03/09/2012 02:58:34
Le gouvernement britannique pris au piège de sa politique d'immigration
« Les étudiants étrangers ne sont pas les bienvenus ici », c'est ce qu'on pouvait lire sur les pancartes d'une dizaine d'étudiants de la London Metropolitan University qui protestaient en silence à l'entrée du 10 Downing Street, la résidence du Premier ministre David Cameron.
Les échos
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

London Metropolitan University

« Les étudiants étrangers ne sont pas les bienvenus ici », c'est ce qu'on pouvait lire sur les pancartes d'une dizaine d'étudiants de la London Metropolitan University qui protestaient en silence à l'entrée du 10 Downing Street, la résidence du Premier ministre David Cameron.

Jeudi, les autorités ont retiré à l'université londonienne le droit d'enseigner aux étudiants originaires de pays situés en dehors de l'Union européenne. « Outre l'injustice, cette sanction menace sérieusement de ternir la réputation du secteur de l'éducation », estime le « Financial Times ».

La révocation de la licence pourrait se traduire par l'expulsion de plus de 2.000 étudiants et potentiellement dissuader les étudiants étrangers désireux de venir se former au Royaume-Uni. « Certaines universités semblent déjà vouloir prendre les devants en acceptant plusieurs étudiants de la London Met », rapporte le « FT ». Une solution qui consisterait à traiter les symptômes et non les causes profondes du mal. «Les autorités sont devenues prisonnières de leur propre et défaillante politique d'immigration ».

D'ici à 2015, le gouvernement veut réduire le nombre d'immigrés à 100.000 par an. Un objectif qui inclut la chasse à ceux que le ministre de l'Immigration, Damian Green, qualifie de « faux étudiants ». « Il n'y a pourtant aucune raison de traiter les étudiants étrangers comme des migrants permanents », relève le quotidien britannique. « En soustrayant les étudiants étrangers de cet objectif, le Royaume-Uni signalerait que ses portes sont grandes ouvertes aux affaires et au talent », conclut le « FT », et ce peu importe leur provenance.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE