13/07/2012 03:01:47
CPI. Gbagbo sera-t-il jugé selon le droit ou la politique ?
(...) Ce tribunal, soumis au droit de véto des quatre grandes puissances du monde, autorisera-t-il que la dénonciation des crimes des rebelles du couple infernal, de la France et de l’ONU soient retransmis en direct sur les radios et les télévisions du monde entier ?
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le 11 avril 2011, les forces coalisées de France (Licorne), de l’ONU (soldats de l’ONUCI) dont l’objectif était de maintenir la paix en Côte d’Ivoire, aidées des rebelles du couple Ouattara-Soro et de mercenaires ouest-africains (en particulier burkinabè et maliens), après avoir détruit des milliers de vies humaines sur tout le territoire ivoirien et la Résidence de la Présidence de la République de Côte d’Ivoire, ont alors chassé du pouvoir le Président élu démocratiquement et installé légalement par le Conseil Constitutionnel ivoirien.

Ce coup de force, (il faut bien appeler cet acte anti-démocratique comme tel) a imposé au pouvoir les rebelles, auteurs du coup d’état avorté de 2002. Il faut rappeler que la France, ses médias, ses ONG censées défendre les droits de l’Homme, pour atteindre leur objectif, ont au préalable mené une campagne démoniaque (le diable étant le père du mensonge) de dénigrement systématique de ce Président souverainiste qui a refusé, à juste raison d’ailleurs, de quitter le pouvoir ; et ce, malgré les menaces de Sarkozy, le bourreau des ivoiriens et d’Obama l’américain-africain qui s’est ainsi offert une entrée, par effraction et par la petite porte, dans l’histoire des patriotes et autonomistes africains.

C’est pour avoir refusé le diktat de Sarkozy et Obama que ces Chefs d’Etat-sangsues ont commandé à leurs larbins de la CPI et de Côte d’Ivoire de jeter en prison Gbagbo, pour masquer leurs massacres de milliers de civils ivoiriens; ainsi cette coalition présente la victime Gbagbo comme étant le bourreau tout indiqué pour couvrir ses nombreux crimes.

Laurent GbagboPour parfaire cette supercherie, les dirigeants occidentaux et leurs pions africains justifient ces manœuvres cyniques devant une cour afin de moins choquer les opinions publiques française et internationale qui ignorent presque tout de la vérité sur la rébellion, la guerre, les tueries et la dictature actuelle en Côte d’Ivoire. Dans ce procès, les juges de la CPI, dans leur logique, trouvent là le moyen de conduire « légalement » Gbagbo en prison pour casser définitivement la carrière politique de celui qui a pourtant été légalement élu Président en Novembre 2010.

Ce sont les mêmes qui, des dizaines d’années plus tard, reconnaîtront leurs forfaits et demanderont pardon comme ce fut le cas pour Lumumba assassiné par les occidentaux dès l’aube des indépendances des pays africains.

La réaction de Gbagbo à l’audience du 5 décembre 2011 où il a manifesté son désir «d’aller jusqu’au bout» et le récent report de l’audience de confirmation ou d’infirmation des charges, amènent à s’interroger sur l’effectivité du prochain jugement de ce patriote. Il faut affirmer déjà que le Président souverainiste Gbagbo ne sera pas jugé par des juges soumis au droit mais fera l’objet d’un procès politique selon les intérêts des puissances occidentales. Pourquoi?

La France de Chirac et de Sarkozy ainsi que le Président du RDR et ses militants ont, dès l’accession au pouvoir de cet homme, fait un usage considérable du mensonge. Pour la France et le RDR, le mensonge a été utilisé comme le plus grand moyen pour que l’armée française impose aux ivoiriens le pouvoir actuel; pour exemple, il convient d’indiquer que Gbagbo, le père de la démocratie ivoirienne a été présenté par leur propagande médiatique comme un dictateur, un criminel qui a perdu les élections mais qui refuse de céder le pouvoir. Cette tribune de la CPI va donc permettre à Gbagbo de montrer à la face du monde qu’il s’agit du procès de la vérité contre le mensonge. On saura alors qui a gagné et qui a perdu l’élection présidentielle de novembre 2010. Ainsi sera étalé au grand jour le coup d’état de la France de Sarkozy, des USA d’Obama, du Burkina Faso de Compaoré, de l’ONU et de Ouattara. Déjà Médiapart (un organe de presse non ivoirien) confirme que Gbagbo est bel et bien le vainqueur de la dernière élection présidentielle. Cette vérité continuera de se répandre auprès des décideurs occidentaux après que ceux-ci eurent arraché le pouvoir, dans la violence, pour le remettre au candidat de l’étranger.

Il faut éviter, pour ces habitués au mensonge que soient découverts leurs forfaits à la Haye ; la tribune qu’offrent ces criminels français et ivoiriens à Gbagbo sera l’occasion pour ce dernier d’étaler au grand jour leurs grossiers mensonges et d’affirmer ses idées souverainistes pour son pays. L’énoncé des actes qu’il a posés pour son pays et l’Afrique feront éclater la vérité sur ses actions démocratiques entreprises en Côte d’Ivoire. Il l’a déjà montré en Côte d’Ivoire par son budget sécurisé, en augmentant les salaires, en réalisant des investissements pendant que le pays subissait la guerre des rebelles de Ouattara, Sarkozy et consorts. Le mensonge ne peut prospérer toujours.

Devant cette cour, Gbagbo fera la genèse de la crise ivoirienne et l’étalage de la monstruosité des nombreux crimes des rebelles du couple Soro-Ouattara. Ce tribunal, soumis au droit de véto des quatre grandes puissances du monde, autorisera-t-il que la dénonciation des crimes des rebelles du couple infernal, de la France et de l’ONU soient retransmis en direct sur les radios et les télévisions du monde entier ?

Il s’agit notamment :

- de la tentative de coup d’état de septembre 2002 muée en rébellion soutenue par la France et financée par Ouattara selon les propres déclarations des rebelles;

- des tueries de centaines de civils à la Résidence du Chef de l’Etat, sur les ponts De Gaule et Houphouët-Boigny par l’armée française;

- du génocide des wè à Duékoué (plus de 1 000 morts) perpétré par les rebelles de Ouattara, avec la complicité de soldats de l’ONUCI;

- des assassinats par balles tirées par les soldats de l’ONU, dans le dos de policiers ivoiriens; quelle lâcheté pour des soldats dits de la paix!

- des assassinats à Bouaké des gendarmes désarmés et des danseuses d’Adjanou de Sakassou;

- des crimes rituels exécutés par les rebelles avec la participation de soldats français.

La France, les USA, l’ONU, l’UE, des états et organisations qui se font passer pour des défenseurs des droits de l’Homme accepteront-ils que leurs crimes soient portés à la connaissance de leurs populations?

C’est pourquoi si procès de Gbagbo il devrait y avoir, ce ne serait pas un procès juste car il s’agira pour les puissances de ce monde, de continuer à cacher leurs nombreux crimes, d’exiger un procès à huis clos et que la parole soit donnée le moins possible à la défense et surtout au Président Gbagbo. Un procès juste dévoilerait au monde la face hideuse des dirigeants occidentaux et conduirait à la perte du pouvoir par Obama, l’associé du bourreau Sarkozy et coauteur des crimes engendrés par la guerre post-électorale. Ce Président américain, bénéficiaire hâtif et injustifié du Prix Nobel de la paix a préféré la guerre au recomptage pacifique des voix proposé par le Président Gbagbo. Le monde saura alors qui sont les vrais coupables du génocide et des crimes perpétrés pendant cette guerre en Côte d’Ivoire.

Ce tribunal servira aussi de tremplin à Gbagbo pour dénoncer cette guerre multiforme de la France contre ce petit et riche pays d’Afrique Occidentale.

Sarkozy a mené une guerre médiatique fondée sur de grossiers mensonges itératifs, colportés et entretenus par les politiques et les médias de l’Hexagone. Si pour la France, le RDR de Ouattara et certaines puissances de ce monde, le mensonge est devenu le mode privilégié de stratégie politique, l’éthique et la morale mais aussi beaucoup d’autres hommes politiques réprouvent avec véhémence cette approche diabolique. L’échec récent de Sarkozy à la présidentielle française l’atteste éloquemment.

C’est ainsi qu’Obama, une fois ses accointances avec la rébellion dévoilées (ce qui ne saurait tarder) sera rejeté par les électeurs américains majoritairement attachés à la vérité. Les efforts exercés pour travestir le père de la démocratie ivoirienne en homme sanguinaire et en dictateur par ces fossoyeurs de l’état ivoirien a certes porté des fruits hors de Côte d’Ivoire mais dans ce pays d’Eburnie les ivoiriens sont restés, malgré ces propagandes haineuses, attachés à leur Président. C’est pourquoi, ils l’ont porté légalement et majoritairement à la magistrature suprême en 2010. On comprend aisément que cette guerre médiatique a été perdue par ces adversaires hétéroclites du leader ivoirien.

Laurent GbagboC’est pourquoi, la coalition France, ONU, USA, les mercenaires de la CEDEAO et les rebelles de Ouattara ont aussi eu recours à une guerre économique pour chasser Gbagbo du pouvoir: fermeture de la Banque Centrale et des banques commerciales à capitaux majoritairement étrangers et cela, sans aucun respect des règles de droit en vigueur au sein de l’UEMOA. Ces juges de la CPI sauront apprécier l’intelligence politique de Gbagbo qui, par sa décision de nationaliser ces banques et de réquisitionner les travailleurs de ces établissements a évité à l’économie ivoirienne  de plonger dans le gouffre. Il s’agissait d’un véritable chantage pour amener le peuple ivoirien à se dresser contre le Président Gbagbo. Ce fut peine perdue pour ces véritables hors-la-loi politiques. Toutefois, cette guerre économique a créé une sécheresse financière dans bien des foyers ivoiriens occasionnant ainsi la mort de nombreux malades. Ces morts sont à imputer à la méchanceté des occidentaux qui ont imposé un embargo ….même sur les médicaments à destination de la Côte d’Ivoire.

Ce procès sera aussi l’occasion pour le Président Gbagbo de montrer à la face du monde le banditisme économique de la France et de ses pions de l’UEMOA et de la CEDEAO. Il faut noter au passage que les responsables économiques et monétaires ivoiriens ont su faire front victorieusement à cette guerre économique en réussissant à payer régulièrement les fonctionnaires ivoiriens, jusqu’en Mars 2011, contrairement aux déclarations mensongères du chef « rattrapeur » et « rapatrieur » qui dit avoir payé trois mois de salaires aux fonctionnaires et agents de l’état dès sa prise de pouvoir dans la violence.

Devant cet autre échec, il ne restait que le recours à une guerre militaire menée, hypocritement et sans la déclarer contre le peuple de Côte d’Ivoire. La France a fait preuve de couardise dans sa guerre contre ce paisible peuple en cherchant toujours à se cacher derrière l’ONU, l’UA, la CEDEAO. Cette guerre a occasionné des milliers de morts ;

Gbagbo ne manquera pas de la condamner pour montrer que les vrais auteurs et coupables des crimes sont bien la France de SARKOZY, les USA d’OBAMA, la rébellion de Soro-Ouattara et l’ONU. Devant ce tableau pas du tout reluisant pour cette coalition, ces personnes vont-elles permettre un procès juste, transparent, équitable, ouvert au public qui ne peut que blanchir et grandir le Président Gbagbo ? A la vérité, ces authentiques criminels ont très peur que Gbagbo mette au grand jour leurs mensonges répétés et leurs nombreux crimes commis en Côte d’Ivoire.

Gbagbo ne sera donc pas jugé selon les règles de droit car ces politiciens voyous occidentaux ont peur de la réaction de leurs peuples respectifs. C’est d’ailleurs pourquoi Sarkozy a fait en sorte que l’audience de confirmation ou d’infirmation des charges soit portée au 18 juin après les élections françaises. C’est pourquoi aussi OCAMPO, le Procureur partisan, n’a remis qu’à la date limite ses accusations aux juges et aux avocats.
En vérité, le procès de Gbagbo sera celui de la Françafrique, des USA d’OBAMA, des organisations internationales (ONU, UA, UEMOA, CEDEAO, bras séculiers des puissances économiques, financières et monétaires de ce monde).

Le Président Gbagbo, par sa défense, pourra déclencher le printemps des peuples francophones d’Afrique trop longtemps dominés par la France. Le soutien croissant dont il bénéficie de par le monde et particulièrement en Afrique ne saurait laisser indifférent un nombre de plus en plus croissant d’Africains acquis à sa cause et qui se reconnaissent dans ce combat de l’indépendance économique et politique qu’il a enclenché. L’emprisonnement de cet homme a déjà été un stimulant de l’aura de ce patriote dans l’esprit des africains attachés à la souveraineté de ce continent. Le procès de Gbagbo amplifiera sa belle image d’autonomiste et de patriote africain et stimulera le désir d’indépendance et de démocratie des pays de son continent. C’est pourquoi beaucoup de citoyens de pays francophones d’Afrique pourraient, pendant et à l’issue de ce procès, chasser eux aussi comme ce fut le cas des pays du Maghreb leurs dictateurs du pouvoir.

C’est pourquoi, cette cour, sous la contrainte de la France et des Usa, ne donnera pas la parole à Gbagbo. Elle voudra éviter de donner la parole à Gbagbo au risque de voir des bouleversements non désirés par les occidentaux s’opérer en Afrique pour chasser leurs filleuls à la tête de certains pays africains.

Déjà, la presse se fait l’écho de la libération conditionnelle de ce patriote qui bénéficierait d’une résidence en Ouganda. Ce qui le maintiendrait éloigné de son pays, permettant ainsi à l’homme de continuer son règne tyrannique sur la Côte d’Ivoire au bénéfice des occidentaux. C’est pourquoi, le Chef de l’Etat sénégalais peut s’égosiller en déclarant que « cette liberté serai bienvenue si elle peut apporter la paix et si elle obtient l’accord préalable » du dictateur ivoirien. Maky Sall voudrait ainsi se substituer aux juges de la CPI, sans doute sur injonction des occidentaux, pour casser ainsi politiquement le Président Gbagbo.

De plus, connaissant la fermeté de l’homme Gbagbo dans ses convictions, aucune compromission ne sera acceptée par ce digne fils d’Afrique. On peut conclure aisément que toutes les conditions sont réunies pour que ce procès n’ait pas lieu, à moins qu’il soit purement politique, totalement dénué de sa dimension juridique, confirmant que cette CPI est un instrument d’asservissement des peuples africains. C’est pourquoi, elle s’intéresse plus à la destruction des mausolées maliens qu’à la préservation des vies ivoiriennes.

Il faut dès lors craindre que la méchanceté de ces impérialistes occidentaux ne les conduise à chercher à mettre fin aux jours de cet innocent prisonnier, gênant. Seul DIEU en décidera autrement pour le bonheur des véritables démocrates du monde entier comme ce fut le cas pour un premier prisonnier célèbre Nelson Mandela.

NANWOULET G. Simone

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE