09/07/2012 01:09:00
Cameroun. Corruption: Un officier de police aux arręts
L’officier de police de 2ème grade Joseph Evina a été arrêté vendredi dernier et transféré à la Délégation générale de la sûreté nationale (Dgsn) pour corruption et abus de pouvoir.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L’officier de police de 2ème grade Joseph Evina a été arrêté vendredi dernier et transféré à la Délégation générale de la sûreté nationale (Dgsn) pour corruption et abus de pouvoir.

Chef du poste de police de la Poste centrale, il avait pour habitude dit-on, d’ « arnaquer » les chauffeurs et autres petits commerçants qui exerçaient aux abords du commissariat. De sources concordantes, vendredi 6 juillet 2012 aux environs de 14h, une forte escorte de policiers en civil investit le poste de police de la Poste centrale de Yaoundé, à la recherche de Joseph Evina. Ce dernier est bien présent, fidèle à son poste. Comment pouvait-il en être autrement ? Si tant est que, il n’y exerce plus seulement son rôle d’élément de la force du maintien de l’ordre, mais aussi, celui d’agent de recouvrement de la Communauté urbaine de Yaoundé (Cuy), à la seule différence que les fonds recouvrés n’allaient pas dans les caisses de la Cuy, mais plutôt dans ses propres poches. Il a donc été arrêté et transféré à la Dgsn, pour « besoin d’enquête ».

Selon des informations concordantes, le chef de poste de police s’enrichissait illicitement sur le dos des commerçants et chauffeurs qui bordent le poste de police. « Pour garer les véhicules sur le parking de la Communauté urbaine, on devait payer normalement les droits de tickets qui s’élèvent à 500 Fcfa par jour aux agents de la Cuy, mais, en plus de cela, on devait également verser au chef de poste de police Evina la coquette somme de 500 Fcfa. En tout cas, pour ce qui était des chauffeurs en partance pour Odza et Ekounou. Pour les autres vendeurs, cela se négociait de gré à gré, en fonction de votre proximité ou de je ne sais trop quoi avec le chef », affirme un chargeur, exerçant à cet endroit.

Du coup, le simple agent de police se retrouvait avec un salaire plus que supérieur à la normale, à cause de cet abus de pouvoir. D’après de jeunes vendeurs, la goutte d’eau qui fait déborder le vase est la cupidité extrême de Evina. Devenu au fil des jours de plus en plus gourmand, est devenu plus qu’exigeant et impoli. Pour réclamer « son dû », il se montrait de plus en plus agressif et menaçant. « Ne voulant pas perdre notre commerce, que pouvons nous bien y faire sinon obtempérer ? », se plaint une vendeuse. Finalement, à force de supporter, un groupe de victimes serait allé dénoncer Joseph Evina qui a été arrêté vendredi.

La nouvelle n’a pas vraiment étonné son entourage, son arrestation a remis au goût des conversations, l’intrigante histoire de viol impliquant le même agent de police. Il avait en effet, il y a des mois de cela, au début de cette même année, violée une petite fille de 10 ans. Fort de son statut  de policier, cette histoire avait été étouffée et n’avait jamais connu de suite. Une boîte de Pandore qui s’ouvre ?

Florette MANEDONG

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE