23/08/2012 15:52:48
Côte d'Ivoire. La France préparerait l'évacuation de ses ressortissants
Insécurité, bruits de bottes... Les consignes secrètes de la chancellerie. Ce que cache l’attitude de Paris.
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Français à Abidjan
La situation sociopolitique doublée d’une atmosphère d’insécurité et de crépitements d’armes quasi-quotidiens ne laissent pas indifférentes les chancelleries occidentales. L’Ambassade de France, selon des sources, se préparent à toute éventualité, notamment l’évacuation de ses ressortissants qui sont depuis quelques jours contactés via le service «Sécurité et protection des Français».

L’information n’est pas officielle, mais elle est de première main. La France, via son Ambassade à Abidjan, réveille les «cellules» d’évacuation de ses ressortissants qui pourraient entrer en action sans tarder en cas d’extrême urgence et de dégradation accentuée de l’environnement sécuritaire.

On n’en est certes pas là pour l’instant, mais depuis quelques jours, selon les informations dignes de foi en notre possession, la chancellerie française a entrepris de mettre en alerte ses ressortissants. Face au constat de la dégradation progressive de la situation sécuritaire en Côte d’Ivoire, l’Ambassade veut s’y prendre tôt pour éviter des débordements et des failles plus tard. Selon des ressortissants français vivant à Abidjan, dans le quartier de Cocody, qui nous ont joints il y a quelques trois jours, ils ont reçu un coup de fil de leur chancellerie leur recommandant beaucoup de prudence. Et surtout de se préparer pour toute évacuation en cas de «pourrissement»
de la situation sécuritaire.

Dans la ville de San Pedro, selon une dépêche de l’APA, les ressortissants français sont invités à s’enregistrer à leur consulat depuis la semaine dernière. Les quelques dix attaques subies en moins de deux semaines par les Frci sont-elles la cause de ce «remue-ménage» à la «Maison de France» ? L’on ne peut objectivement répondre par l’affirmative. Etant donné que depuis la prise du pouvoir par Alassane Ouattara, le 11 avril 2011, ce ne sont pas les premières attaques enregistrées. A moins que cette «précoce» prise de disposition par la chancellerie française ne cache des choses.

La France qui possède de performants services de renseignements sait plus qu’elle ne laisse croire. Et le matraquage subit du régime Ouattara par la presse française ressemble fort à la période pré-septembre 2002 et trahit bien un secret.Interrogé par ses coups de fils à ses ressortissants en rapport avec le climat sécuritaire, l’Ambassade de France a nié une telle démarche qu’elle aurait entreprise. Mettant cela sur le «compte des rumeurs». Et reconnait avoir conseillé l’extrême prudence aux ressortissants français en pareille circonstance «d’incidents sécuritaires». Une chose est sûre, au sein de la communauté française, on semble bien prendre au sérieux la menace qui plane, vu la dégradation du climat sécuritaire depuis quelques semaines.

Frank Toti

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE