06/08/2012 04:16:08
La barbarie en campagne
Le refus de négocier du CNS, cet aréopage désigné par Hillary Clinton en tant que « représentant du peuple syrien », a fini par excéder Kofi Annan qui a fini par comprendre que sa  mission n'intéressait pas du tout les Etats-Unis. Il a donc décidé de ne plus continuer à se faire prendre pour une marionnette...
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Hilary Clinton et Kofi Annan

Le refus de négocier du CNS, cet aréopage désigné par Hillary Clinton en tant que « représentant du peuple syrien », a fini par excéder Kofi Annan qui a fini par comprendre que sa  mission n'intéressait pas du tout les Etats-Unis. Il a donc décidé de ne plus continuer à se faire prendre pour une marionnette.

Pourtant, il a essayé jusqu'au bout de faire semblant de croire que les "amis du peuple syrien" voulaient vraiment une solution négociée et s'est dépensé sans compter pour la cause. Plus haut dans la hiérarchie c'est Ban Ki mon, le secrétaire général de l'ONU qui s'est senti obligé de dévoiler "la guerre par procuration" de l'OTAN contre la Syrie.

Ces deux signaux  marquent le début de la fin des mensonges sur le soutien à la "démocratie" contre la "dictature". Le refus de négocier n'a rien à devoir à une radicalité, dont s'armerait le conseil supplétif, mais à la totale absence d'ancrage de la "révolution" dans la société syrienne.

Dans cette situation, une transition pacifique appuyée sur des consultations populaires ne laissera aucune chance aux fantoches. Sur ce registre le ministre d’Etat syrien pour les Affaires de la réconciliation nationale, Ali Haïdar, vient de réitérer que la seule issue aux violences était le dialogue politique. Ce qui place le pouvoir syrien en position de force, quand il ne cesse d'appeler à des concertations, sachant qu'à ce moment là, le décret de la Clinton ne résistera pas à l'implacable réalité du verdict populaire.

Se pose, alors, la question sur ce battage médiatique qui persiste à ignorer le véritable problème, celui de cette "guerre par procuration", pour maintenir le cap sur la prétendue "lutte démocratique" qui, de surcroît est essentiellement menée par des bandes qui revendiquent l'instauration d'un Etat islamique. La réponse se trouve ailleurs que dans un cadre moralement admis. Elle se trouve dans le cynisme et dans la barbarie des représentants des forces du marché, qui ne préoccupent pas du tout d'être un jour démasqué. "On ne demande pas au vainqueur de s'expliquer", c'est le principe directeur de ceux qui ne croient qu'au droit de la force. Principe auquel s'accrochent tous les vassaux et toutes les servilités périphériques, convaincus de tirer quelque bénéfice de se mettre du côté du plus fort, fusse au prix de toutes les vilénies et de toutes les bassesses.

C'est l'attitude campée par une partie de la presse algérienne, dès que le sifflet a retenti pour qu'elle s'aligne derrière l'appareil médiatique de guerre de l'OTAN. Solidement interconnectée avec les médias mainstream, dans le même temps, elle travaille en coordination étroite avec eux, principalement  lors des offensives contre les acquis de l'Algérie indépendante, dont le maintien d'une certaine souveraineté sur des secteurs économiques et sociaux et sur le marché national. Le tout sous couvert de "s'opposer au pouvoir" et d'œuvrer pour la "démocratie", en donnant de larges espaces à la propagande néolibérale, représentée par des "experts" vendeurs des recettes du FMI, de la Banque Mondiale et de l'Organisation mondiale du Commerce.  

 
Ahmed Halfaoui

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE