31/08/2012 14:58:59
Simone Gbagbo exfiltrée au Burkina Faso ?
A-t-elle vraiment été exfiltrée au Burkina Faso ? Enquête sur le mystère autour de Simone Gbagbo. 
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 

Simone Gbabo et Dozos

A-t-elle vraiment été exfiltrée au Burkina Faso ? Enquête sur le mystère autour de Simone Gbagbo. 

Que se passe-t-il du côté d’Odienné où l’épouse du président Gbagbo est détenue ? Des rumeurs persistantes font état soit de son enlèvement soit de son transfèrement dans un pays voisin pour y recevoir des soins de santé. Le Nouveau Courrier a enquêté.

C’est un communiqué qui a fait l’effet d’une bombe. Diffusé hier autour de 13 heures 30 GMT par Toussaint Alain, exconseiller en communication du président Laurent Gbagbo, il s’est présenté sous la forme d’une lettre ouverte à Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge, lui demandant d’utiliser l’influence de son organisation pour tirer au clair toutes les rumeurs et informations de presse sur «la disparition mystérieuse», «l’enlèvement» ou «la déportation» de Simone Ehivet Gbagbo d’Odienné, son lieu habituel de détention. Et il évoque une hypothèse pour le moins troublante pour une bonne partie de l’opinion ivoirienne.

«Selon des sources diplomatiques, Madame Simone Gbagbo aurait été transportée dans la soirée du vendredi 25 août 2012 au Burkina Faso, précisément à Ouagadougou. Elle serait présentement à La Clinique du Coeur, sise au Quartier Ouaga 2000. Le transfèrement clandestin de Mme Gbagbo dans ce pays étranger s’il s’avérait, même pour des raisons médicales, serait illégal mais surtout suspect. En effet, il est de notoriété qu’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, abrite un grand nombre d’infrastructures hospitalières, parmi les mieux équipées en Afrique de l’Ouest», écrit-il. Vu le rôle du Burkina Faso dans toutes les conjurations contre la Côte d’Ivoire depuis l’arrivée au pouvoir de Laurent Gbagbo en octobre 2000, cette perspective ne peut que faire frémir les patriotes ivoiriens.

Où se trouve diantre Simone ?

Quelques certitudes existent. Elle a été – pendant un certain temps au moins – déplacée de la résidence où elle était jusque-là tenue captive et où elle avait ses habitudes, y compris alimentaires, ce qui n’est pas anodin pour une personne d’un certain âge qui est notamment sujette au diabète. Ce déplacement s’explique ( ?) par une rumeur folle entretenue par les partisans du régime, selon laquelle un commando ayant infiltré la zone aurait essayé de la délivrer de ses geôliers.

Les avocats et la famille de Simone n’ont pas pu la rencontrer en raison de la «situation», et certains se sont même entendus dire que «ça tirait» à Odienné et que le trajet depuis Abidjan n’était pas sécurisé. Les proches de la deuxième viceprésidente du FPI n’ont donc pas pu voir l’endroit où elle a été déplacée. Ils ne savent pas où se trouve cet endroit. Ils ne savent pas avec certitude si elle a été ramenée ou non à son lieu habituel de détention. En fait, le régime Ouattara tient à ce qu’ils ne le sachent pas.

Simone hors du pays? Une hypothèse à prendre avec les pincettes...

C’est ce contexte particulièrement flou qui ouvre la porte à toutes les rumeurs et à toutes les supputations. Le Nouveau Courrier a mené ses enquêtes, notamment auprès d’interlocuteurs qui souhaitent garder profil bas et ne pas participer à envenimer une situation déjà  particulièrement compliquée. Et l’hypothèse selon laquelle Simone Gbagbo serait sortie du territoire ivoirien doit être prise avec des pincettes.

Déjà parce que certains proches parmi les proches n’y croient absolument pas, et estiment avoir de bonnes raisons de ne pas y croire. D’autre part, l’administration de la clinique de Ouagadougou où la rumeur situe Simone Gbagbo est composée soit de personnes qui ont été sincèrement surprises de la diffusion de ce bruit soit de grands comédiens. Interrogés par un animateur de la radio La Voix de la Résistance Africaine – dont le pseudonyme est Twitafrica –, ils ont démenti recueillir Simone Gbagbo dans leurs murs.

En tout état de cause, il y a une seule manière de faire taire les bruits, les rumeurs et les interprétations. Le régime Ouattara doit se convaincre de traiter l’affaire avec beaucoup plus de transparence, vis-à-vis des avocats et des familles des prisonniers politiques. L’exhortation faite par Toussaint Alain au CICR, invité à rendre visite à Simone Gbagbo notamment pour tranquilliser les siens, peut en tout cas représenter une «piste» pour tous ceux qui désirent sortir des flous, des non-dits et des violations du droit international humanitaire qui représentent la marque de fabrique du régime Ouattara.

Philippe Brou

 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE