21/08/2012 05:10:54
Cameroun. Opération Epervier. Quatre maires en prison
Deux  magistrats municipaux du Rdpc et deux du Sdf sont accusés de détournement de l’argent des timbres communaux
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Deux  magistrats municipaux du Rdpc et deux du Sdf sont accusés de détournement de l’argent des timbres communaux

Le maire (Sdf) Tah George Mbah de Mbengwi, le maire (Rdpc) d’Andek et président régional Nord-Ouest de l’Association des communes et villes unies du Cameroun (Cvuc) Johnny Agogho, l’ancien maire (Sdf) de la même commune d’Andek, Godlove Awanakam et le premier adjoint au maire (Rdpc) de la commune de Njikwa, Godwill Amahndong sont accusés d’avoir détourné l’argent des timbres communaux.

Après le maire Tenoh Lawrence Ndangoh de la commune de Batibo, il y a sensiblement un mois, quatre autres maires des communes du même département de la Momo, sont tombés dans les serres de l’Epervier. Convoqués par le juge d’instruction du tribunal de grande instance de la Momo à Mbengwi, jeudi 16 août dernier, pour répondre de leur gestion, ces administrateurs municipaux, ont été écroués à la maison d’arrêt de Mbengwi.

Il s’agit du maire (Sdf) Tah George Mbah de Mbengwi, le maire (Rdpc) d’Andek et président régional Nord-Ouest de l’association des communes et villes unies du Cameroun (Cvuc) Johnny Agogho, l’ancien maire (Sdf) de la même comme d’Andek Godlove Awanakam et le premier adjoint au maire (Rdpc) de la commune de Njikwa, Godwill Amahndong. On reproche à ces derniers comme ce fut le cas quelques semaines auparavant avec le maire Lawrence Tenoh de Batibo, d’avoir détourné l’argent des timbres communaux. Les faits qu’on leur reproche, remontent  pour la plupart en 2009. Ils avaient reçu des timbres qui ont été vendus. Malheureusement, ils ont confondu la fortune publique à leur poche privée. Rappelés à l’ordre par l’ex-Tpg, Elroy Kan Moses Payne, ils ne s’étaient pas exécutés.

Valse d’arrestations

Convoqués récemment à s’expliquer devant le juge d’instruction Eric Talla du tribunal de grande instance de Mbengwi, ils avaient obtenu leur libération sous caution avec promesse de revenir la 16 août pour la suite des auditions. Une libération qui, selon certaines indiscrétions, n’avait rencontré l’assentiment des autorités publiques. On apprendra qu’après cette mise en liberté provisoire, chacun d’entre eux aurait entrepris de rembourser la somme réclamée. Jeudi dernier 16 août, ils ont répondu à une autre convocation du magistrat instructeur. Lequel magistrat Eric Talla, a signé leur mandat de dépôt. Ils croupissent depuis jeudi dernier au Tgi de Mbengwi. Parallèlement le maire de Batibo, interpellé le 18 juillet dernier est toujours détenu à la prison centrale de Bamenda, malgré le paiement apprend-on des quelque 17.3 millions (dix sept millions trois cent mille) qu’il avait « puisé » dans la cagnotte consacrée aux timbres communaux vendus.

Si le maire Tah George Mbah devra justifier le détournement de 20 millions Fcfa. Son collègue d’Andek, Johnny Agogho, aurait délesté 34 millions Fcfa, et l’ancien maire Godlove Awanakan 4 millions Fcfa. Le premier adjoint au maire de Njikwa, Godwill Amahndong pour sa part est accusé de détournement de 32.8 millions Fcfa. La valse d’arrestations des magistrats municipaux fait paniquer plusieurs maires  dans la région du Nord-Ouest. Dans le collimateur de ce rapace, on cite également les maires Daniel Ntoh de Ndop, Augustine Wasum de Balikumbat et Titanjoh de Babessi, tous du département du Ngoketunjia. Chaud devant !

Donat SUFFO

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE