27/07/2012 14:55:07
Les JO en état de siège
Les JO d’été s’ouvrent ce vendredi à Londres. Avant même de commencer, ils sont entrés dans l’histoire pour les mesures de sécurité et les scandales les touchant. La tentative d’engager des structures de sécurité privées a échoué, l’armée britannique a fait du parc Olympique une vraie région fortifiée avec des blindés, l’aviation et même un porte-avions.
french.ruvr.ru
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 

Les JO en état de siège

Il reste moins de 24 heures avant l’ouverture de l’Olympiade. Dans les aéroports londonien l’afflux est énorme, des centaines de milliers de supporters arrivent afin de suivre leurs compétitions préférées. Les autorités britanniques ne cachent pas qu’en fait un état de siège est décrété à Londres. La ministre de l’Intérieur Theresa May a reconnu que l’opération pour assurer la sécurité des JO était « la plus importante et difficile depuis la Seconde Guerre mondiale »

Un premier signal d’alarme a sonné lorsqu’on a appris les problèmes de la compagnie G4S, choisie (pour des raisons d’économie) comme principal fournisseur de services de sécurité lors des JO. Il s’est avéré que la compagnie a pris des engagements sans qu’ils soient étayés par suffisamment d’effectifs. Elle n’a pas réussi tout simplement à engager assez de personnel. 

Pour le temps de l’Olympiade les autorités ont laissé de côté leur conflit avec le propriétaire de G4S, la priorité étant accordée à la tâche de sécuriser le déroulement des compétitions sportives. Mais après, certains vont sûrement répondre. Ce contrat non honoré va coûter au contribuable britannique au moins 200 millions de £. Les autorités ont dû envoyer d’urgence de tous les coins du pays des renforts de police et de soldats. Voici ce qu’a dit à ce sujet la ministre de l’Intérieur Theresa May. 

"La compagnie G4S n’a pas honoré ses engagements, mais nous avons les meilleures militaires du monde. Des unités qui veulent, peuvent et sont prêtes à venir en aide à tout moment, où le pays aura besoin de leur professionnalisme". 

Tout le pathos du discours ministériel rime pourtant mal avec une réalité dure. Avec les militaires on bouche simplement des trous dans le système de sécurité des JO. Un contingent de 18 500 soldats est déployé à Londres, deux fois plus important que celui de la Grande-Bretagne en Afghanistan, lieu des hostilités. 
Certes, la plupart de ces problèmes ne sera pas connus des supporters. Mais cela va certainement marquer l’atmosphère des Jeux, leur sécurité. On sait qu’après l’attentat suicide à Bourgas, visant les touristes israéliens, Tel-Aviv n’a pas exclu la répétition d’un tel scénario à Londres. Sans parler des services spéciaux britanniques arrêtent régulièrement leurs propres terroristes qui préparaient des attentas à accomplir au moment des JO 

 

Roman Mamonov

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE