26/07/2012 02:24:46
La Côte d'Ivoire des génocidaires de Ouattara
Le 19 septembre 2002, des bandes armées constituées de dozos et autres criminels ont nuitamment attaqués les symboles de l’Etat de Côte d’Ivoire, pour réaliser avec le soutien multiforme de la France et du Burkina Faso, un coup d’état et donner le pouvoir à l’homme venu de Sindou (Burkina Faso).
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le 19 septembre 2002, des bandes armées constituées de dozos et autres criminels ont nuitamment attaqués les symboles de l’Etat de Côte d’Ivoire, pour réaliser avec le soutien multiforme de la France et du Burkina Faso, un coup d’état et donner le pouvoir à l’homme venu de Sindou (Burkina Faso).

Ayant échoué dans leur tentative, ces hors-la-loi se sont attaqués aux honnêtes citoyens et particulièrement, aux militants du FPI, aux ressortissants de l’Ouest, du Centre-Ouest et à tous les ivoiriens marqués comme au temps du nazisme des initiales BAD dont B pour Bété, A pour Attié et Abbey, D pour Dida.

C’est par milliers, que des civils ont été massacrés et pour un grand nombre égorgés en sacrifice pour offrir leur sang en libations censées conférer à ces sacrificateurs du Diable une puissance assurément satanique.

Voilà donc que dès 2002, ces hordes de désœuvrés, de criminels, ont commencé à décimer de façon volontaire et ciblée des populations en fonction de leurs appartenances ethnique et politique. Ainsi, pour exemples, ont été assassinés le Ministre de l’Intérieur du Président Gbagbo d’ethnie Dida, Boga Doudou, les colonels d’ethnie Bété, Dagrou Loula et Dali Oblè, le Général Guéi qui a ravi, au RDR, le bénéfice du coup d’état de 1999 et qui pour ce fait a dû essuyer plusieurs tentatives de coups d’état de ces rebelles invétérés.

Déjà donc se dessinaient les prémices d’un génocide atrocement préparé par les militants du RDR, parti qui continue d’être conduit par l’actuel Chef de l’Etat. Par la suite, ces forces hétéroclites qui ont attaqué la République ont commis à Guitrozon, Petit Duékoué, Pélézi, Monokozohi, Bouaké, Kabaka…. au Centre, à l’Ouest, au Nord de nombreux massacres de populations civiles, tous pouvant faire l’objet de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et même de génocide. Les témoignages de ces massacres ciblés ne manquent guère. N’est- ce pas pour masquer ces nombreux crimes que Ouattara se donne l’outrecuidance d’accuser ces hauts cadres du FPI d’un génocide imaginaire ? D’ailleurs sur quel groupe d’individus ce génocide aurait-il été commis?

Aujourd’hui, les hommes de l’actuel Président du RDR, sa justice partiale et à sens unique, embouchent la trompette du génocide contre les pro-Gbagbo. Est-ce ainsi, pour ces véritables génocidaires du peuple wè la façon d’espérer se dédouaner de leurs nombreux et monstrueux crimes? Quel grossier montage pour faire passer les victimes pour les coupables? Ce n’est pas surprenant car il s’agit de réciter la leçon du maître Sarkozy, le bourreau des ivoiriens qui a toujours menacé de faire passer Gbagbo l’innocent pour le coupable des crimes commis par l’armée française et les forces de Ouattara? Il est bon de rappeler que ces crimes sont imprescriptibles et que demain le pouvoir changera de main et qu’alors les vrais coupables du génocide seront traduits, selon le droit, devant les tribunaux compétents. Ce n’est pas ce théâtralisme de ces apprentis dramaturges qui absoudra ces génocidaires de la justice des hommes et, pire pour eux, de celle de Dieu.
On assiste aujourd’hui à une banalisation par le pouvoir Ouattara de ces odieux crimes, l’objectif étant de faire partager la faute de ses rebelles par des honnêtes citoyens.

En effet, il faut à tout prix et maintenant graver dans l’esprit des hommes du Nord et des pays sahéliens cet autre mensonge. Pour amener ces populations, en majorité analphabète, à haïr le Président Gbagbo, Ouattara et le RDR ont exploité leur montage du charnier de Yopougon comme une tuerie massive des nordistes par Gbagbo et l’armée ivoirienne. Ce grossier mensonge, à l’expérience, a porté des fruits car pour ces affidés de Ouattara, l’homme de Mama a massacré des gens du Nord. Quelle imagination satanique!

Cette nouvelle propagande d’un génocide virtuel orchestrée par le pouvoir actuel a pour objet de braquer davantage le Nord contre les autres parties du territoire. Peut-on penser un seul instant qu’un Président de la République puisse adopter une telle stratégie politique, susceptible de diviser profondément les ivoiriens et de les éloigner de plus en plus de la réconciliation?

On comprend alors que la CDVR de Banny n’est pas créée dans l’objectif de rapprocher les ivoiriens mais seulement pour copier apparemment le modèle Sud-africain et se donner des airs d’homme de paix comme Houphouët l’a fait pendant son long règne. On peut aussi déduire d’une telle manœuvre que son auteur ne veut manifestement pas le bien des populations mais plutôt la destruction de ce pays.

Ivoiriens, ivoiriennes, cette vision de la justice, cette exploitation mensongère du génocide comme chef d’accusation contre les cadres pro-Gbagbo est aussi périlleuse que le rattrapage ethnique de Ouattara. C’est pourquoi, il faut dès maintenant dénoncer vigoureusement ces nouveaux chefs d’accusation exploités pour accentuer le schisme entre les populations du Nord et celles des autres régions de Côte d’Ivoire.

A la vérité il s’agit, pour les tenants de ce pouvoir, de banaliser les véritables crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide de leurs miliciens et autres dozos rebelles, pour ensuite proclamer un semblant d’amnistie pour toutes les parties, l’objectif étant évidemment de blanchir ses dozos et autres criminels qui ont agi au nom de Ouattara pour l’installer au pouvoir. Ce qui revient à dire que les génocidaires ne sont que le couple Ouattara-Soro et ses bandes d’exécutants criminels. La récente tuerie de Duékoué par les forces pro-Ouattara de 200 civils en est une preuve supplémentaire.

Ce sont les mêmes qui ont massacré près de 1000 Wè pour offrir le pouvoir à Ouattara qui continuent leur œuvre macabre. C’est donc une honte pour la justice ivoirienne et pour les gouvernants actuels de présenter les hauts cadres de Gbagbo comme des génocidaires. Voilà des gens dont l’action politique continue d’être basée sur le mensonge et l’exploitation grossière de la justice. Ce sont ceux-là qui nous gouvernent.Quelle honte pour ce pays devenu par la force des armes celui des génocidaires de Ouattara!


NANWOULET G. Simone

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE