23/09/2009 19:11:59
Pour Kadhafi, l'ONU "n'est qu'un décor"
Ce mercredi, les chefs d'Etats se succèdent à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, à New York. Après les discours de Lula et d'Obama, la diatribe de Kadhafi s'est éternisée plus d'une heure.
L'Express.fr
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille
Le bal des chefs d'Etat à New York, au siège de l'ONU, ce mercredi.

AFP PHOTO/Stan HONDA- Le bal des chefs d'Etat à New York, au siège de l'ONU, ce mercredi.

Premier discours du président américain à cette tribune (16h, heure française), suivi de celui du Guide libyen qui vient pour la première fois à l'ONU en 40 ans de pouvoir, sous-entendus possibles entre Nicolas Sarkozy (18h30) et Mahmoud Ahmadinejad (après minuit), absence du président hondurien officiel Manuel Zelaya programmé comme orateur alors qu'il a été renversé...

Des Nations unies... unies et un nouvel ordre multilatéral

Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, a ouvert ce mercredi à New York l'Assemblée générale de l'ONU en appelant ses membres à répondre unis aux défis du climat, du nucléaire et de la pauvreté. "S'il y a jamais eu un bon moment pour agir dans un esprit multilatéral renouvelé, c'est bien maintenant".

Le bal des chefs d'Etat à la tribune de l'ONU est ouvert par le président brésilien Lula qui, lui aussi, appelle de ses voeux un "nouvel ordre mondial multilatéral et moins assymétrique, encadré par des institutions démocratiques".

Barack Obama présentait son premier discours à l'ONU. Il a détacher quatre

Barack Obama présentait son premier discours à l'ONU. Il a détacher quatre "piliers" sur lesquels asseoir les Nations unies: non-prolifération et désarmement, promotion de la paix et de la sécurité, préservation de la planète, économie plus juste pour tous.

Lula demande que les pays pauvres soient mis pris en compte. Face à la crise économique: "Ce n'est pas juste que les pays pauvres ou en développement paient le prix fort. Ils doivent avoir plus de poids au FMI ou à la Banque mondiale, sinon une nouvelle crise, plus terrible encore, sera inévitable". Mais aussi face au changement climatique: "La résistance des pays riches à prendre leur part du fardeau dans la lutte contre le changement climatique nous inquiète".

Le président américain Barack Obama a lui aussi appelé à une "nouvelle ère de coopération multilatérale" pour faire face aux défis de la planète. "Parce qu'est venu le moment pour le monde de prendre une nouvelle direction, nous devons ouvrir une nouvelle ère de coopération multilatérale, basée sur un intérêt et un respect mutuels".

Le président ougandais, Yoweri Kaguta Museveni, qui a pris la parole après la diatribe-fleuve de Mouammar Kadhafi (lire plus bas), a appelé de ses voeux une réforme des Nations unies qui permette une meilleure représentation des pays africains.

La présidente du Chili Michelle Bachelet a également souhaité plus de multilétéralisme, expliquant que "de nombreux conflits sont dus à des actions unilatérales".

Crise économique et G20

A la veille du sommet du G20 qui s'ouvre jeudi à Pittsburgh, le président américain a affirmé que ce sommet devait permettre de renforcer la réglementation de tous les centres financiers.

La présidente du Chili Michelle Bachelet a ffirmé que la crise économique est la "crise d'une certaine globalisation". Et souhaité que le thème de la faim dans le monde soit mis au programme du sommet du G20. "Les pays riches ne doivent pas, au nom de la crise économique, réduire leur contribution pour lutter contre ce fléau". "La résignation n'est pas une option", a-t-elle répété.

Conflit israélo-palestinien

Les Etats-Unis "ne reconnaissent pas la légitimité de la poursuite de la colonisation israélienne", a déclaré mercredi le président américain Barack Obama.

Dossiers nucléaires

Pour le président américain Barack Obama, l'Iran et la Corée du Nord, avec leurs activités nucléaires, sont sur une "pente dangereuse" pour le monde.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad doit monter mercredi soir (après minuit, heure française) à la tribune de l'ONU. Ses collaborateurs ont promis que le dirigeant ultra-conservateur, qui a multiplié les rodomontades et les provocations envers l'Occident ces derniers jours, devait délivrer un "message de paix".

Le président de la Corée du Sud qui doit s'exprimer plus tard ce mercredi reviendra certainement sur le dossier nord-coréen.

Une première particulière pour Kadhafi...

Pour son premier passage à la tribune de l'ONU en 40 ans de pouvoir, le colonel Kadhafi a été présenté par tous ses titres, y compris celui de "roi des rois d'Afrique". Il a commencé son discours, après un moment de flottement, par des références au préambule de la Charte des Nations unies, texte à la main. 

Le président libyen Mouammar Kadhafi à la tribune de l'ONU pour un discours assez laborieux...

Le président libyen Mouammar Kadhafi à la tribune de l'ONU pour un discours assez laborieux...

"Ceci n'est qu'un décor, c'est un peu Hyde Park [connu pour son "coin de l'orateur", ndlr] vous faites un discours et vous disparaissez!", a-t-il lancé à l'assistance, appelant à respecter le principe d'égalité entre les Etats.

"Pourquoi certains ont-ils le droit de veto? Ou un siège de membre permanent au Conseil de sécurité?", a-t-il répété, semblant parfois perdre le fil de son discours. "Le Conseil de sécurité devrait être rebaptisé Conseil de terreur!", a-t-il ajouté en dénonçant la "situation injuste" que les "petits Etats de seconde zone" subissent, selon lui.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE