03/07/2012 03:45:50
Cameroun. Quand des illuminÚs investissent le champ politique
De Wambo le Courant à Tsala Essomba, en passant par  Bertin Kisob, Banda Kani et Cie… Le messie nouveau est arrivé. Ce n’est pas une marque de lessive ni un rasoir révolutionnaire qui remet les poils sur les cranes chauves. C’est Banda Kani, le nouveau prophète de Dieu pour le Cameroun.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Banda Kani

Idéologie. Banda Kani convoque Dieu au secours de Paul Biya

Le messie nouveau est arrivé. Ce n’est pas une marque de lessive ni un rasoir révolutionnaire qui remet les poils sur les cranes chauves. C’est Banda Kani, le nouveau prophète de Dieu pour le Cameroun.

Son Dieu? Paul Biya. Son église ? Le Nouveau mouvement populaire. Et si les siens ne l’ont point reconnu, il dit que Paul Biya est celui qui doit arriver. « Le pouvoir d’une part, et l’opposition d’autre part, n’ont pas compris la signification spirituelle de l’impasse politique qui sévit au Cameroun. Voilà pourquoi nous avons parlé de double impasse: impasse d’une opposition en retard sur le processus dialectique dans le pays, et impasse d’un pouvoir obnubilé par la conservation à tout prix du pouvoir. D’où la nécessité pour Dieu d’utiliser le chef de l’Etat, Institution à part dans notre agencement institutionnel, pour régler la crise ».

Et le prophète dit: « Pour que la transition réussisse au Cameroun, il faut remettre le chef de l’Etat au centre de celle-ci et non poser comme condition de la transition, la liquidation du président. C’est une question de sagesse ».

Les propos de Banda Kani, ex-président éphémère du Manidem ont été recueillis à l’occasion d’un point de presse organisé le 28 juin dernier à Douala, sous l’égide du Nouveau mouvement populaire. « Nous sommes rassemblés ici pour interpréter la situation politique de notre pays à la lumière de la perspective divine ». Disant que le Cameroun «revient d’une tentative de déstabilisation larvée qui avait pour finalité de recoloniser notre pays», ce projet politique était porté selon l’orateur, par une alliance de forces sociopolitiques internes et externes qui, sous le masque de la démocratie, avait organisé le subvertissement des institutions et « l’écartement du chef de l’Etat du pouvoir par tous les moyens ».

Pour conclure, le leader illuminé pense que Biya, «En déclarant la guerre à la corruption, en décidant de liquider la bureaucratie corrompue qui bloque l’avancée du pays, le Chef de l’Etat retrouve la conscience de son rôle historique. Nous tenons à rassurer le chef de l’Etat de ce que la nouvelle dynamique qu’il est en train d’insuffler à l’action gouvernementale rentre dans le plan de Dieu pour le Cameroun. Voilà pourquoi, il doit mener sans concession aucune, sans répit et sans aucune crainte, cet ultime combat jusqu’au bout. Nous l’invitons en toute humilité, à rechercher la face de Dieu en ce moment où il négocie le tournant le plus important de sa longue carrière politique» et prophétise que «le chef de l’Etat jouira d’une retraite digne et paisible dans ce pays ». Que ceux qui ont les oreilles entendent la voix qui crie dans le désert de misère multiforme.

Edking

Démarche. Dieu comme tremplin

Le Renouveau nous promettait « rigueur et moralisation ». Le peuple, fatigué des lois d’exception et avide de liberté s’engouffra dans ces slogans attrape-mouches sans recul, jusqu’au jour où il se rendra compte qu’il s’est fait enfiler profond, très profond.

Ni John Fru NdiPuis vint l’homme au poing levé. Une décennie plus tard, le poing s’est transformé en une main tendue vers le pouvoir et tous les pouvoirs. Le peuple une fois de plus s’est senti grugé par celui qui voulait changer le changement. La politique de l’éthique n’a jamais franchi le département du Noun et l’Undp s’est transformée, au fil des déboires et des compromissions, en « union naturelle pour la démocratie apaisée ».

Nous ne parlerons pas du chasseur de lion désormais sans crinière, ni du Mdr qui s’est enfermé dans ses barreaux, libre de tout engagement politique à droite comme à gauche. En attendant, la Dynamique cherche toujours le souffle introuvable afin de se dépêtrer du discours sociologique et pour tout dire sectaire qui lui colle à la peau depuis l’aventure parlementaire Rdpc, tandis que la bouffée d’oxygène Kah Walla sonde une greffe politique, en attendant la lame de fond qui la mettrait sur orbite.

Que reste-t-il au peuple cocu par tant d’amoureux instables et peu consistants ? La nature ayant horreur du vide, des visionnaires ou des charlatans d’un genre nouveau, une classe aux idées non originales faite de ‘fous de Dieu’, s’est engouffrée dans la brèche. Pour qui roule Tsala Essomba, ce leader divin autoproclamé, qui veut donner Dieu à César en plus de ce qui appartient à César, fouillant dans la tirelire du peuple pour se faire une cagnotte pour les mauvais jours ?

Avant lui, voici l’ami Bilé, sorti de nulle part, candidat ‘malheureux’ à l’élection présidentielle, brandissant le « foiisme » comme programme politique, qui sollicitait les suffrages des Camerounais au nom d’une croyance galvaudée, empruntant au divin. Rev. Bertin Kisob, promoteur du « maatisme » a finalement renoncé à son amnésie volontaire pour enfin expliquer la situation sociopolitique du Cameroun la semaine prochaine à Douala.

Mais tout ceci n’est pas nouveau. Le procès Ouandié-Ndongmo avait mis en lumière une sorte d’illuminé qui parlait du coup d’Etat de la sainte croix. Selon Wambo ‘le courant’, qui git sous terre lesté de 12 balles officielles, les anges devaient venir mettre fin au libéralisme planifié. Le diable s’y est pourtant mêlé pour nous précipiter dans les bras vénéneux d’un renouveau sans âme. Plus tard, Me Gorji Dinka, le tout premier bâtonnier de l’ordre des avocats fut accusé d’aller en croisade contre l’ordre établi avec la secte ‘Olumba Olumba, brotherhood of red an cross’ qui promettait de libérer le Cameroun du joug de la dictature.

En Palestine comme au Cameroun, quand l’expression politique est bloquée sans aucun espoir d’alternance, Dieu est convoqué en renfort au service des clans…ou d’individus.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE