur intiment l’ordre de leur remettre le pactole qu’ils venaient de retirer auprès de la banque. Argent destiné pour le paiement du salaire mensuel des employés de la Chinease cooporation company in Cameroon.  Shin Yo Wan n’aura pas autre  option. Il cède. Et les gros bras se sont saisis du sac contenant le magot avant de disparaitre sans crier garde.

Le chargé des affaires financières de Cccc et probablement le chauffeur Bayanag Silas n’en croient pas leurs yeux. Les forces policières du commissariat de sécurité publique de Bali, mises au parfum, arrivent sur les lieux, juste pour constater les faits car ces coupeurs de route avaient déjà fondu dans la nature. Bayanag Silas est interpellé et gardé à vue au commissariat. Il est soupçonné d’être de mèche avec les braqueurs. La raison fondamentale de son arrestation, renseignent nos sources, est liée au fait que ce dernier avait fait un stop (on ne sait trop pourquoi) avant l’arrivée des braqueurs. Au moment où nous mettions sous presse hier, il était encore en cellule au commissariat de sécurité publique de Bali (arrondissement du même nom) où une enquête a été ouverte.  

Donat SUFFO

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE