22/08/2012 13:00:23
Le zéro pointé et la philosophie de l'éducation sportive au Cameroun
KO mais debout ce qui n’était plus jamais arrivé au Cameroun depuis la médaille d’argent de 1968 ! Nos maigres sportifs dans tous les sens du terme aux jeux olympiques de Londres (37 athlètes, ce n’était pas la plus réduite des délégations mais au regard du nombre de disciplines au programme des JO le Cameroun aurait pu être présent dans au moins 20 discipline sur 28 !) ont été battus partout.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

KO mais debout ce qui n’était plus jamais arrivé au Cameroun depuis la médaille d’argent de 1968 ! Nos maigres sportifs dans tous les sens du terme aux jeux olympiques de Londres (37 athlètes, ce n’était pas la plus réduite des délégations mais au regard du nombre de disciplines au programme des JO le Cameroun aurait pu être présent dans au moins 20 discipline sur 28 !) ont été battus partout.

Dans le combat physique déjà, les boxeurs, les lutteurs n’ont pas fait le poids.  Au niveau de l’intelligence, il ne fallait surtout pas compter sur eux ici tout se passe de commentaire ! Sur le terrain de la technique ils ont été aussi blancs qu’un linge. Mais sur  les faits divers et les excuses fabriquées ou inventées, nous sommes les premiers, oui la copie rendue par nos compatriotes est plus que pale et frustrante chacun peut y aller de son petit commentaire.

Epiloguons en premier sur la taille de l’équipe d’encadrement des athlètes camerounais à ces JO, sur la qualité même de ces athlètes, je parle plus de leurs convictions de sportif faut-il se dire sportif pour l’être ? Echangeons sur tout ce que nous voulons c’est de notre droit. Une équipe féminine de football qualifiée sur tapi vert après la disqualification de la Guinée Equatoriale victorieuse sur le terrain. Parlons de l’accoutrement de ces sportifs stars avant l’heure ? Certainement beaucoup d’égo démesurés mais ne masquons point l’écrasante responsabilité de nos athlètes. La vérité pour tout sportif est sur le terrain.

J’ai appris des sportifs (Gustave Fouda-Zibinhoet Yannick Noah pour ne parler que de ces deux là) qu’une grande compétition n’est que le révélateur de la force d’un groupe, d’une génération. Celle-là en l’absence de Mbango, Mbangué et autres, a montré ses faiblesses n’a vécu que d’elles. La plus grande faiblesse a été son incapacité à être patriote, nos athlètes n’ont pas été capables de regarder au-delà de leur petit nombril. Les encadreurs plus préoccupés par leurs frais de mission et à découvrir la ville de Londres sans rien copier, le Ministre et le Président du Comité Nationale Olympique ! Des curiosités dans le monde du sport ! Au Comité Olympique le professeur René Essomba a fait mieux !

Oui la délégation camerounaise à Londres est aussi coupable de crime que ceux qui sont à kodengui aujourd’hui pour avoirs distrait l’argent des camerounais pour des destinations que nous peinons à lire. Oui le venin s’est emparé de tout le fruit et quand on sait qu’il suffit de quelques-uns pour qu’un groupe explose ou implose, nous pouvons nous demander où sont passés les invités du Ministre des sports ? La seule présence de Samuel Eto’o aurait pu servir de catalyseur à ces apprentis-sportifs en ballade à Londres.


Adoum Garoua donnez-lui un autre nom si vous voulez, a été le pire des symboles visibles. Grand on pouvait le voir d’un bout du stade à l’autre mais il n’a rencontré aucun autre ministre durant tout son séjour à Londres, n’a visité aucune installation sportive pour copier au moins ! Non je n’en dirai pas plus, son patron devrait s’en charger du moins nous l’espérons. Eto’o qui sait voyager d’un coin du monde à un autre n’a pas non plus brillé par son soutien apporté à son pays, quand on a beaucoup reçu il faut vous attendre à ce qu’on vous demande beaucoup. Je comprends parfois qu’il ne puisse pas être partout, devant derrière, au milieu surtout si on ajoute à tout ceci le fameux vrai-faux problème du brassard dans l’équipe autre fois indomptable mais qui aujourd’hui n’est plus qu’un titre en peluche même devant les panthères du Gabon !

La porte-drapeau est tombée en dernier : le mot est juste, elle a voulu faire son travail rien que son travail alors qu’on attendait plus d’elle ! Elle a donc regagné le Cameroun sans aucune émotion ni dans la voix ni sur le visage.

Les sportifs déserteurs doivent être jugés pour trahison au même titre et certainement un peu plus sévèrement les membres de l’équipe d’encadrement et encore plus les chefs de délégation : Monsieur le Ministre de sport.
Je sais que les bienpensants et les bondiseurs viendront à nouveau nous dire qu’il y a mieux à faire, mieux à dire et surtout mieux à analyser.
Déserter les JO n’a rien d’infamant puisque en 2001, aux IVème Jeux de la Francophonie au Canada 106 athlètes avaient fait défection. En 2002 à la fin des Jeux du Commonwealth organisés à Manchester, la délégation de Sierra Leone est repartie avec seulement dix de ses trente représentants. Alors rien de grave que cette année ce soit les sportifs camerounais ! Soyons sérieux ! Demain ils partiront de la même manière avec l’argent de l’achat de l’avion présidentiel, ils partiront de la même façon avec l’argent de notre pétrole et de notre diamant. Oui nous devons changer radicalement notre philosophie tant sur le plan sportif que sur le plan civique c’est à ce prix et à ce prix seulement que nous serons digne d’être une NATION.

Dr Vincent-Sosthène FOUDA
www.generationcameroun2011.com

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE