24/09/2009 15:01:14
BEAC: Poursuite contre les auteurs des détournements de son bureau de Paris
Ce gabonais de 43 ans a passé 15 ans au bureau de Paris en qualité de comptable. Depuis mai 2009 dès l'annonce des premières enquêtes sur le bureau, Armand B. Ndzamba est parti de Paris pour Gabon et le disque dur de son ordinateur a disparu, selon Jeune Afrique.
Xinhuanet
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

YAOUNDE -- La Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) a déposé deux plaintes à Paris contre les auteurs des détournements et prélèvements frauduleux de son bureau dans la capitale française, a affirmé le gouverneur de la BEAC, le gabonais Philibert Andzembe, dans une interview publiée ce mardi au quotidien Cameroon Tribune.

"Sur le plan pénal, nous avons déposé deux plaintes à Paris pour le détournements et les prélèvements frauduleux au préjudice de la BEAC", a-t-il déclaré, rejettant son implication dans cette affaire.

Il a également introduit des requêtes pour saisie conservatoire à l'encontre des bénéficiaires des chèques frauduleux, a anonncé le gouverneur.

Le rôle du bureau de Paris ne dispose d'aucune prérogative d'émission monétaire mais joue plutôt le rôle de représentation, de collecte de données et de centrale d'achats, a-t-il rappelé.

Pour lui, prétendre que les acteurs des derniers scandales sont pour la plupart de la même nationalité ne correspond pas à la réalité. "Les cadres de la BEAC de diverses nationalités ont été en poste au bureau Extérieur à Paris : Camerounais, Centrafricains, Congolais, Gabonais, Tchadiens....", a-t-il dit.

Dans son édition du 14 septembre 2009, Jeune Afrique a révélé que 19 milliards de FCFA ont été détournés en 2004-2008 au bureau Extérieur à Paris de la BEAC, indexant le Gabonais Armand Brice Ndzamba comme principal auteur.

Ce gabonais de 43 ans a passé 15 ans au bureau de Paris en qualité de comptable. Depuis mai 2009 dès l'annonce des premières enquêtes sur le bureau, Armand B. Ndzamba est parti de Paris pour Gabon et le disque dur de son ordinateur a disparu, selon Jeune Afrique.

Jeune Afrique l'accuse d'avoir émis plus de 300 chèques frauduleux avec des signatures contrefaites.

Créée en 1972 à Brazzaville au Congo par 5 Etats :Gabon, Cameroun, Tchad, Centrafrique et Congo un accord tacite fait d'office des ressortissants gabonais gouverneurs de la BEAC ; le poste de vice gouverneur revient à un Congolais et celui du secrétaire exécutif à un Camerounais. Le siège de cette Institution est basé au Cameroun.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE