25/09/2012 00:20:16
Environnement. Appel un changement des comportements humains
Dégradation des forêts, dégâts de la biomasse et réchauffement climatique: Appel à un changement des comportements humains.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Dégradation des forêts, dégâts de la biomasse et réchauffement climatique: Appel à un changement des comportements humains.

Question. Vous venez de publier un article d'un grand intérêt pour la communauté scientifique. Après avoir lu cet article, il semble que votre recherche a été menée dans une forêt tropicale humide au Cameroun, en Afrique centrale. Pourquoi avez-vous choisi ce site? Pourquoi n'avez-vous pas choisi une forêt canadienne qui aurait été géographiquement plus accessibles en raison de votre lieu de résidence au Canada?

Adrien Djomo. Permettez-moi de commencer par vous remercier, de m'avoir invité pour commenter cet article scientifique d'un grand intérêt que je suis sûr contribuera à mieux comprendre comment nous pouvons influencer le comportement humain pour changer notre impact négatif sur l'environnement. Comme vous le savez peut-être, l'Afrique centrale est la deuxième plus grande forêt tropicale du monde après l'Amazonie. Bien sûr, je vis au Canada, mais je suis né au Cameroun et il était facile pour moi d'avoir des contacts me permettant de collecter de nombreuses données qui ont contribué à cette publication.

Vous savez la déforestation et la dégradation des forêts après la combustion des fossiles représentent la source la plus importante d'émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, entreprendre des recherches visant à fournir des outils permettant de modifier les comportements humains dans le sens de la minimisation de l'impact sur l’environnement me semble être une contribution positive.

La déforestation et la dégradation des forêts ont été présentées lors des récents débats sur le réchauffement climatique comme étant des problèmes des pays tropicaux ou des pays en voie de développement. S’il est à noter que le taux de déforestation et de dégradation des forêts est plus élevé dans ces pays du Sud aujourd'hui, il est aussi bon de reconnaitre que le phénomène se produit également dans de nombreux pays industrialisés du nord, où la coupe rase et l'exploitation forestière font parties des systèmes de gestion forestière. Bien sûr, c'était un moyen d'équilibrer le problème de la combustion de fossiles et de l'industrialisation des processus qui se produisent à un rythme effréné dans les pays nordiques causant des impacts sévères sur l'environnement et rendant aussi les pays du Sud également responsables à un certain niveau. Par conséquent, la terminologie REDD a évolué au fil du temps. C’est ainsi qu’il est passé de Réduction des Emissions dues à la Déforestation dans les Pays en voie de Développement à celle plus englobant de Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des Forêts. Ceci parce que la déforestation et la dégradation des forêts sont présentes dans toutes les latitudes. Par exemple, dans un pays comme le Canada où je vis, la coupe rase et l'exploitation forestière continuent à avoir des effets néfastes sur les écosystèmes et sur le réchauffement climatique.
De cette explication, je veux montrer qu’en prenant en compte les pratiques de gestion forestière de son milieu, les résultats de cette recherche peuvent être applicables dans toutes les latitudes, même si les données ont été recueillies dans une forêt tropicale.

La recherche implique le financement de la recherche. Était-il facile de trouver un soutien financier pour vos recherches?

Oui bien sûr, le financement et de l'assistance technique ont toujours été un problème ou un moyen vital pour la recherche et le développement. C'est pourquoi je saisis cette occasion pour remercier toutes les institutions qui ont contribué directement ou indirectement à cette recherche. Je pense à WWF, à la GTZ, à l'université de Göttingen, à KAAD, à l'Université de Toronto et à l'Université de la Saskatchewan.

En quelques mots peu techniques, comment pourriez-vous résumer le principal résultat ou la conclusion de votre recherche?

La principale conclusion est que la manière dont les êtres humains font l'exploitation forestière peut réduire sérieusement l'impact sur l'environnement. Il est important de déterminer correctement le diamètre minimal des arbres à récolter en tenant compte de la capacité de reconstitution de chacune des espèces ciblées et en adoptant des pratiques d'exploitation forestière qui font moins de dégâts sur d'autres arbres, le sol, l'eau, la biodiversité et soutiennent la régénération naturelle. Cette étude montre qu’il est possible de sauver jusqu'à 35 MgC ha-1 avec cette méthodologie. Elle fournit également aux professionnels de la gestion foresterie un système sylvicole pour conduire la gestion des forêts dans le modèle REDD.

Votre publication sera probablement lue par de nombreux chercheurs dans votre domaine. Avez-vous la certitude que votre point de vue sera partagé par la grande majorité des spécialistes?

Le but de la recherche scientifique est de tester des hypothèses avec des données mesurables et de fournir de la fondation pour l'innovation, les recherches futures et le développement. Ainsi, chaque recherche est une contribution et j'espère que de nombreux chercheurs et professionnels forestiers liront cette publication et y puiseront des informations techniques permettant d’amélioreront la connaissance et aussi à adopter des pratiques positives en matière d'exploitation forestière.

Vous savez, nous vivons à une époque si critique de notre histoire et la menace que la terre est confrontée à travers des actions humaines est tellement énorme que nous devons multiplier les efforts pour rechercher le meilleur moyen de minimiser l'impact de ces actions à tous les niveaux. C'est en mon sens le seul moyen d'atteindre l'objectif de réduction. J'espère donc que cette recherche aille au-delà de ses résultats et contribue à aider toutes les parties prenantes à s'engager dans des activités qui représentent les meilleures pratiques qui peuvent contribuer à sauver notre planète. J'espère aussi que les politiciens suivront avec des décisions courageuses qui vont permettre de modifier les pratiques courantes actuelles d’affaire pour s’orienter vers celles qui prennent plus en compte les intérêts des générations présentes et futures de notre continent.

Il n'est pas possible de parler de réchauffement de la planète aujourd'hui sans mentionner les accords du Protocole de Kyoto. Cet accord exige clairement un changement dans les processus des industries, le transport et les comportements humains dans les pays du Nord comme une solution majeure au problème. Aujourd'hui, il semble peu probable que les pays industrialisés, dont les États-Unis et le Canada se conforment aux exigences du Protocole de Kyoto. Le gouvernement Canadien s’est même retiré de ce protocole. Cela ne vous fait t-il pas perdre espoir?

Je sais que depuis les derniers sommets de la terre (Copenhague, Durban en Afrique du Sud), les gens ont été déçus dans le monde entier par nos principaux dirigeants et les politiciens qui n'ont pas été en mesure de conduire le monde vers la direction que la grande communauté des sans-voix attendait. Mais cela ne semble pas décourager les gens parce que tout le monde sait aujourd'hui que cela est une exigence de notre vie, de notre survie et celle de l’avenir de nos enfants et petits-enfants. Avez-vous vu la mobilisation qu’il ya eu cette année pendant les journées de la Terre?

Cette mobilisation a montré une fois de plus que les gens sont en attente de changement dans le monde. Nous avons donc besoin de bons leaders à travers le monde pour nous impulser dans la direction où les individus, les entreprises, les politiciens de tout bord vont changer les actions menaçantes actuelles et rendre nos petits enfants et arrières petits enfants fiers de nous et de pouvoir dire que «leurs pères et grand pères ont vécu à un moment critique de leur histoire, mais ils ont fait leur part pour s'assurer que l'avenir ne soit pas compromis ". Je saisis cette occasion pour dire que je suis déçu par les conventions nationales des partis républicains et démocratiques aux Etats-Unis qui font face à des élections présidentielles. Bien sûr, le sujet principal est l'orientation politique pour changer la situation économique actuelle. Aucun des partis politiques et encore moins les républicains n’ont reconnu que la mauvaise situation économique que les Etats-Unis traversent en ce moment est largement du à une mauvaise orientation environnementale.

Sans un changement dans le comportement des affaires, il est impossible de faire un changement sérieux dans l’économie future. Cela est vrai pour les Etats-Unis et aussi pour de nombreux pays dans le monde. Quand Barack Obama a mentionné lors de son discours d'acceptation comment il fera l’orientation vers une technologie plus efficace en utilisant moins d'énergie, comment il va investir sur les énergies renouvelables et faire des Etats-Unis un pays moins dépendants du pétrole, gaz et d’autres sources d'énergie non renouvelable, la foule était tellement enthousiaste. Est-cela veut dire les dirigeants américains, y compris Barack Obama sont prêts à discuter d'une réduction des cibles de réduction des émissions des gaz à effet de serre, ceci est la principale préoccupation ou le problème majeur.

Quand j'écoute vos critiques elles soulèvent une question d'ordre pratique. Comment votre recherche peut-elle soutenir ou servir de base pour développer des stratégies novatrices de "l'exploitation forestière verte»?

Cette étude s’est focalisée sur les aspects du mode de gestion forestière dite verte. La gestion forestière dite verte nécessite une planification qui aidera à décider avec un souci de reconstitution des arbres qu’il faut prélever de la forêt sans impacter sur la biodiversité. Cette étude discute un scenario de prélèvement des arbres et montre le seuil pour la durabilité des espèces sélectionnées. La coupe rase a prouvé largement ses impacts négatifs sur la biodiversité, sur l'environnement et sur l'économie à long terme. La gestion forestière dite verte exige également une intervention visant à favoriser au maximum la régénération naturelle ou artificielle.

Cette recherche a également analysé la capacité de régénération dans l'exploitation forestière et montre que la perte de matériel génétique est possible si nous ne prenons pas en considération la capacité de reconstitution des espèces ciblées. Le suivi de l'impact des récoltes d’arbres doit être une bonne pratique pour la gestion forestière dite verte et cette recherche montre clairement que l'intensité de l'exploitation forestière, si elle est trop élevée pourrait avoir un impact négatif sur la biodiversité ; il est donc important de définir l'intensité de l'exploitation forestière et son impact sur l'écosystème restant avant toute intervention de récolte des arbres. Pour plus d'informations sur cette recherche, je recommande de lire cet article scientifique au lien ci-dessous. Vous pouvez aussi me contacter directement.

http://www.davidpublishing.com/journals_show_abstract.html?7214-0

Nous vous remercions de votre collaboration

Adrien Djomo
www.adriendjomo.com
P.S. Ce papier est la traduction de l’article publié en Anglais sur Africa & Science

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE