08/09/2012 06:47:49
Syrie. La France outrepasse son droit
De source diplomatique, la presse anglophone annonce depuis hier que la France fournit désormais une aide beaucoup plus concrète que celle annoncée par le ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius. Depuis une semaine, la France serait passée à la vitesse supérieure ne se contentant plus seulement de lui fournir quelques moyens de téléphonie comme il était annoncé précédemment.
ruvr
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Laurent Fabius en Syrie

De source diplomatique, la presse anglophone annonce depuis hier que la France fournit désormais une aide beaucoup plus concrète que celle annoncée par le ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius. Depuis une semaine, la France serait passée à la vitesse supérieure ne se contentant plus seulement de lui fournir quelques moyens de téléphonie comme il était annoncé précédemment.

L’annonce résonne comme un coup de tonnerre, alors que nous apprenons que l’aide qui est apportée depuis environ une semaine est une aide financière sonnante et trébuchante et également une aide en armement antiaérien. Cette information correspond d’ailleurs sans surprise à l’annonce qui a été faite ces jours-ci de la destruction par les rebelles de deux avions de l’Armée de l’Air syrienne par leurs propres moyens. Cette aide serait distillée à 5 groupes se trouvant dans des zones contrôlées ou occupées par les forces rebelles dans trois provinces dont celle d’Alep, cite une source anonyme. Cette nouvelle incroyable montre avec quelle morgue la France et ses alliés sont ainsi décidés à violer les décisions internationales qui ont été prises en commun dans le cadre de l’ONU.

Ainsi, l’embargo sur les armes et les différentes mesures restrictives qui isolent la Syrie sont de fait flouées par la France qui certainement forte de l’appui de ses alliés anglo-saxons que sont la Grande-Bretagne et les USA, montre au Monde un triste exemple. Cette aide, ne peut avoir été donnée qu’avec l’assentiment du président français Monsieur Hollande, par ailleurs au mépris de ses engagements personnels de campagne électorale. Nous pouvons en effet voir avec un certain dégoût comment, la promesse avait été faite de se désengager de l’Afghanistan, comment l’attaque de la Lybie avait été critiquée par l’opposition socialiste du moment, et comment ce régime socialiste pousse à une nouvelle intervention en cherchant à nous entraîner vers une nouvelle guerre, qui je l’affirme a un relent de colonialisme !

La France en effet ne peut pas se placer éternellement en donneuse de leçon, faire mine d’être respectueuse de la paix dans le Monde et des règles les plus élémentaires et à la première occasion fournir des armes qui vont tuer et qui seront tournées d’ailleurs comme en Irak bien vite contre des Chrétiens et toutes les minorités de Syrie. Les Américains avaient armé les islamistes Afghans, les fameux talibans pour lutter contre l’invasion russe… ils en ont reçu le prix et y ont entraînés les Français après qu’ils aient eu l’intelligence de refuser l’intervention en Irak. A un moment où Monsieur Hollande annonce un budget resserré et abandonne piteusement son projet « des 75 % » pour pressurer les classes moyennes ; les Français voient l’utilisation de leurs impôts, dans le financement occulte de quelques bandes de mercenaires dont nous avons tous vu la façon de faire, exécutions sommaires, appel à la guerre sainte, massacres.

Le fait est d’autant plus grave que la France est frappée d’un nombre incroyable de scandales liés à la présidence et la vie privée du président. Le couple s’est engagé dans une série de procès contre plusieurs magazines et journaux « People » pour quelques photos du duo présidentiel en maillot de bain. Les agissements tapageurs de sa compagne n’ont pas fini de défrayer la chronique en inondant la France à son tour du relent du scandale. A Marseille, le gouvernement a tenté ses derniers jours un coup médiatique « sécuritaire » qui n’a pas trompé la presse, une ville montrée du doigt, alors que la très grande majorité des villes françaises souffre d’une insécurité endémique au point d’être devenue le symbole de campagne du précédent président, bref le gouvernement français marche sur des œufs déchaînant littéralement la presse contre lui.

Ce déchaînement est d’autant plus frappant, que déjà des personnalités comme Cécile Duflot, et quelques journalistes hollandistes se plaignent pour ne pas dire pleurnichent sur les attaques ininterrompues dont ils font l’objet, un événement prenant la place d’un autre dans une valse qui aurait donné le tournis à plus d’un. En l’espace de quelques mois seulement, la succession d’impairs, de scandales, de maladresses a été telle, que la période habituellement plutôt calme des vacances scolaires a été au contraire médiatiquement une véritable fournaise. En agitant le feu en Syrie, en fournissant des armes qui vont tuer et qui ont déjà probablement tué, Hollande et ses partisans ne vont pas servir, ni la France, ni ses intérêts, ni même l’humanité ou une vraie cause.

Car si Bachar al-Assad ne peut pas évidemment soutenir la comparaison avec le démocratique Hollande, son élimination dans la violence la plus terrible laissera un vide inquiétant. Les trombines des rebelles ne sont pas en effet sans rappeler quelques têtes barbues, du côté de l’Afghanistan, en rappelant également que les chrétiens qui sont très nombreux, comme ils l’étaient en Irak, ainsi que d’autres minorités, seront et sont déjà en danger de mort, déclenchant un exode vers l’Ouest à un moment où les capacités d’accueil des pays de l’UE sont au niveau 0, pour ne pas dire dans le rouge, tous les indices d’alertes clignotent. La France devra-t-elle après avoir payé de l’armement et remplie les poches de bandes armées, payer le coût du sauvetage et de l’expatriation de ses milliers de pauvres gens ? Qu’est-ce que la France a à offrir à toutes ses personnes qui se retourneront de toute évidence immanquablement vers elle ?

La France ne s’est pas engagée pour la chute de Saddam Hussein, et nous avions ensuite appris que l’état des armements supposés des Irakiens avait été un leurre pour lancer une campagne ayant d’autres buts. Pour les mêmes raisons, la France avait accueilli il y a longtemps un certain Khomeini qui fut bien vite, trop vite enthousiaste à brûler, les Français l’ont-ils oublié (?) le drapeau tricolore, celui du « petit Satan ». En fournissant de telles armes à des groupements incontrôlables, la France montre sa totale inconscience du danger, personne ne peut en effet savoir où celles-ci se trouveront dans le futur, dans quelles mains, et pour servir quelle cause ? Nous aimerions également bien savoir la teneur de ses matériels, car le matériel antiarien en question, est évidemment utilisable de bien des manières, et pas seulement pour tirer sur quelques chasseurs, la fourniture d’une seule cartouche est déjà un crime, elle va à l’encontre de tout ce que la France a toujours défendue, la Liberté, l’Egalité et la Fraternité, les Droits de l’Homme !

La France assujettie et ballotée dans la crise européenne semble être devenue un jouet dans la main de quelques politiciens qui montrent une sérieuse tendance à bafouer tous les idéaux français, la République, la présidence, la Démocratie, est-ce en tuant et en appelant les partisans d’Allah que la France défendra en Syrie la fameuse et sempiternelle Démocratie ? Je vous le demande, à vous citoyens français, et je me souviens des paroles de Madame Roland qui disait sur le chemin de la guillotine, « Oh Liberté que de crimes commis en ton nom !». La France a un devoir en Syrie, elle fut liée à elle dans les années qui ont précédé la Première Guerre mondiale par un mandat qui fut mal supporté par les Syriens mais qui créa toute de même des liens qui existent. La Syrie, la Grande Syrie est aussi l’un des berceaux du christianisme, et en la livrant aux fanatiques d’Allah, elle ne rend service à personne, encore moins par ailleurs à la Syrie.

En tant que membre du Conseil de Sécurité, elle a également un devoir de réserve et d’exemple à donner sur la scène mondiale, c’est une nation qui compte par son importance historique. Elle ne peut se permettre d’être une vassale, même des Etats-Unis et même pour le souvenir du débarquement du 6 juin 1944. Ce n’est pas en liquidant son armée que la France pourra espérer être respectée, ou être protégée par l’aile protectrice de l’Oncle Sam bienfaisant et compatissant ! Dans les combats de 1914, dans ceux de 1940 aux portes de Sedan, il n’y avait aucun avion américain ou GI’s aux côtés de la France, et si dorénavant un quelconque danger la menaçait, il n’y en aurait pas plus, du moins tant que les intérêts marchands des Etats-Unis ne seront pas dans la balance. Aux armes Citoyens ! Mais de grâce n’en fournissez pas à n’importe qui...

Laurent Brayard

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE