25/09/2012 00:27:58
La mèche de Benghazi, ou la bombe à retardement !
Une machine infernale se met en place, après les mouvements de provocation et de protestation débutés avec le film blasphématoire  et injurieux ; et qui ne sont point terminés, pour cette raison qu’il y a une volonté triple d’entretenir l’agitation pour ruiner le monde arabe,  affaiblir l’Iran  et ostraciser la civilisation musulmane déjà extirpée, par la création du Pakistan,  de l’unité de la civilisation indienne, matrice incontestable de l’esprit religieux et mystique !
Irib
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Une machine infernale se met en place, après les mouvements de provocation et de protestation débutés avec le film blasphématoire  et injurieux ; et qui ne sont point terminés, pour cette raison qu’il y a une volonté triple d’entretenir l’agitation pour ruiner le monde arabe,  affaiblir l’Iran  et ostraciser la civilisation musulmane déjà extirpée, par la création du Pakistan,  de l’unité de la civilisation indienne, matrice incontestable de l’esprit religieux et mystique !

C'est par un pouvoir musulman que l'Inde du Moghol retrouva son passé et restaura ses antiquités, avant que les capitalistes de la Compagnie des Indes  n'effacassent le persan et cette unité  profonde de l'Iran à l'Inde du nord, qui  leur  faisait obstacle.

Cette présente offensive meurtrière et rusée à la fois contre l’Islam n’est point récente ; elle remonte à la constitution du Wahabisme  dans la moitié du 18ème siècle par des intrigues également anglaises, dont nous avons parlé sur le site,  qu’expose le livre des «Mémoires»  de Humfrey, agent du Ministère des Colonies, ayant su avec ses collaborateurs masculins et féminins très nombreux en Orient, subvertir Abd El Awab et d’autres enthousiastes, pour ruiner, à moyen terme, deux forts  Empires musulmans, l’Ottoman et le Royaume de Perse, poussant le Sunnisme à se dresser contre la tradition chiite !

Cette offensive qui prit une forme violente au début du 19ème siècle par le saccage des Lieux Saints de l’Islam, dont la Mecque et Kerbala, a rebondi, on nous pardonnera de le redire, avec l’"Arab Revolt" de 1915 conduite par un fonctionnaire de l’Empire britannique Lawrence, mort, accidentellement, de façon suspecte, en moto.

Le but s’est poursuivi avec les accords du Quincy, du nom du navire sur lequel  fut scellée l’union US-Arabie, entre le frère maçon de haut grade  Roosevelt et la monarchie saoudienne, dont la suite est la réunion de 1953 à la  Maison Blanche entre Eisenhower et la Fraternité Musulmane, cause prochaine de l’interdiction de cette organisation par Nasser, l’année suivante.

Mouhammar KadhafiCette même machine, en route dans la campagne libyenne, a marqué un point essentiel dont les conséquences se feront durablement sentir : l’assassinat atroce, à Benghazi de l’Ambassadeur  Stevens -dont on, ignorera toujours évidemment les responsables- est déjà présenté, discrètement mais clairement, comme un massacre barbare islamiste ou sur fond de manifestation musulmane populaire, pour assimiler par un retournement cherché, la religion à la violence et au déshonneur. Il est question de torture, d’atteinte à l’intégrité physique, de viol en un mot de la personne et d’un lynchage identique à celui subi par le colonel Khadafi ! Cette image est surimposée, redisons-le,  aux protestations légitimes des fidèles et est appelée à nourrir médiatiquement, dans un univers abêti par l’»American way of life»  le sentiment antifanatique : c’est le même sentiment que voulait soulever la Révolution française, en justifiant ses génocides en Belgique occupée, en Vendée, Anjou et jusqu’au Tyrol martyr. Elle luttait contre le fanatisme!

 La Syrie calomniée et marturisée subit cette oppression de la part d’islamistes qui sont stipendiés par ces mêmes comités  auxquels Big Ben indique l'heure d'agir, et ont pour mission de terroriser l’opinion internationale aussi, tout comme l’Aqmi africaine : ils servent de couteaux aux bouchers qui les payent et déconsidèrent auprès des Chrétiens, déjà influencés ou pénétrés par l'incrédulité ambiante du laïcisme, la nature de la religion musulmane, et poussent leurs adversaires musulmans, dans la jeunesse, à assimiler le fanatisme au  respect de la Religion, à l'obéissance à ses devoirs, sinon à l'autorité légitime parentale  ; ce résultat a été obtenu en Europe, et le Maghreb est un nouveau terrain d’essai avec un sophisme qu’il importe de dénoncer.

  Des esprits nullement indépendants mais influencés par les mots d’ordre que répandent des sectes et des loges politiques veulent assimiler la foi, toute foi -ce qu'ils nomment la superstition-  à la misère, la sensibilité au divin avec le manque de confort et de stabilité économique, l’influence quantitative  considérable ou plutôt l’incorruptibilité qualitative de la foi islamique comprenant plus d’un milliard d’hommes,  avec le chômage et l’incapacité de produire ou de s'organiser, sinon avec l’injustice sociale : cette offensive est remarquable dans un billet anodin du très sérieux quotidien parisien, de la rue du 4 septembre, "Les Echos" : M. Le Boucher, esprit placide et directeur de la rédaction,  y  note, dans le numéro des 21 et 22 septembre, sous le titre "Contre L'islamisme, l'école et l'emploi" que le Proche Orient et l’Afrique du Nord sont les plus touchés par le sans emploi, qu'en "2012, le taux de chomage devrait remonter au-dessus de 11%.Le taux de chomage des jeunes était de 27,1% fin 2011,celui des femmes était de 19%",   celui des jeunes femmes de 41%, qu'"au Moyen Orient plus d'un jeune sur quatre est sans emploi", (page15) mais il pourrait aussi se demander si l’entité sioniste n’y a pas sa part ; j’entends qu’elle-même est touchée comme le monde par la crise économique et aggrave celle-ci dans les territoires occupés, en Egypte, propérant sous Nasser,  ruinée par l’effort des guerres imposées; et même un régime  exemplaire comme la Syrie, au progrès et à la culture incontestable, souffre d’un blocus financier et de l’obligation d’un effort militaire ! Le chomage lui est imposé,  et non sécrété par l'Islam, et celui-ci est une religion, c'est à dire tournée vers Dieu et non pas vers un Homme idéalisé qui n'existe que chez les dupes de nos promesses électorales!

Quant au Maghreb, comme la Libye et la Tunisie, le progrès avec ses injustices et ses améloirations, a été longtemps manifeste, relativement au Maroc par exemple,  nonobstant la dictature ou le pouvoir personnel;  et la stagnation actuelle, avec l'effondrement industriel récent, une flambée des prix retentissante, n’est-elle pas en rapport avec des intrigues ou des coups de main politiques et économiques?

Mettre la stagnation en relation avec l’Islam ou la pratique de la foi contredit l’essor de la Turquie et de l’Iran, et si l’on va par là, où sont remplies de préférence des églises européennes, ô cher journaliste parisien, à Paris ou à Munich et Berlin ? Où la ferveur les entretient-elle mieux, et cire leur planchet étincelant d'une manière digne du culte ? Où Noël est-il le mieux célébré, en Europe, sur les chaînes de télévision françaises ou d'outre-Rhin?  C’est une observation, non sur la fausseté de vos propos, car ils sont bien étroits, pour y loger un jugement, mais leur superficialité ; je crois qu’il ne s’agit que d’un slogan, ce qui en écossais signifie parole tribale  qui «frappe» (allemand : schlagen) ; je parle, justement, de ces Scotts, terme apparenté à Scythes, dont beaucoup sont en Asie islamisés et progressent, c’est cela le vrai péril pour ceux qui nous alimentent, avec la bénédiction du vrai pape de notre société  dénommée "Leadership US" , Zbigniew Bzrezinski,  en formules à l’emporte pièce ! ! 

Pierre Dortiguier

 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE