27/08/2012 04:30:43
Dérives. Un rabbin appelle à prier pour l'élimination de l'Iran
Le sermon guerrier du rabbin Ovadia Yosef.
frederichelbert
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Ovadia Yosef

Le sermon guerrier du rabbin Ovadia Yosef.

Le rabbin Ovadia Yossef, grande figure religieuse, réputé pour son immense connaissance de la loi judaïque (Halaka) mais aussi ses prises de positions jugées par ses détracteurs, comme ultra-radicales, voire comme des dérapages, est apparu dans le paysage politique, et le débat qui secoue Israël sur l’hypothèse d’une guerre à lancer contre l’Iran, la semaine dernière.

Lorsque l’on a appris que façe à l’impasse, ne disposant ni d’un majorité ministérielle, ni de l’approbation de nombreux chefs ou anciens chefs de l’armée et des services de renseignement militaire, pas plus que d’un appui populaire franc et massif, Benjamin Netanyahu avait décidé  d’envoyer son conseiller à la sécurité nationale, le général Amidror, pour convaincre le dignitaire religieux d’user de son influence, notamment auprès des ministres du parti ultra-orthodxe Shass, opposés jusqu’alors à l’option militaire, de changer leur « fusil d 'épaule ».

Dénoncée par d’autres rabbins, la démarche n’en a pas moins produit ses fruits, au delà de ce que pouvaient être les espérances d’un Netanyahu bien décidé à en découdre avec l’Iran, se rapprochant chaque jour davantage selon lui, de l’acquisition de l’arme nucléaire.

Aujourd’hui le rabbin, rav Ovadia Yossef a rendu son verdict intime:

« Nos prières de rosh Hashanah (le nouvel an juif prévu le mois prochain) doivent être dirigées contre l’Iran, et le Hezbollah » a t-il déclaré publiquement. Mais il est allé beaucoup plus loin et s’est monté beaucoup plus explicite.

«J’appelle tous les juifs, à demander dans leur tefilot (prières traditionnelles juives), la fin de nos ennemis qui nous haïssent, la destruction et la disparition de la surface de la terre, de l’Iran, et du Hezbollah » . Un appel sans ambiguité contre « l’ennemi perse » que le rabbin  désigne en termes bibliques mais aussi contre son allié iranien,le Hezbollah, qui dirige le gouvernement pluri-confessionel libanais, et qui possède une branche armée d’une puissance considérable. A tel point qu’à Beyrouth même, dans la banlieue Sud, et dans plusieurs zones du Liban, l’armée nationale ne peut entrer! Le Hezbollah les appelle ces « zones de sécurité ». Le Sheihk Nasrallah a promis l’enfer à Israël si l’Iran était attaqué.

Dans une guerre, pour l’heure psychologique et des mots (même si les préparatifs vont bon train de chaque coté), la prise de position du rabbin Ovadia Yossef pourrait avoir une influence décisive. « Chef spirituel » du parti le « Shass » dont plusieurs ministres figurent au sein du gouvernement dit d’union nationale d’Israël, le rabbin Yossef peut faire basculer la balance.  « C’est une intervention du religieux dans le politique sur une question d’une gravité extrême, sans précédent et qui met en péril les équilibres instables de notre démocratie dit un ministre laïc, joint en israël, opposé à une guerre contre l’Iran. Netanyahu en appelant en renfort un dignitaire religieux, ne fait pas autre chose que l’Iran. A ceci près que là bas ce sont eux qui décident directement! »

Comme pour dramatiser la situation, s’il en était besoin, le rabbin Yossef a ajouté dans son appel: «L’iran est le mal. Il veut nous détruire. Il faut prier devant Dieu de tous nos coeurs. Nous sommes en danger, nous sommes en danger, nous n’avons personne sur qui compter que notre pèretout puissant. Priez avec foi ».

Personne… sauf le trio politique  Netanyahu, Barak (Défense), et Liberman (affaires étrangères) qui mène le clan des belliqueux au nom d’une menace existentielle qui pèserait sur l’état hébreu, et une armée, ainsi qu’un défense civile, qui se prépare chaque jour davantage à la confrontation.

Reste désormais à savoir quelle sera l’influence de la déclaration du rabbin Ovadia Yossef, appelant à la destruction de l’Iran et du Hezbollah, sur les ministres du Shass, et sur les couches populaires qui suivent sans condition. La manœuvre de Benjamin Netanyahu et le résultat obtenu, vont certainement envenimer encore davantage le débat public qui fait rage en Israël et provoquer en retour de fracassantes déclarations tant en Iran qu’au Liban.

Frédéric Helbert, à Beyrouth.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE