14/09/2012 02:40:18
Enquêtes de Ouattara. Les pro-Gbagbo toujours désignés d'avance coupables
A la faveur de la rentrée solennelle du Conseil Constitutionnel, Alassane Ouattara a donné publiquement des instructions au Procureur Militaire, Commissaire du Gouvernement, d’enquêter sur l’assassinat du Général Guéi Robert, son ami, qu’il appelait affectueusement Bob.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

A la faveur de la rentrée solennelle du Conseil Constitutionnel, Alassane Ouattara a donné publiquement des instructions au Procureur Militaire, Commissaire du Gouvernement, d’enquêter sur l’assassinat du Général Guéi Robert, son ami, qu’il appelait affectueusement Bob. Bob, en effet, avait été choisi par Ouattara et ses «jeunes gens» pour fomenter le coup d’état du 24 décembre 1999 contre Bédié l’allié «dokoooo» c’est à dire totalement amorphe aujourd’hui devant les nombreux et horribles crimes ainsi que ces innombrables et graves exactions perpétrés par les dozo et autres supplétifs de l’actuel pouvoir en Côte d’Ivoire.
 
Le préposé au « nettoyage » ayant décidé de se servir, en jetant les ordures dans le camp de Ouattara, va donc accaparer le pouvoir, au grand dam du Président du RDR, de ses parrains français et burkinabè. A l’élection présidentielle de 2000, la Cour Suprême va éliminer, à juste titre d’ailleurs, et pour dossiers incomplets les candidatures de Bédié et de Ouattara. Pour Ouattara et ses affidés, Guéi aura imposé à la Cour Suprême le rejet de leurs candidatures pour retenir celle de Gbagbo dont le Chef de la junte sous-estimait l’aura auprès du peuple de Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo, l’opposant historique à Houphouët, qui pendant 30 ans, a travaillé patiemment pour gagner le cœur des ivoiriens, va donc l’emporter logiquement, mais à la surprise générale des dirigeants français et des sadiques et véreux  impérialistes occidentaux. C’est pourquoi, dès sa prise du pouvoir, ce club de sadiques et voraces impérialistes occidentaux (CSVIO) va s’ériger contre son régime car pour eux, c’est plutôt Ouattara qu’ils souhaitaient voir au pouvoir. Les tentatives de coups d’état et les actes criminels vont donc se succéder jusqu’à  la rébellion de septembre 2002.

Ainsi, au Burkina Faso, pays hôte des rebelles ivoiriens, dirigé par le sanguinaire et dictateur Compaoré, le « frère » de Ouattara, fera assassiner Balla Kéita, un des leaders du parti du Général putschiste , très certainement pour éviter que ce  « lieutenant » de Guéi n’informe son chef des manigances qui se tramaient contre lui.

La tentative du coup d’état de septembre 2002 va donner l’occasion aux assaillants rebelles et criminels de Ouattara d’assassiner Boga Doudou, ministre de l’intérieur de Gbagbo, des officiers supérieurs de l’armée ivoirienne tels Dali Oblè et Dagrou Loula, ainsi que de nombreux autres anonymes ivoiriens. Voilà des morts qui, eux aussi, méritent  que Ouattara diligente des enquêtes. D’ores et déjà, il apparait clairement, que ceux qui, en cette nuit du 18 au 19 septembre 2002, ont fait tonner pour la première fois des armes lourdes à Abidjan, sont les auteurs de ces crimes, à savoir Soro l’exécuteur, Chirac et Ouattara les ordonnateurs. Voilà les coupables de ces crimes abominables.

C’est dans ces mêmes heures chaudes que fut assassiné le Général Guéi. On peut déduire aisément que ce sont les mêmes habitués aux crimes de sang qui ont commis cet autre assassinat pour se venger de celui qui avait refusé de céder le pouvoir de Décembre 1999 au commanditaire.

Voici des criminels qui, pour s’innocenter et accuser faussement le camp Gbagbo, demandent aujourd’hui une enquête sur ce crime. La justice aux ordres des bénéficiaires de la guerre de la France, saura très certainement innocenter les «sauveurs» de ce régime criminel et totalitaire pour désigner toujours et allègrement comme coupables les pro-Gbagbo.

Est-ce la peine d’envisager une quelconque enquête quand on sait déjà que les accusés choisis d’avance seront une fois encore les innocents du camp Gbagbo destinés aux goulags du Nord ou à la potence ? Ces gouvernants sont habitués à désigner, sitôt les attaques commises et sans enquêtes, les coupables : toujours les pro-Gbagbo mais jamais les supplétifs  du couple Ouattara-Soro, encore frustrés des promesses mirobolantes de Ouattara non tenues à ce jour.

Pourquoi envisager une enquête si ce n’est pour engloutir encore d’énormes sommes d’argent afin de justifier que les innocents non armés sont les coupables et que les dozos et autres supplétifs toujours avec des armes sont les victimes, les anges et des saints.

En clair, point n’est besoin de mener une telle enquête dont les résultats sont connus d’avance.

Le peuple ivoirien et les vrais militants des droits de l’Homme attendent que des enquêtes crédibles et indépendantes soient menées pour élucider les crimes ci-après indiqués :

-    les assassinats du Général Guéi et de Balla Kéita, un ancien ministre ivoirien ;
-    les assassinats de Boga Doudou et des officiers supérieurs de l’armée ivoirienne ;
-    le massacre des gendarmes de Bouaké ;
-    les tueries des danseuses d’Adjanou de Sakassou ;
-    les massacres de Guitrozon ;
-    les massacres de Pélézi ;
-    le génocide des Wè à Duékoué ;
-    le massacre de réfugiés de Nahibly perpétré en Juillet 2012 avant l’attaque du camp d’Akouédo mais dont l’enquête, contrairement à celle du camp militaire, n’a pas encore livré ses résultats.

Il en est de même de tous ces nombreux assassinats et autres exactions meurtrières qui se perpétuent dans le silence coupable de Ouattara, des ONG, de l’ONUCI et dont les journaux ne cessent quotidiennement de rendre compte. Pourquoi aucune enquête n’est diligentée à ce jour devant tant de cruauté ?

Pour tous ces crimes, il n’est plus besoin d’engager des enquêtes, quand on sait que pour le régime Ouattara les coupables sont déjà choisis et ne peuvent appartenir qu’au clan Gbagbo. Le truculent ministre de l’intérieur, enquêteur en chef calmera la nervosité de son patron en désignant toujours des pro Gbagbo en nombre suffisant malgré les nombreux exilés et prisonniers des geôles de Ouattara.

Ce sont encore les pro-Gbagbo qui ont ligoté et criblé de balles ce soldat des FRCI victime de la dernière « noyade » des marins ivoiriens. Ah Pro-Gbagbo ! Que vous êtes formidables, vous qui n’avez pas d’armes, qui criblez les corps de balles et qui continuez de tuer d’autres pro-Gbagbo !!!

Vivement que L’Eternel, le Dieu de justice vienne rétablir la véritable justice en Eburnie car les résultats des enquêtes de Ouattara sont connus d’avance: les pro-Gbagbo sont choisis comme coupables.

Ainsi va ce pays depuis la maudite date du 11 Avril 2011.

NANWOULET G. Simone

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE