19/09/2012 02:50:46
Relations afrique-bloc imperialiste : de simples rappels toujours actuels
Depuis l’inhumaine époque tricentenaire de la traite des noirs, en passant par la honteuse période de la colonisation et de la balkanisation du continent africain jusqu’à l’ère des indépendances factices qui était en réalité celle du néo-colonialisme, les relations entre les impérialistes occidentaux et l’Afrique n’ont guère changé.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Françafrique

Depuis l’inhumaine époque tricentenaire de la traite des noirs, en passant par la honteuse période de la colonisation et de la balkanisation du continent africain jusqu’à l’ère des indépendances factices qui était en réalité celle du néo-colonialisme, les relations entre les impérialistes occidentaux et l’Afrique n’ont guère changé.

La traite négrière, pratiquée par les européens du XVIème au XIXème siècle sur les côtes africaines, s’est déroulée avec la complicité de certains chefs africains qui recevaient de la pacotille (sel, miroir, alcool, draps…..) en échange de leurs frères que Dieu a créés à son image et selon sa ressemblance. C’est ainsi que, des millions d’africains furent déportés aux Amériques et que d’autres millions moururent, après avoir servi de proies aux requins dans leurs tentatives d’échapper à leurs bourreaux. Cet esprit cynique des européens qui les conduisit à tuer, par millions et sans regret des africains, continue malheureusement de les habiter encore aujourd’hui.
C’est pourquoi pendant la colonisation, la France et les autres pays du bloc occidentalo-impérialiste ont continué d’exterminer des africains pour mieux asservir leurs colonies et se fournir en produits indispensables à leurs économies. Ces pays se faisaient encore là aider par d’autres africains recrutés sur place pour accomplir leur sale besogne.

Ce ne sont que de simples rappels de faits qui, malheureusement, continuent de nos jours.

Après la seconde guerre mondiale qui a vu les africains contraints de combattre pour leurs bourreaux d’hier et d’aujourd’hui contre l’Allemagne Nazie, les pays du bloc impérialiste et particulièrement la France n’ont pas hésité à massacrer, déjà sur le chemin du retour, certains soldats africains, rescapés de guerre, appelés tirailleurs pour les ridiculiser.

De même tous les opposants à la vision colonialiste de ces occidentaux impérialistes furent éliminés.
Depuis donc des siècles, ces impérialistes occidentaux continuent de susciter une catégorie de traîtres, d’hommes de paille, en fait des valets, non seulement pour combattre et même anéantir les nationalistes africains, dignes et honnêtes mais aussi et surtout, pour continuer d’exploiter les immenses richesses du continent noir.
Ce ne sont que de simples rappels de faits avérés qui, malheureusement, continuent de nos jours et qui font apparaître deux catégories d’hommes politiques africains.

L’élite politique africaine d’aujourd’hui peut être subdivisée, d’une part en patriotes, nationalistes, dignes fils d’Afrique et d’autre part, en valets des impérialistes occidentaux, renégats d’Afrique.

Les patriotes nationalistes et souverainistes qui forment la première catégorie d’africains présentent également des attributs spécifiques faisant d’eux des fils dignes d’Afrique. On peut citer entre autres Lumumba, Nkrumah, Um Nyombé Ngouabi, Sankara, Kadhafi, Gbagbo, tous tués ou chassés du pouvoir par la coalition France-impérialistes occidentaux avec l’aide de leurs larbins africains. Ces occidentaux font toujours croire que les conflits africains sont ethniques ou religieuses et se donnent le rôle de pompiers alors qu’ils sont de véritables pyromanes.

Les dirigeants africains, dignes fils d’Afrique comptent beaucoup plus sur les richesses nationales que sur l’endettement, pour réaliser des investissements dans leurs pays. Ils font donc une gestion saine et transparente des ressources de l’état, limitant la corruption et exploitant prioritairement les relations Sud-Sud.
Ils ne manquent pas de faire la promotion des produits locaux : produits alimentaires, vêtements, industries locales, tourisme et hôtellerie, etc. Ainsi préfèrent-ils passer leurs vacances chez eux ou dans certains pays africains voisins pour valoriser le tourisme national et africain. Ils s‘habillent simplement, parfois traditionnellement, à l’africaine donc.

Ces hommes d’état refusent le tribalisme et ne se fondent pas sur la religion, les coups de force pour se maintenir ou accéder au pouvoir d’état. Ils font donc la promotion des droits de l’homme et de la démocratie. Ils n’utilisent la force, qu’en réaction à une autre force illégale, exploitée généralement par leurs opposants sur injonction de la France et autres occidentaux déstabilisateurs.

Ces véritables démocrates font l’objet de dénigrements systématiques et continus de la part des occidentaux à travers leurs réseaux mafieux et leurs médias. Ils sont présentés, à tort évidement, comme des dictateurs, contre qui ces néo-colonialistes lèvent des rébellions appelées malicieusement révolutions, pour chasser ou tuer des patriotes africains.

Lorsque ces gouvernants sont confrontés à des problèmes politiques créés par les impérialistes occidentaux, leurs homologues indignes ayant peur de perdre le pouvoir et à cause de la corruption dans laquelle ils sont empêtrés, sont obligés de soutenir leurs parrains français et occidentaux comme ce furent les cas avec Gbagbo et Kadhafi.
Ce ne sont que de simples rappels de faits qui, malheureusement, continuent de nos jours.

Les valets constituent la deuxième catégorie de dirigeants africains et présentent des attributs qu’il faut faire ressortir pour les distinguer des patriotes. Ce sont des affairistes notoires, corrompus, cupides qui, avant toute transaction mettent en avant leurs intérêts personnels, financiers et monétaires. Ils sont avides de commissions et rétro-commissions et sont toujours prêts à tout céder à des multinationales étrangères, à tout accepter pourvu qu’ils en tirent un profit personnel ; ils participent ainsi à l’appauvrissement de leurs citoyens. Quels graves crimes économiques !

Françafrique

De plus, ils sont, avec leurs maîtres de la métropole, membres des mêmes sociétés secrètes souvent rosicruciennes ou maçonniques. Il s’agit donc de ne pas protéger les intérêts des états africains et de leurs citoyens mais d’assouvir des intérêts personnels et ceux des pays occidentaux, même si pour cela, il faille massacrer des populations et asservir leurs peuples.

Pour ceux qui ne sont pas encore au pouvoir et qui sont de la même catégorie de renégats, ils sont manipulés par les occidentaux pour fomenter des coups d’état, créer des rébellions, pour détruire voire assassiner des élites nationalistes. Ces dirigeants, acquis à la cause des voraces multinationales occidentales font tout pour détenir dans ces pays occidentaux de nombreux comptes bancaires alimentés par les fruits de la corruption, des biens immobiliers dignes de grandes familles bourgeoises européennes. Ils sont « englués » par leurs maîtres dans un système tel qu’ils ne peuvent plus défendre les intérêts de leurs pays. Ces traîtres deviennent alors des « sous-préfets » des pays occidentaux sur le continent africain.

Ils se font aussi habiller par de grands stylistes de l’ex métropole où ils effectuent fréquemment de nombreux voyages sans grande retombée positive sur leurs états sous-développés et préfèrent passer leurs vacances en Europe ou en Amérique.

Ces pantins font assurer leur sécurité par les soldats étrangers souvent de pays occidentaux car ils n’ont nullement confiance en l’armée du pays qu’ils dirigent. Ce sont aussi parfois de grands malades dont les dossiers médicaux se trouvent entre les mains des médecins de pays occidentaux. Ceux-ci, trahissant le secret médical, ne manquent d’informer les dirigeants politiques qui tiennent ainsi la vie de ces pantins entre leurs mains.
 Pour gérer l’état, ils ont recours à des assistants techniques étrangers alors que leurs pays disposent de cadres plus chevronnés. Ils ont une phobie des cadres nationaux réellement compétents, n’hésitent pas à jeter en prison et à éliminer physiquement leurs opposants, convaincus de toujours bénéficier du soutien de leurs maîtres occidentaux et surtout des médias à la solde de ces derniers.

Ils sont par ailleurs les suppôts de la France et autres impérialistes occidentaux, les complices et même les co-auteurs des actions criminelles de leurs parrains à l’encontre de leurs concitoyens.

Ouattara Dramane et François Hollande

Ils fondent leur politique sur les clivages ethniques et religieux, semant parfois la mort pour des futilités et donnent ainsi l’occasion aux impérialistes et à leurs médias de trouver là des prétextes d’intervention. Ce sont donc de véritables dictateurs, de criminels avérés, que les occidentaux et leurs médias présentent, toujours malhonnêtement comme des démocrates. Quelle ignominie !

Ce ne sont que de simples rappels de faits qui, malheureusement, continuent de nos jours et qui préparent ces pantins à une fin tragique.

Quoiqu’ils eussent été utilisés pour éliminer aussi bien politiquement que physiquement des patriotes africains pour privilégier les intérêts des occidentaux, les valets subissent de la part des dirigeants du bloc impérialiste l’application des 3L du Général sans armes Blé Goudé. Ces 3L expliquent les comportements successifs des néo-colonialistes occidentaux vis-à-vis de leurs pantins africains.

Le premier L, comme lécher, permet de flatter les laquais africains, de les corrompre et les tenir en laisse. Ils lèchent les bottes des pantins, alors opposants ou nouvellement élus. Ils utilisent, à cet effet, des cercles ésotériques dont principalement la Franc maçonnerie pour choisir leurs hommes de main. Cela a été démontré dans le cas de Mobutu que les occidentaux ont armé pour assassiner Lumumba. Ce dictateur régna sans partage d’une main de fer pendant plusieurs décennies, à la grande satisfaction des impérialistes occidentaux qui spoliaient les immenses richesses de l’ex-zaïre, aujourd’hui Congo démocratique.

Plusieurs autres cas comme ceux de Bokassa et de Ouattara peuvent être cités. Ce dernier a été imposé en Côte d’Ivoire, à l’issue d’une guerre livrée contre le régime du Président légalement réélu Gbagbo par cette clique de pays dit démocrates, en fait le club de sadiques et voraces impérialistes occidentaux (CSVIO). Jusque là, cet homme de main des occidentaux est présenté comme le saint, l’ange bienfaiteur, celui qui n’a jamais tué le moindre moustique qui le pique.

Ce ne sont que de simples rappels de faits qui, malheureusement, continuent de nos jours.

Après avoir courtisé activement et bénéficié des largesses de ces hommes de paille, à la deuxième étape, ces véreux occidentaux les lâchent et les abandonnent à leur propre sort.

Deuxième L : Avec l’exploitation des contrats faramineux à eux offerts par leurs larbins qui auront multiplié entre temps des gaffes politiques et économiques, les impérialistes véreux vont progressivement lâcher leurs hommes de main. Ils passeront par le biais de leurs médias, des ONG et autres clubs de dénigrement créés de toutes pièces pour les accuser de corruption, d’enrichissement illicite et de non respect des droits humains. Ils commenceront ainsi à lâcher les monstres qu’eux-mêmes ont fabriqués. Ceux qu’ils encensaient et traitaient de démocrates sont maintenant qualifiés de tous les maux. C’est ainsi que Mobutu, Bokassa ont été accusés par les médias des pays occidentaux de cannibalisme, de dérives totalitaires et de massacrer leurs populations respectives. On peut aussi noter que le sanguinaire Président du Burkina Faso, le parrain d’un grand nombre de rébellions africaines est confronté à cette phase de lâchage par les révélations faites en son encontre par dose homéopathique dans les médias à la solde des pays occidentaux (soutien des rébellions, tous genres de trafics sur le territoire burkinabè, pouvoir d’une durée exceptionnelle……).

En Côte d’Ivoire, c’est seulement à la veille de la remise du pouvoir à Ouattara par la coalition France et autres membres du CSVIO que les ONG, jusque là muettes sur les crimes de Ouattara depuis 2000, vont présenter les massacres horribles de Duékoué comme étant le fait des dozos et autres supplétifs de leur poulain. C’est ainsi que par le lâchage débute le chantage exercé sur ces dirigeants corrompus et sanguinaires.

Ce ne sont que de simples rappels de faits qui, malheureusement, continuent de nos jours jusqu’au lynchage.

Troisième L : les occidentaux véreux lynchent les dictateurs impopulaires jusqu’à les remplacer par d’autres apparemment encore intègres et bénéficiant du soutien d’une frange toujours minoritaire de la population.
Cela s’est déjà vérifié dans les cas de Bokassa, Mobutu, et même de Bongo-Père et à un degré moindre de Houphouët-Boigny qui, au soir de leur vie, ont souffert de l’hypocrisie des occidentaux qui les avaient pourtant choyés lorsqu’ils étaient à leur apogée caractérisée par le bradage des richesses de leurs pays respectifs. Lorsque ces occidentaux ne pouvaient avoir d’autres profils avec ces Présidents, ils les ont livrés à la vindicte populaire, les ont accusés de détenir des biens frauduleux. Quelle méchante ingratitude!!!

Ainsi, les dictateurs tels Mobutu, Taylor, Bongo… et autres rebelles comme Savimbi, Bemba… ont-ils subi l’hypocrisie des occidentaux. D’autres encore, sur la liste d’attente, sont visés par la méchanceté de ces voraces occidentaux vis-à-vis des africains.

Pour conclure, que les dictateurs actuels sachent qu’un jour, très proche d’ailleurs, les mêmes qui les ont encensés et installés au pouvoir les feront déchoir du piédestal. Qu’ils se rappellent que les pays, surtout européens, n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts.

Ce ne sont que de simples rappels qui ont encore cours aujourd’hui.

A tous ces Chefs d’Etat fantoches seront appliqués inévitablement et intégralement ces 3L.

Les mêmes qui les soutiennent dans leurs dictatures aujourd’hui seront les premiers à les lâcher et les lyncher demain surtout qu’ils n’ont aucune assise populaire.

Les affidés de ces dictateurs qui jubilent aujourd’hui doivent savoir que lorsque leurs mentors seront abandonnés par les occidentaux, certains de ceux-là pourront s’enfuir et les laisseront seuls devant leurs propres frères qu’ils martyrisent. Attention au retour de la manivelle.

Que ceux qui ont des yeux pour voir, les ouvrent bien. Car le chien ne change jamais sa manière de s’asseoir.
Les membres du Club de Sadiques et Voraces Impérialistes Occidentaux ne cherchent que leurs intérêts avec les dictateurs.

Ce ne sont toujours que de simples rappels de faits qui ont malheureusement encore cours aujourd’hui.

A bon entendeur, bonjour ou bonsoir.

NANWOULET G. Simone

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE