16/08/2012 04:01:34
Repression. Conférence interdite de Kamto : René Sadi s'explique
Au cours d’une conférence de presse donnée le 14 août 2012 à son cabinet et circonscrite à la presse à capitaux publics, le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation (Minadt) est revenu sur « l’interdiction » de la conférence de presse qu’ont voulu tenir Alain Fogué, Maurice Kamto et leurs  camarades au Hilton Hôtel de Yaoundé
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

René Sadi

Au cours d’une conférence de presse donnée le 14 août 2012 à son cabinet et circonscrite à la presse à capitaux publics, le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation (Minadt) est revenu sur « l’interdiction » de la conférence de presse qu’ont voulu tenir Alain Fogué, Maurice Kamto et leurs  camarades au Hilton Hôtel de Yaoundé (voir Le Messager du 13 août 2012). Dans ce qu’il a présenté comme « une mise au point », le Minadt a estimé que le sous-préfet des céans était fondé d’interdire ladite conférence de presse « en vertu des dispositions pertinentes de la loi », ses organisateurs ayant violé les « termes du récépissé de déclaration délivré par le Sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé III ».

René Sadi soutient ainsi  qu’Alain Fogué qui avait reçu autorisation de tenir ladite conférence de presse a changé l’objet initial de la manifestation, qui s’est « plutôt transformée en une manifestation de lancement des activités d’une coalition de partis politiques ainsi que d’organisations et de personnalités de la société civile ». Ce, alors même qu’initialement, le Mrc avait annoncé que  l’objet de cette manifestation devait porter « sur le récent changement de dénomination du Mrp en Mrc ». Puis le Minatd ressort sur un rappel. Celui qui revient sur le « principe acquis » de l’Etat de droit, d’un Etat démocratique, du pluralisme politique, de la liberté d’expression, de la liberté d’opinion et de réunion, mais… « À condition du respect strict des lois en vigueur »

Réaction. Alain Fogué : « René Sadi ment »

Sans sourciller, sans litote. Pis, avec un zeste d’agressiveté, le président provisoire du Mrc a traité le Minadt de menteur. « Il ment », a rétorqué une dizaine de fois Alain Fogué au cours de la conférence de presse d’hier, 15 août 2012 avant l’arrivée de la police. « Dans le code pénal camerounais, il n’y a pas de délit par a priori, poursuit-il, on aurait dû attendre que la conférence de presse du 13 août se tint pour constater le changement de l’objet initial de la manifestation. Comment est ce que la manifestation ne s’est pas tenue et qu’on oppose le changement de son objet ? », tempête-t-il devant une vingtaine de journalistes. Pour l’enseignant de géostratégie, il n’y a jamais eu de changement comme l’a affirmé René Sadi pour justifier la sortie de la police au Hilton hôtel le 13 août 2012, car personne ne peut le démontrer.

Plus incisif, il affirme que le problème c’est Maurice Kamto. « Le Rdpc a peur de l’entrée de Kamto en politique. Or, ce dernier n’est qu’un militant de base  du Mrc comme tous les autres et n’a pas besoin d’être bâillonné », explique Alain Fogué qui par ailleurs souligne que les malheurs du Mrc, la répression systématique de ses activités sont consécutives à l’adhésion de l’ex-ministre, démissionnaire du gouvernement de Paul Biya et absent de la rencontre d’hier avec la presse. Laquelle rencontre   visait à donner le change au Minatd qui aurait « dénigré » le Mrc.

On le sait, ladite conférence de presse  n’a pu s’achever sereinement comme mentionné dans le texte ci-haut à cause d’une arrivée brutale et impromptue des forces de l’ordre. Mais au Mrc, on promet de ne pas déchanter. Car bientôt, le public aura droit à une conférence publique hebdomadaire de cette formation politique. Chaud devant !

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE