10/09/2012 04:09:11
La manière libérale de diriger le monde : « changez, ou nous vous tuerons »
Quel est le mot en « isme » le plus puissant et le plus violent ? Depuis que le communisme a disparu de la scène, cette question fera penser aux démons habituels, comme l’Islamisme. La réponse, écrivit Harold Pinter, n’est que « superficiellement mentionnée, sans parler d’être documentée, et encore moins reconnue, » parce qu’il n’y a qu’une seule idéologie qui se prétende non-idéologique, ni de droite ni de gauche, la voie suprême, et c’est le libéralisme.
Le Grand soir
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Quel est le mot en « isme » le plus puissant et le plus violent ? Depuis que le communisme a disparu de la scène, cette

question fera penser aux démons habituels, comme l’Islamisme. La réponse, écrivit Harold Pinter, n’est que « superficiellement mentionnée, sans parler d’être documentée, et encore moins reconnue, » parce qu’il n’y a qu’une seule idéologie qui se prétende non-idéologique, ni de droite ni de gauche, la voie suprême, et c’est le libéralisme.

Dans son essai de 1859, On Liberty (Sur la Liberté – NdT), auquel les libéraux modernes rendent hommage, John Stuart Mills décrit le pouvoir des empires : « Face à des barbares, le despotisme est un mode de gouvernement légitime, » écrit-il, « à condition que l’objectif soit de les changer, de les améliorer, et les moyens employés se retrouvent justifiés par l’atteinte de cet objectif. » Les « barbares » désignait de larges pans de l’humanité à qui était exigée une « obéissance implicite ». Le libéral français Alexis de Tocqueville aussi croyait en la conquête de l’autre par des moyens sanglants et y voyait « le triomphe de la Chrétienté et de la Civilisation » ce qui était « clairement un destin dévolu par la Providence ».

«  Il s’agit d’un mythe bien agréable et commode que les libéraux seraient des pacifistes et les conservateurs des bellicistes, » écrivit l’historien Hywel Williams en 2001, « mais l’impérialisme à la sauce libérale peut être plus dangereuse à cause de sa nature ouverte, variable – sa conviction qu’il constitue une forme de vie supérieure [tout en niant son] fanatisme moralisateur. » Il avait à l’esprit un discours prononcé par Tony Blair au lendemain des attentats du 11 Septembre 2001, où ce dernier promettait « de réorganiser ce monde autour de nous » selon ses « valeurs morales ». Un million de morts plus tard – pour ne mentionner que l’Irak – ce tribun du libéralisme est aujourd’hui employé par la tyrannie du Kazakhstan pour un tarif de 13 millions de dollars.

Les crimes de Blair n’ont rien d’exceptionnel. Depuis 1945, plus d’un tiers des pays membres de l’ONU – 69 – ont eu à subir un ou plusieurs de ce qui suit. Ils ont été envahis, leurs gouvernements renversés, les mouvements populaires éradiqués, leur élections truquées et leurs peuples bombardés. L’historien Mark Curtis estime le bilan de ces morts à plusieurs millions.

Madeleine Allbright, Secrétaire d’Etat de l’administration libérale de Bill Clinton

Ceci a été principalement le projet du porteur de la flamme libérale, les Etats-Unis, dont le bien-aimé président « progressiste » John F. Kennedy, selon de nouvelles recherches, autorisa le bombardement de Moscou pendant la crise des missiles en 1962. « Si nous devons employer la force », a dit Madeleine Allbright, Secrétaire d’Etat de l’administration libérale de Bill Clinton, « c’est parce que nous sommes l’Amérique. Nous sommes la nation indispensable. Nous sommes grands. Nous voyons plus loin dans le futur. » Quelle manière succincte de définir le libéralisme moderne et violent.

 

La Syrie est un projet qui ne date pas d’hier. Voici un document des services de renseignement conjoints US et britanniques :

Afin de faciliter l’action de nos forces libératrices (sic) … un effort particulier devra être déployé pour éliminer certains individus clés (et) procéder à des déstabilisations internet en Syrie. La CIA est préparée, et SIS (MI6) tentera de monter des sabotages mineurs et des incidents en appui (sic) à l’intérieur de la Syrie, par le biais de contacts avec des individus... un niveau indispensable de peur... des affrontements et des incidents (mis en scène) aux frontières fourniront un prétexte à l’intervention... la CIA et le SIS devront employer... des moyens à la fois psychologiques et des actions sur le terrain pour augmenter la tension. 

Ce document date de 1957 mais aurait pu sortir d’un rapport récent du Royal United Services Institute intitulé « A Collision Course for Intervention » (sur la voie d’une intervention inévitable - NdT) dont l’auteur dit, avec un bel euphémisme : « Il est hautement probable qu’un certain nombre de forces spéciales et de renseignement sont présents en Syrie depuis longtemps. »

Et c’est ainsi qu’une guerre mondiale se fait attendre en Syrie et en Iran. Israël, la création violente de l’Occident, occupe déjà une partie de la Syrie. Ce n’est pas un scoop. Les Israéliens organisent des pique-niques sur les hauteurs du Golan pour observer la guerre civile dirigée par les services de renseignement occidentaux à partir de la Turquie et financée et armée par le pouvoir médiéval de l’Arabie Saoudite.

Après avoir volé la majorité de la Palestine, attaqué par surprise le Liban, affamé le peuple de Gaza et construit un arsenal nucléaire illégal, Israël est épargné par la campagne de désinformation en cours visant à installer des régimes pro-occidentaux à Damas et Téhéran.

Le 21 juillet, le commentateur du Guardian, Jonathan Freedland, a averti que «  l’occident n’allait pas demeurer spectateur passif encore longtemps... A la fois les Etats-Unis et Israël observent avec inquiétude les stocks d’armes chimiques et nucléaires de la Syrie, qui auraient été sorties et sont en cours de déploiement, faisant craindre qu’Assad ait décidé de tomber dans une dernière explosion de gloire.  » Selon qui ? Selon la bande habituelle d’ « experts » et de barbouzes.

Comme eux, Freedland appelle de ses vœux « une révolution sans l’intervention massive qui avait été requise en Libye. » Selon ses propres chiffres, l’OTAN a mené 9.700 « sorties de frappe » contre la Libye, dont plus du tiers visaient des cibles civiles. Dont certains avec des missiles équipés de têtes à uranium. Observez les images des ruines de Misrata et Sirte, et les fosses communes identifiées par le Croix-Rouge. Lisez le rapport de l’UNICEF sur les enfants tués. « la plupart (d’entre eux) avaient moins de dix ans. » Comme pour la destruction de la ville de Fallujah, ces crimes n’ont pas fait le une des journaux car médias et désinformation font intégralement partie de l’arsenal d’agression.

Le 14 juillet, l’Observatoire Libyen des Droits de l’Homme, qui s’opposait au régime de Kadhafi, a rapporté que « La situation des droits de l’homme en Libye est à présent bien pire que sous Kadhafi. » Le nettoyage ethnique se déchaîne. Selon Amnesty International, toute la population de la ville de Tawargha «  est toujours empêchée de rentrer chez elle tandis que ses maisons sont pillées et incendiées ».

Dans les universités anglo-américains, des théoriciens influents présentés comme des « libéraux pragmatiques » enseignent depuis longtemps que les impérialistes libéraux – un terme qu’ils n’emploient jamais – sont les gardiens de la paix et les gestionnaires de crises, plutôt que comme la cause de ces crises. Ils ont extirpé l’humanité de l’étude des nations pour la congeler dans un jargon au service des pouvoirs agressifs. Etalant des nations entières sur leurs tables d’autopsie, ils ont donc identifié les « états en faillite » (états difficiles à exploiter) et les « états voyous » (états qui résistent à la domination occidentale).

Peu importe que le régime soit une démocratie ou une dictature. Idem pour les mercenaires embauchés pour le travail. Au Moyen-Orient, depuis l’époque de Nasser jusqu’à la Syrie d’aujourd’hui, les collabos du libéralisme occidental ont été des islamistes, et dernièrement Al-Qaeda, tandis que des notions largement discréditées de démocratie et de droits de l’homme servent de couverture rhétorique aux opérations de conquête. Plus ça change... (en français dans le texte – Ndt)

John Pilger

www.johnpilger.com

 

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE