26/07/2012 02:45:57
Ma réaction (partielle) à la lettre de Tonye Bakot
Le sieur Tonye Bakot est un suppôt du régime criminel et liberticide euro-biyaiste-Ku-Klux-Klan. Il est de notoriété au Cameroun que la fronde entre le pouvoir (et ses alliés de tout bord) et les Pères Jésuites est assez profonde et remonte à la postcolonie.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Depuis une semaine environ, circulent sur la toile des réactions à la lettre de Mgr Tonye Bakot , Grand Chancellier de l'Université Catholique d'Afrique Centrale (U.C.A.C) au Révérend Père Martin Briba, Doyen de la faculté des Sciences sociales et de gestion à l'U.C.A.C, datée du 11 juin 2012; suivie de la réponse du Père Lado, mis en cause dans la lettre.

Le sieur Tonye Bakot est un suppôt du régime criminel et liberticide euro-biyaiste-Ku-Klux-Klan. Il est de notoriété au Cameroun que la fronde entre le pouvoir (et ses alliés de tout bord) et les Pères Jésuites est assez profonde et remonte à la postcolonie.

Pour rappel, les Pères Jésuites Engelbert Mveng (dont la mort reste encore non élucidée), Meinrad Hebga, Jean-Marc Ela (mort en exil au Canada) en passant par Mgr Albert Ndongmo (mort en exil au Canada), ont fait les frais du satanisme biyaiste et acolytes. Le Père Jésuite Lado, mis en accusation par le sieur Tonye Bakot, a lui aussi, et très souvent pointé du doigt les méandres du pouvoir kleptocratique biyaiste.

C'est ce qui justifie ce comportement schizophréniforme du prélat au point de jeter du discrédit sur l'autorité que lui-même incarne. Dans la réponse adressée au concerné par le Père Jésuite Lado, cible du venin etho-fasciste tonye-biyaisme, a lui-même évoqué cette collusion mafieuse politicienne entre le pouvoir et le prélat, comme fond de sa disgrâce.

En outre, cette jouxte relance la question fondamentale de la place des religions dites révélées dans nos sociétés de la postcolonie. Un Ancien, gardien de la tradition (mbombog, notable, wahlà, nimà, nganga, twitè, etc.), en tant qu'intercesseur entre nos Nétérou (Esprits des Ancêtres) et nous, ne peut impunément adopter une démarche de division sans s'exposer à leur "colère". Il est urgent de procéder à une rupture épistémologique et paradigmique pour poser les bases réelles de notre Renaissance qui passe avant tout par la réappropriation de notre spiritualité de la vallée du nil encore vivante en Afrique noire profonde.

Des prêtres noirs s'interrogent

Des prêtres noirs s'interrogentDans un livre intitulé: Des prêtres noirs s'interrogent. Cinquante ans après...Présenté par un collectif de Prêtres noirs dont Léonard Santedi Kinkupu, Gérard Bissainthe, Meinrad Hebga et autres, aux éditions DU Cerf paru en 1956, la question d’un Concile africain basé sur le Culte d’Isis-Osiris est évoquée. Des interrogations concernant l’engagement des noirs comme « apôtres de Jésus » en terre africaine sont remarquablement soulevées.
Serge Bilé, dans son ouvrage intitulé Et si Dieu n’aimait pas les noirs ? Enquête sur le racisme aujourd’hui au Vatican aux éditions Pascal Galodé, publié en 2008, démontre qu’au Vatican (et même partout en Occident) des Sœurs noires sont contraintes à la prostitution avec les Pères Blancs :

« Elles ont, selon Didier, ‘’deux fois plus de difficulté’’ et sont ‘’plus vulnérables’’, du fait qu’elles sont femmes, étrangères, et noires. Certaines sont d’ailleurs ‘’en délicatesse avec leur vocation’’. Un euphémisme pour désigner celles qui font de la…prostitution(…) Un prêtre africain avance même un chiffre. D’après lui, c’est ‘’au moins une cinquantaine’’ de religieuses noires qui exercent discrètement le plus vieux métier du monde aux alentours du Vatican. ’’Tout le monde est au courant. Mais personne ne dit rien. Elles font ça pour cinquante, cent, ou deux cents euros, avec des policiers ou des chefs d’entreprises, pour ce que j’en sais.’’ Il y a même des prêtres italiens et africains parmi leurs clients. Ils leur offrent, en retour, un appui pour faire leurs papiers.(…) Elles sont ‘’nombreuses’’, confie une ex-religieuse congolaise qui a fui sa communauté pour avoir un enfant » p.36

Une pratique maintes fois dénoncée, dans le passé, par le cardinal Gantin. « ‘’Les congrégations religieuses européennes, agonisantes ou en voie d’extinction, ne devraient pas aller se rajeunir à bon prix dans les jeunes Églises en Asie et en Afrique’’, déclare-t-il en mars 2007, en soulignant au passage qu’ ‘’en Afrique comme ailleurs, dans le clergé comme dans la vie religieuse’’, le bon grain côtoie l’ivraie. » p.38

Et si Dieu n'aimait pas les noirs?

Il affirme, au terme de son enquête, que bon nombre de Prêtres noirs sont sans papiers et contraints à des travaux humiliant. Pour survivre, ils doivent dire la messe chez des particuliers, et très souvent contraints à la mendicité. Écoutons le témoignage poignant d’un prêtre noir (Didier) ayant vécu au Vatican :

« Les prêtres africains, qui viennent ici pour compléter leur formation, sont envoyés par les évêques de leurs pays, généralement pour deux ans, avec une bourse du Vatican qui leur suffit à peine pour le loyer et la nourriture. Et contrairement à leurs camarades européens, qui sont aidés par leurs parents, eux, ils sont seuls, loin de leurs familles.

Pour s’en sortir, ils sont tentés de faire des petits boulots en ville. Et comme notre McDo, à nous les prêtres, c’est l’Église, ils cherchent des messes à célébrer, souvent tard le soir. Ça rapporte entre quinze et cinquante euros. Mais c’est au détriment des cours. Du coup, certains n’arrivent pas à finir leurs études dans les temps. Or au lieu de rentrer chez eux, ils préfèrent rester, en sachant cependant qu’ils ne pourront pas renouveler leur carte de séjour. ». p.30

Et si Dieu n'aimait pas les noirs?Le Père Didier:

« Nous sommes une centaines de prêtres sans papiers ici au Vatican. J’en connais personnellement une dizaine. On prend un verre ensemble quelquefois. Il y a des Congolais de Brazza, des Congolais de Kin, des camerounais, des Ivoiriens, des Kényans, des Tanzaniens, des Sud-Africains, et même des prêtres des îles comme Haïti. » p.34

Quand on demande à Didier pourquoi il ne veut pas renter dans son pays, il répond, gêné :

« Pour faire quoi ? Prêcher ? Sans rien ? Mais c’est impossible, ce serait la honte ! Il faut que je rente au moins avec quelque chose pour aider ma communauté et ma famille. » p.34

Tous, à l’instar de Didier, se battent pour « survivre » au quotidien, en évitant autant que possible de se faire arrêter par la police italienne et expulser. Une mésaventure arrivée récemment à un de leurs collègues, un prêtre sans papiers congolais.

Ce livre est assez révoltant !

En guise de conclusion, pour ceux qui adorent « Jésus », sachez que les noms qui lui sont attribués à savoir « SAUVEUR » de l’humanité, « Lumière des lumières », … sont des attributs millénaires d’Osiris. Ces terminologies figurent en bonne place dans les Textes des Pyramides, numéro 634 et 903, datant de 2830 avant notre ère trouvés dans la capsule du Pharaon Ounas de la Vème dynastie. Le nom donné à Osiris est ISHA-WI (« ISHA ») qui signifie SAUVEUR, l’ANNONCIATEUR.

La Nouvelle Génération Consciente et Patriote doit rester vigilant et se former sans relâche pour éviter de tomber dans le piège ethno-fasciste eurocentriste.

Ankh (Vie), Seneb (Santé), Oudjat (Force) !

Dr Pandey Théophile Tala
Médecin interniste, diabétologue et investigateur aux essais cliniques des médicaments
Egyptologue spécialisé en médecine de la période pharaonique
Institut Per-aâ n Imhotep, Administrateur principal
www.imhotepdjehouty.com

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE