07/09/2012 05:44:47
Syrie et Afrique, pourquoi ces revirements de Hollande ?
Pendant sa campagne présidentielle tonitruante, l’actuel président français avait égrainé toute une chaîne de décisions dont l’une d’elle était sa non participation au sommet de la francophonie prévu pour le mois d’Octobre 2012 en RDC. La raison évoquée : pour lui, le Président Kabila aurait été mal élu et ne mériterait pas d’être fréquenté.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Pendant sa campagne présidentielle tonitruante, l’actuel président français avait égrainé toute une chaîne de décisions dont l’une d’elle était sa non participation au sommet de la francophonie prévu pour le mois d’Octobre 2012 en République Démocratique du Congo (RDC). La raison évoquée : pour lui, le Président Kabila aurait été mal élu et ne mériterait pas d’être fréquenté.

Mais à la surprise générale, selon un récent communiqué de l’Elysée, le Président français sera en RDC pour cette rencontre.

Que s’est t-il donc passé pour que l’un des gendarmes de ce monde puisse revenir subitement sur cette décision annoncée pendant la campagne électorale?

Nombreux sont les observateurs de la politique française qui se posent certainement cette question. Des doutes planaient déjà sur les promesses de campagne de M. Hollande, sur sa capacité à mettre en pratique toutes ces promesses électorales mielleuses? De toutes les façons, de nombreux hommes politiques français étaient très sceptiques quant à la réalisation de celles-ci. Ils n’ont pas eu tort. Ce Président français qui disait qu’il n’interviendrait pas dans les affaires intérieures des autres pays, est pris la main dans le sac.

En effet, combien de fois n’a-t-il pas déclaré sur ses médias propagandistes son soutien sans faille à la rébellion syrienne pour faire tomber un régime légalement installé? La Syrie est-elle un département ou un territoire français d’Outre mer ? Ou est-ce la continuation des actions impérialistes, des tueries massives perpétrées par Sarkozy, le bourreau, en Cote d’Ivoire et en Lybie pour perpétuer et renforcer le diktat français en Afrique ? Le pétrole qui coule dans ce désert syrien peut faire, oublier les promesses électorales, armer une rébellion et déstabiliser un pays dont le dirigeant ne veut rien céder devant l’impérialisme occidental. N’est ce pas là la raison de la pirouette du Président français?

Le nouveau Président français, qui n’a pu résister au charme du club des sadiques et voraces impérialistes occidentaux (CSVIO), s’est jeté corps et âme dans leur combine, embouchant la même trompette de mensonges et de calomnies de  son prédécesseur Sarkozy, le criminel impuni. Rien d’étonnant pour les dignes africains sous les tropiques car ce dirigeant, alors dans l’opposition déclarait que le Président Laurent Gbagbo, socialiste comme lui qui faisait face à une rébellion créée et soutenue par les mêmes occidentaux n’était pas fréquentable. Aujourd’hui encore, ce patriote déporté à la CPI, victime des atrocités françaises de Sarkozy, est toujours maintenu prisonnier à la Haye sans que cela n’émeuve Hollande qui continue ainsi allègrement la politique étrangère de Sarkozy.

En RDC, pourquoi ce revirement de situation ? N’est ce pas que ce pays regorge de toutes les richesses minières qui peuvent exister sur cette terre, et pour lesquelles on le qualifie de scandale géologique? Certainement que le coltan, cette ressource minière indispensable aux voraces multinationales exerçant dans le domaine des TIC, y est pour quelque chose. Y aurait-il un seul membre du CSVIO qui résisterait devant l’or, le diamant, et autres métaux nobles enfouis en grande quantité dans le sous-sol de la RDC ?

C’est pourquoi du coup, le Président Kabila est devenu fréquentable. On peut donc s’asseoir à la même table que lui pour prendre part au festin du partage des immenses richesses minières Congolaises ; sinon les conditions de son élection n’ont point changé. Alors, si l’élection de Kabila a été décriée par ses adversaires congolais, n’est-ce pas une affaire purement congolo-congolaise, donc intérieure à un pays indépendant, membre de l’ONU, comme la France ?

Quand est ce que la France reconnaîtra que les pays africains sont souverains et que leurs dirigeants doivent les conduire en toute indépendance ? Malheureusement, beaucoup de ces gouvernants sont encore à la solde de l’impérialisme français. C’est ainsi que l’actuel Président Français est rattrapé par l’hypocrisie politique à laquelle les africains sont habitués depuis belle lurette.

«Allons doucement, nous sommes pressés » disait Gbagbo, cet digne patriote et souverainiste ivoirien qui a voulu sortir son pays des griffes de l’impérialisme occidental, et qui malheureusement, a été traité faussement de dictateur et de tous les mauvais noms par les médias occidentaux à la solde des maîtres penseurs, gendarmes de ce monde mais surtout à la fois pyromanes et pompiers.

Malgré tout, les pays africains s’affranchiront très bientôt, du joug du CSVIO et ils auront leur mot à dire dans le concert des nations. C’est pourquoi les fils du continent noir ne doivent pas se laisser distraire par ces comportements inhumains des dirigeants occidentaux, qu’ils soient de Droite ou de Gauche. Ces derniers ont suffisamment habitué les africains à des pirouettes de haut de gamme dont ils ont seuls le secret et qui attestent que le changement, c’est bien maintenant pour se rendre en RDC. Leur politique africaine n’a jamais varié car pour eux, les noirs sont des sous-hommes et l’exploitation de leur continent doit être l’affaire exclusive des impérialistes occidentaux véreux.

NANWOULET G. Simone

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE