16/09/2012 02:14:11
Un dimanche avec Pierre Dortiguier
Benghazi, Tunis, Le Caire, Khartoum, Sanaam... Le monde arabe bouillonne. « Innocence of Islam », film conçu pour exciter le taureau islamique? Pierre Dortiguier explique...
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Benghazi, Tunis, Le Caire, Khartoum, Sanaam... Le monde arabe bouillonne. « Innocence of Islam », film conçu pour exciter le taureau islamique? Pierre Dortiguier explique...

Un piège nommé « Innocence of Muslims »

De quoi en est il exactement question? Que cherche-t-on à susciter ? Assassinat de Stevens: acte prémédité? « Innocence of Islam », film conçu pour exciter le taureau islamique? Quels scénarios envisager quand à la suite des évènements?

Ce dimanche Ibii Otto et Jolibeau Koube s'entretiendront avec Pierre Dortiguier, philosophe et analyste des questions internationales, grand connaiseur du monde arabe. Il sera 14h à Montréal/New York, 19h en temps universel sur notre lien radio.

Philosophe et journaliste Pierre Dortiguier est auteur d'un nombre impressionant d'ouvrages, de publications et d'articles politiques. Ci dessous son dernier article relatif au thème en débat ce dimanche

Affaire Stevens : Un 11 septembre amateur !

L’International Harald Tribune, trois jours après l’attentat contre l’Ambassadeur US, parle, touchant l’arme psychologique du crime – ce feuilleton posté sur YouTube en Arabie, d’un « directeur qui peut ne pas exister (« who may not exist ») "et a usé d’un pseudonyme s’il l’a faite", d’acteur qui ont donné l’impression de se faire piéger " (appeared to be trapsing) à travers le villes du Proche-Orient, par la technologie de l’ordinateur" !

Il va de soi que les journalistes qui attendent le sieur Basseley pour le cribler de photos et de questions à Los Angeles n’en savent pas plus sur la fabrication de l’arme antimusulmane, que le monde qui manifeste ou assiste aux protestations compréhensibles des Musulmans contre un double crime : celui de sacrilège, et à cet égard les attentats derniers contre la personne du Christ représenté de manière répugnante dans une exposition artistique n’a d’égal que les malédictions prononcées contre lui et le Prophète dans des écrits que chacun sait, mais qu’il est conseillé, par la police de la pensée ni de reproduire et pas même de nommer ! Et le second crime est d’insulter aussi une grande communauté à l’intérieur de ses frontières, par l’image du net : posté en Arabie, dit-on !

Christopher Stevens devant la dépuoille de Kadhafi
Chris Stevens devant la dépouille de Khadafi. Il vient de subir le même sort.

C’est donc un geste sans vergogne et qui a été condamné officiellement par la Secrétaire d’Etat qui a trouvé le film-vidéo écœurant et répréhensible ! La presse cependant joue son rôle et cet événement, comme celui du 11 septembre, qui aura fait moins de mort, mais n’a pas encore fini de faire des ravages, et de donner des arguments aux bellicistes sionistes de serrer les coudes et les poches des contribuables américains pour les défendre (ceux des sionistes US en revanche qui aident leur Etat de cœur se voient d’autant plus allégés d’impôts !) et aux milieux salafistes de rehausser leur blasons dans des sociétés qui comme l’Egypte – selon une formule incroyable de l’administration américaine - n’est ni alliée, ni ennemie : entendez devient un terrain d’expérience, lieu de toutes les mises en scène qui agiteront un spectre islamique aux Occidentaux trompés !

Quel rapport cependant entre des réactions naturelles de fidèles et l’univers manipulé du 11 septembre, il y a onze ans ? Un fantôme est né autrefois qui ressurgit aujourd’hui, Al Qaeda : c’est à lui qu’est attribué ce qui est un coup de main préparé, à Benghazi contre (l’Histoire le dévoilera, si c’est le cas) un Ambassadeur, J. Christopher Stevens peut-être indésirable, par un groupe d’hommes lourdement armé qui ne pouvait venir de la masse des manifestants !

Deux conséquences vont suivre, dont l’une est déjà annoncée : sous prétexte de lutter contre Al Qaeda, par Obama parlant mercredi au jardin de la Maison Blanche : "Cette attaque ne rompra pas liens entre les États-Unis et La Libye car ceux-ci ont aidé certains de nos diplomates à trouver refuge, et ils ont transporté le corps de l’Ambassadeur à l’hôpital" que celui-ci se promettait du reste de visiter, sur fond de programme d’aide. La Libye reste donc dans le camp des bons ! C’est normal : le personnel a été élu démocratiquement, entendez choisi par des comités démocratiques, de nouveaux Soviets étoilés qui savent distinguer le bien du mal !

Le problème, aurait dit Martin S. Indyk, ancien ambassadeur U.S. dans l’entité sioniste (celle de Tel-Aviv !) a bien dit que « politiquement le plus gros problème est l’Egypte », non la Libye : ceci mérite réflexion. Non pas comme le diplomate affecte de le penser, parce que le Président Morsi a tardé à condamner les quatre attaques contre l’Ambassade Us, mais parce qu’il y a un mouvement patriotique qui est contre l’influence américaine : il faut donc le neutraliser en changeant la couleur trop proche de ses soutiens monarchistes du Golfe Persique, du Mouvement des Frères Musulmans, les dissoudre dans une vague de protestation confessionnelle aux couleurs anti-impérialiste, tout en les tenant ostensiblement au dessus de la mêlée des rues, et des manifestations, est une façon de les enraciner légitimement aux yeux du peuple. La création d’un ennemi fantôme est alors le secours inattendu, le feu que le héros de légende grec Prométhée dérobe pour l’offrir aux hommes, et le mouvement extrêmiste salafiste armé ou son équivalent joue ce rôle d’illusionniste !

La première règle d’un stratège est de comprendre les mouvements que l’adversaire veut lui faire accomplir : pour les USA, il faut que le peuple musulman soit divisé politiquement et que le peuple ne découvre jamais la nature visible de ses dirigeants ; d’où le changement opéré à la tête des Etats, un peu comme chez nous par l’accession des gauches au pouvoir !

L’épouvantail Al Qaeda sert à justifier un rapprochement ou des concessions à ce que demandent les USA et demain les Sionistes ; mais cette organisation, pas plus qu’un complot pour anéantir l’Islam n’existe idéologiquement chez des Coptes ou des Chrétiens extrémistes, sauf des fous, mais cela fait partie de cet épisode du 11 septembre libyen destiné à effrayer les classes moyennes, à dévoyer vers des objectifs secondaires la colère du peuple musulman qui ne voit pas le danger pire, et que le Prophète désignait comme tel, celui de la dissension, de l’affrontement intercommunautaire, de clash des civilisations. Il est sûr que cette affaire sert considérablement la candidature d’Obama, puisque son adversaire républicain se montre très gauche en matière étrangère, commettant des bévues, par manque (provoqué ? ) d’informations !

Ce qui arrive en Egypte, disent les commentateurs US, qui rappellent, comme le New York Times, que l’Egypte reçoit, après Israël, l’aide la plus substantielle des U.SA (the largest recipient of U.S. foreign aid after Israel) . à savoir 2 billions de £ par an, est préoccupant. Cela se conçoit ! Que les USA se servent de tous les artifices, pour redorer le blason de ceux qu’il veut soumette à sa politique, et faire oublier les points obscurs d’une collaboration ancienne –sinon constante- avec des fractions de la fraternité musulmane est aussi ce qui doit retenir l’attention de ceux qui découvriront bientôt, comme pour le 11 septembre, d’il y a onze ans, les conséquences plus larges que l’Egypte et la Libye !

Pierre Dortiguier




 


Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE