11/07/2012 03:08:14
Ouattara veut-il faire d'Ahoussou son bouc émissaire ?
Dans un article paru hier, le site de Jeune Afrique, hebdomadaire parisien proche du maître d’Abidjan, met en scène les désaccords entre celui-ci et son chef de gouvernement issu du PDCI-RDA. Qui a orchestré la sortie de ces informations et dans quel objectif ?
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Dans un article paru hier, le site de Jeune Afrique, hebdomadaire parisien proche du maître d’Abidjan, met en scène les désaccords entre celui-ci et son chef de gouvernement issu du PDCI-RDA. Qui a orchestré la sortie de ces informations et dans quel objectif ?

Fuites organisées. Alors que le régime d’Alassane Ouattara, concentré sur sa traque sadique de toute opposition, peine à résoudre les vrais problèmes des Ivoiriens – vie chère, chômage, tensions sociales, insécurité chronique, multiplication des milices dans l’Ouest… –, un certain nombre de proches du chef de l’Etat s’en prennent, à travers des «confidences» distillées dans la presse, à son Premier ministre. Comme on a pu s’en rendre compte en lisant un article publié sur le site Internet de Jeune Afrique, et dont le titre est «Côte d’Ivoire : quand Alassane Ouattara recadre son Premier ministre».

Fini la complaisance. Le président ivoirien, Alassane Ouattara, montre de plus en plus de signes d’agacement et d’impatience envers son Premier ministre, Jeannot Ahoussou Kouadio, au sujet des lenteurs de l'exécution du programme du gouvernement. «Ouattara souhaiterait que le rythme impulsé par lui soit suivi par le chef du gouvernement et ses ministres. Ce qui n’est pas souvent le cas. Alors, parfois, on assiste à des scènes de rappel à l’ordre», confirme un conseiller à la présidence.

Lors d’un conseil extraordinaire des ministres, le 27 juin à Yamoussoukro, le président a ainsi sèchement recadré le gouvernement. (…) « Il y a actuellement une espèce de malaise entre Ouattara et son Premier ministre. Nous espérons que cette situation sera passagère. Homme d'action, le président ne comprend pas le relâchement du gouvernement», commente un haut diplomate d'une chancellerie occidentale à Abidjan, qui a récemment rencontré le chef de l'État», peut-on lire sur jeuneafrique.com. Bien entendu, à la lecture de l’article, l’on se rend bien compte qu’il n’aurait pas pu être écrit sans la «collaboration» des «grognards » de la Présidence. Et l’on devine une stratégie : face au mécontentement croissant des Ivoiriens, Ouattara veut utiliser Jeannot Ahoussou Kouadio comme un fusible et un bouc-émissaire idéal. Si les choses ne bougent pas, veut-il faire croire, c’est à cause du «relâchement» du gouvernement, et non de sa propre incompétence, vu qu’il est un «homme d’action».

D’ores et déjà, l’on peut imaginer que cette parade ne fonctionnera pas au sein de l’opinion publique nationale. Alassane Ouattara, surnommé «l’hyper-président » par ses propres amis, se mêle en effet de tout, tout le temps, dans la gestion de l’activité gouvernementale. Il a ainsi pris en main le ministère de la Défense et le moins que l’on puisse dire est que l’insécurité et le désordre au sein de l’édifice militaire ivoirien ne peuvent pas être reprochés à Jeannot Ahoussou Kouadio.Or sans la gestion efficiente de la question sécuritaire, aucune percée n’est possible dans les domaines économique et social. Alassane Ouattara est le principal responsable des échecs de son gouvernement. Il doit l’admettre et assumer.

Philippe Brou

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE