24/08/2012 03:47:25
Prix « Guillaume Kigbafori Soro du fair-play électoral»
Prix « Guillaume Kigbafori Soro du fair-play électoral» : Blaise Compaoré, premier lauréat. Un article emprunté du site www.lefaso.net que nous avons bien voulu partager avec vous. Bonne lecture
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Blaise Compaoré

Note de la rédaction de cameroonvoice. Un article emprunté du site www.lefaso.net que nous avons bien voulu partager avec vous. Bonne lecture

Prix « Guillaume Kigbafori Soro du fair-play électoral» : Blaise Compaoré, premier lauréat

L’ONG « Aimons notre Afrique » (ANA), basée en Côte d’Ivoire, a attribué le prix « Guillaume Kigbafori Soro du fair-play électoral », au président du Faso, Blaise Comparé, le 6 août 2012, à Abidjan. Ce prix est une reconnaissance des efforts du chef de l’état burkinabè, dans les différentes médiations menées pour le retour de la paix dans plusieurs pays africains secoués par des crises.

Les efforts de Blaise compaoré pour ramener la paix à divers endroits de l’Afrique sont reconnus à Abidjan. Dans la capitale ivoirienne, l’ONG ANA lui a décerné le prix « Guillaume Kigbafori Soro du fair- play électoral ». Le président du Faso devient ainsi, le premier lauréat de ce prix. Pour le président de l’ONG ANA, Harouna Douamba, c’est au regard du dynamisme politique du président Compaoré dans le cadre des règlements des conflits en Afrique (Togo, Côte d’Ivoire, Guinée-Conakry …) que celui-ci a été désigné premier lauréat du prix.

Le président du Faso recevra son prix, au cours d’une cérémonie prévue prochainement à Ouagadougou, a confié Harouna Douamba. Réagissant à cette nouvelle, l’ambassadeur du Burkina en Côte d’Ivoire, Justin Koutaba, a traduit sa fierté de voir le président du Faso distingué. Selon lui, le président Blaise Compoaré a été un témoin privilégié de l’histoire récente de la Côte d’Ivoire (NDLR, en étant médiateur dans la crise de ce pays) et continue d’ouvrer pour la paix en Afrique.

Le prix attribué au président du Faso tire son origine du prix « du fair-play électoral » décerné à Guillaume Soro, l’actuel président de l’Assemblée nationale ivoirienne et à Henry Konan Bédié, ancien président de la Côte d’Ivoire (1993-1999). Le premier cité a été choisi par l’ONG ANA, pour son dynamisme politique au service de la Côte d’Ivoire et qui, par son action, a « brisé définitivement, le cycle pernicieux de violences et d’horreurs, ces dix dernières années » au bord de la lagune Ebrié. Le second a été récompensé, pour n’avoir pas, entre autres, appelé ses partisans dans la rue pour contester sa troisième place, obtenue à l’issue du premier tour de la présidentielle ivoirienne de novembre 2010.

Portée sur les fonts baptismaux, en août 2010, l’ONG ANA se propose d’approfondir, de divulguer et de défendre les valeurs d’une élection considérée comme un moyen de formation et d’éducation de la personne et de solidarité entre les citoyens et du respect de leur choix. Et le prix du « fair–play » est une reconnaissance à une personnalité, un parti politique, ou une association qui aime son pays, son peuple et son continent.

« En Afrique, après des élections, tout le monde se précipite pour féliciter le gagnant, en oubliant que s’il y a la paix, c’est dû à la sagesse du vaincu qui reconnaît sa défaite. Le rôle de ANA est de dire à ce dernier qu’il est le vainqueur de la paix et grâce à lui, la vraie démocratie est sur le chemin d’être consolidée », explique Harouna Douamba. Et de citer des exemples de « faire-play » en Afrique qui pourraient être aussi distingués : Cellou Dallein Diallo (Guinée-Conakry), Seini Oumarou (Niger), Abdoulaye Wade (Sénégal)...

Gabriel SAMA

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE