06/09/2012 02:38:23
Nouvelle arme politique
Cela ne s’invente pas. Voici qu’à l’occasion des évènements en cours au Togo, les femmes sont sorties des cuisines pour revendiquer un peu plus de liberté et de démocratie. Maître Isabelle Ameganvi, une avocate togolaise militante des droits de…l’Homme a appelé les femmes à observer une grève de… sexe.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Sauvons le Togo

Cela ne s’invente pas. Voici qu’à l’occasion des évènements en cours au Togo, les femmes sont sorties des cuisines pour revendiquer un peu plus de liberté et de démocratie. Maître Isabelle Ameganvi, une avocate togolaise militante des droits de…l’Homme a appelé les femmes à observer une grève de… sexe.

Commentaire de Me Meganvi évoquant la passion du président togolais Faure Eyadema pour les «sports litiques» : «On dit que celui qui nous dirige aime cette chose-là». Alors pour le punir par où il a péché et obtenir plus de démocratie, les femmes togolaises sont appelées à refuser tout rapport sexuel avec leur partenaire pendant une semaine depuis lundi dernier. Elles exigent la libération des activistes arrêtés durant les récentes manifestations anti-gouvernementales au Togo.

Isabelle Améganvi, membre du bureau politique de l’Anc, appartenant au collectif “Sauvons Le Togo” a fait savoir que les “femmes du Togo avaient décidé d’observer une grève du sexe afin d’obliger les hommes à réagir pour changer les choses au Togo. On dit que celui qui nous dirige aime cette chose-là, alors j'invite mes sœurs à s'abstenir de le rencontrer cette semaine”, a demandé Isabelle Améganvi.

"Sauvons le Togo"-qui regroupe neuf organisations de la société civile et sept partis et mouvements d'opposition- demande désormais le départ du régime du président Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis la mort de son père en 2005. La démission par l’abstinence ? Il fallait y penser ! Le corps de la femme est donc le chemin de l’alternance démocratique.

Ah, il y a ces coups de fouets qui se perdent. Le vieux Eyadema de son vivant, très porté sur la chose dit-on, aurait soumis à la question toutes les femmes de la République. « Ecrasage » systématique pour toutes les grévistes du sexe. Cela aurait été le déshabillage tous azimuts. Et croyez-moi, il avait du nerf. Mais les bébés doc d’aujourd’hui sont simplement des mauviettes démocratiques,  de Faure à Ali et Kabila, en attendant les nouvelles successions familiales à la tête des Républiques bananières.

On peut même émettre quelques doutes sur les virilités présidentielles qui ont installé le bilinguisme sexuel au cœur des pays pauvres très endettées. De la République à l’église,  pourquoi diable les hommes de Dieu sont-ils alors contre les femmes en chaire ? A force de résister à l’avènement  des prêtresses pour le salut de nos âmes, le pape dévie inconsciemment nos bergers vers des chemins de traverses : « je t’enfonce, tu m’enfonces, on s’enfonce… » Et vive le célibat des prêtres.

En effet et l’actualité est là pour  l’attester, de par le monde, certains prêtres ont opté pour le trou de la lorgnette, comme si le salut se trouve dans les régions inférieures de l’homme. Heureusement que les dirigeants protestants, même en partageant les même plaisirs des « soutaneux »  catholiques, n’ont pas ces angoisses des chapelles sexistes. Dans nos églises  ont trouve des pasteurs et de plus en plus des ‘pasteuses’ qui monte hardiment au créneau pour porter le message de Jésus christ, Dieu fait chair. Ceci n’empêche pas la jouissance collective entre  gens en robes dans une parfaite harmonie des corps et des cœurs. Et entre bergers et bergères, Ça fouraille dure, très saint père. L’infidélité faite femme à l’autel, qui déborde des presbytères et se répand dans la rumeur publique.

Heureusement que la femme n’est pas seulement faite pour s’allonger. Il lui arrive aussi de marcher debout et même tu sais quoi, de frapper du poing sur la table tant au sein des sociétés secrètes que dans d’autres « enclaves féminines».

Il y a par exemple  la société féminine traditionnelle des Takumbeng  en cette période de démocratisation et de multipartisme.  Elles ont montré leur efficacité  dans le contexte de l'agitation collective et de l’activisme sur la scène politique au debout des années 90,   face au dédain et aux politiques non démocratiques du gouvernement. Au-delà des raisons d'être culturelles qui se cachaient derrière l'activisme des Takumbeng,  cette caste féminine avait  accentué son combat continu pour la démocratie en s'appuyant sur son expérience de résistance, en ravivant la flamme de la démocratie sociale et en élevant la conscience politique dans la province du Nord-Ouest qui était alors le  bastion du Sdf.

Les Takumbeng,  société secrète de femmes de la province du Nord-Ouest se sont fait connaître par des manifestations, des protestations et des émeutes qui ont été organisées et dirigées par le Sdf,  et qui  ont abouti aux célèbres villes mortes. Symbolisme et mysticisme ont rythmé l’activisme de ces vieilles dames, habillés en pagnes, qui se dressaient devant la soldatesque, pour « protéger » de leurs corps les manifestants lors des revendications sociopolitiques.

Que sont-elles devenues ? Ont – ils terminé leur mission ? Il serait difficile de les ignorer lorsque l’on sait que de Marie Magdala à Jacky Kennedy et  Indira Ghandi en passant par les épouses du prophète, les femmes ont toujours joué un rôle au sein des religions comme en politique. Et Mohammed, peut être plus  que Mobutu et Omar Bongo, mais moins que Salomon, avait 11 épouses  et 2 concubines attitrées. Khadîdja bint Khuwaylid ; Sawda bint Zam'a ; Â'icha bint Abî Bakr ; Hafsa bint 'Umar ; Zaynab Bint Khuzayma ; Umm Salâma Hind ; Zaynab bint Djahch ; Djuwayriyya ; Safiyya bint Huyayy ; Maymûna bint al-Hârith ; Rayhâna ; Mârya. 

Il avait ainsi de quoi remplir sentimentalement son existence dans cette vallée de larmes. Les épouses du Messager de Dieu sont devenues les mères des Croyants. Musulmanes, pleines d'humble dévotion à Dieu, repentantes, elles se sont  consacrées entièrement à son Adoration. Le Prophète les a épousées vierges ou veuves. Elles arrivèrent au sommet de la gloire, obtinrent la satisfaction de Dieu et de son Messager et devinrent un modèle que toute musulmane devrait suivre. Elles se sont purifiées des souillures du monde moderne. Les togolaises devraient s’en inspirer...

Edking

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE