13/09/2012 03:57:44
Cameroun.Tension sociale: Des tracts pro-Marafa invitent au sacrifice
La ville de Douala inondée depuis hier
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Des tracts pro-Marafa inondent Douala

Ces documents largement distribués dans la ville, évoquent des manifestations en cas de non libération de l’ancien secrétaire général de la présidence de la République Marafa Hamidou Yaya.

Les rues de la ville de Douala étaient recouvertes de tracts dans la matinée d’hier jeudi 12 septembre 2012. Les messages contenus sur des feuilles de papier de couleur blanche de format A4 portent l’estampille d’une organisation dénommée «Comité national pour la libération de Marafa Hamidou Yaya (Conalimhy)». A la différence des premiers tracts conçus sous forme d’autocollants et sur papier glacé, la nouvelle communication des «supporters» de l’ancien secrétaire général de la présidence de la République et ex-ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation délivre un message plus perceptible. Ces documents évoquent la durée du procès qui oppose l’ancien secrétaire général de la présidence de la République à l’Etat du Cameroun. Si le message remarque que le procès tire à sa fin, le Conalimhy affirme que l’ancien haut commis de l’Etat «est innocent et injustement détenu». Une allusion claire aux accusations portées contre Marafa Hamidou Yaya dans le cadre de l’achat du Bb-jet2, un avion commandé pour les déplacements du chef de l’Etat camerounais.

Au moment où l’opinion est dans l’expectative, une grosse interrogation taraude les esprits : que va-t-il se passer maintenant ? Et le Conalimhy évoque alors trois hypothèses. D’abord celle d’une libération logique de ce prévenu au terme de ce procès qui devrait connaître son épilogue le 21 septembre prochain. Autre supposition, le Comité national pour la libération de Marafa Hamidou Yaya évoque l’éventualité d’une condamnation de l’ancien Secrétaire général de la présidence de la République «malgré son innocence».

La troisième éventualité abordée par le tract pro-Marafa évoque l’alternative d’un verdict reconnaissant l’ancien secrétaire général de la présidence de la République non coupable. «Les juges en leurs âmes et conscience le déclarent (Marafa Hamidou Yaya, ndlr) non coupable et le libèrent mais sous l’influence du régime, le ministère public fait appel.» Une évocation qui inspire une autre question contenue dans ces documents : «Que devons nous faire dans les deux derniers cas ?» En terme de réponse, les tracts distribués dans la ville de Douala le 12 septembre dernier indiquent que : «Massivement, nous nous mobiliserons sur toute l’étendue du territoire pour dire non à cette mascarade par tous les moyens.» Comme une précision, le tract indique à sa chute «Nous nous y sommes préparés et nous ne nous laisserons pas faire. Préparons-nous au sacrifice ».

Joseph OLINGA

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE