02/10/2012 15:10:07
Kadhafi « exécuté » : les révélations d'un agent libyen (article intégral)
Dans un entretien à Mediapart, Rami El Obeidi, ancien coordinateur du renseignement extérieur auprès du Conseil national de transition (CNT) libyen, assure que « des agents français ont directement exécuté Kadhafi ».
Wikistrike
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

OBEIDI-JALIL.png

Dans un entretien à Mediapart, Rami El Obeidi, ancien coordinateur du renseignement extérieur auprès du Conseil national de transition (CNT) libyen, assure que « des agents français ont directement exécuté Kadhafi ». Selon lui, « la menace d’une révélation d’un financement de Sarkozy en 2006-2007 a été suffisamment prise au sérieux pour que quiconque à l’Elysée veuille la mort de Kadhafi très rapidement ». L'attaque aérienne ayant visé le convoi de Kadhafi était « dirigée par la DGSE et des responsables à l’Elysée ».

Les images montraient un lynchage, mais il pourrait s’agir d’un meurtre d’État. Selon un ancien responsable du renseignement libyen, Mouammar Kadhafi a été exécuté par des agents des services spéciaux français après avoir été lapidé par la foule, le 20 octobre 2011. L’attaque préalable de son convoi aurait été coordonnée par la DGSE, les services secrets français, sur ordre de l’Élysée.

Répondant aux questions de Mediapart, Rami El Obeidi, ex-coordinateur du renseignement extérieur auprès du Conseil national de transition (CNT) libyen, assure que « des agents français ont directement exécuté Kadhafi ». Selon lui, l’exécution du chef d’État libyen est consécutive à ses menaces de révéler, peu avant le déclenchement de la guerre, les financements occultes de Nicolas Sarkozy en 2007.

« La menace d’une révélation d’un financement de Sarkozy en 2006-2007 a été suffisamment prise au sérieux pour que quiconque à l’Élysée veuille la mort de Kadhafi très rapidement », souligne-t-il, évoquant de manière sibylline les « voyages de Cécilia Sarkozy » en Libye. Contactée, celle-ci a réagi : « Ce monsieur dit ce qu'il veut. Je ne suis absolument pas au courant de ce genre de choses. »

El Obeidi, proche du général Younès, chef de l'insurrection libyenne assassiné en juillet 2011, a été l’un des interlocuteurs privilégiés des services secrets occidentaux en Libye. Samedi, il avait expliqué à nos confères du Corriere della Sera et du Daily Telegraph comment les forces de l'OTAN avaient récupéré les données de localisation de Kadhafi en surveillant ses correspondants libyens à Damas.

« Le président syrien lui-même a transmis le numéro de téléphone satellitaire de Kadhafi aux agents français », a-t-il assuré au Corriere della Sera. Au Daily Telegraph, El Obeidi a déclaré que la capture et la mort de Kadhafi étaient « une opération exclusivement française » « Quand il a été pris vivant, les Français n’ont pas fait grand cas du fait qu’il ait été battu ou blessé », a-t-il dit.

L’ancien responsable de l’espionnage libyen assure qu’un rapport a été rédigé mais « censuré » au sujet des circonstances de cette mort. Ces questions sur la responsabilité éventuelle de la France dans la mort de Kadhafi n’ont pour l’instant provoqué aucune réaction politique en France.

Deux dignitaires libyens ont successivement évoqué ce dossier explosif la semaine passée après l’enlèvement et la mort (à Paris) de l’un des principaux acteurs de la capture de l’ancien chef de l’État libyen, Omran Ben Chaaban. Dans une interview au Point, l’actuel chef de l’État, Mohammed Youssef El Megarief, a confié qu’il n’était « pas impossible » que Kadhafi ait financé Nicolas Sarkozy, connaissant « son mode de fonctionnement ». L’ancien président du CNT, Mahmoud Jibril, a indiqué quant à lui à une télévision égyptienne que « beaucoup de services arabes comme occidentaux avaient un intérêt à ce que (Kadhafi) se taise à jamais ».

Sollicité hier par Mediapart, le porte-parole de la DGSE s’est refusé à tout commentaire.

MEDIAPART : Savez-vous si des agents des forces spéciales françaises étaient présents à Syrte quand Mouammar Kadhafi a été capturé ?

RAMI EL OBEIDI : Oui, des forces spéciales françaises et des agents opérationnels de la DGSE étaient sur le terrain, à Syrte, comme d’autres opérationnels d’autres pays.

Est-ce que Mouammar Kadhafi a été tué où il a été capturé ou dans un autre endroit ?
Peut-être sur la route de Misrata, mais absolument pas à l’endroit précis où il a été découvert après l’attaque de son convoi.

Savez-vous si, oui ou non, un agent français a directement tué Mouammar Kadhafi ?
Oui, des agents français ont directement exécuté Kadhafi.

Avez-vous des détails concernant le ou les agents français impliqué(s) ?Aucun détail. C’est à peu près impossible d’en avoir.

Est-ce que les services de renseignements extérieurs libyens que vous dirigiez ont rédigé un rapport sur l’implication de la France dans la mort de Mouammar Kadhafi ?
Oui mais il a été censuré parce que M. Sarkozy contrôlait la politique du CNT aux côtés de l’émir du Qatar. Je ne sais pas si ce rapport existe encore.

Vous souvenez-vous à quelle date le régime de Bachar el-Assad a donné le numéro de téléphone de Kadhafi pour le localiser ?
C’était la première semaine d’octobre 2011. Kadhafi a été tué le 20 octobre.

Pouvez-vous confirmer l’intervention de deux engins aériens français pour arrêter le convoi de Kadhafi ?
Je ne peux pas confirmer cela. L’attaque aérienne a pu être conduite par n’importe quel pays membre de l’OTAN, mais l’opération était commandée et dirigée par la DGSE et des responsables à l’Élysée.

Quel service français était impliqué ?
La Direction générale de la sécurité extérieure.

Pensez-vous que le meurtre de Kadhafi soit lié à ses menaces de révéler la corruption de M. Sarkozy ? 
Absolument. C’était l’une des nombreuses raisons. La menace d'une révélation d'un financement de la campagne de Sarkozy en 2006-2007 a dû être la paille qui a cassé le dos du chameau [équivalent arabe de la « goutte d'eau qui fait déborder le vase », ndlr] et a été prise suffisamment au sérieux pour que quiconque à l’Élysée veuille la mort de Kadhafi très rapidement. N’oubliez pas que Kadhafi a humilié Sarkozy en n’honorant pas la plupart des contrats d’armement et d’énergie signés dans le fameux protocole d’accord de 10 milliards d’euros pendant sa fameuse visite à Paris (en décembre 2007 - ndlr).

Sarkozy a offert à Kadhafi un accueil protocolaire unique, digne d’un roi. Il y avait aussi plusieurs dossiers qui dataient de la guerre au Tchad (sous l’ère Mitterrand) et qui étaient très embarrassants pour la France. Mais aussi des opérations conjointes de renseignements en Afrique, au Darfour, etc.

Avez-vous des informations concernant les sommes d’argent versées par le régime libyen à Nicolas Sarkozy ? 
Vous devez regarder un peu plus en détail les fréquentes visites de Cécilia Sarkozy en Libye. Selon mes informations, les paiements n’ont pas eu lieu d’un coup, mais de manière partielle, notamment au travers de Nouri Mesmari, l’ancien chef du protocole du régime Kadhafi.

Mediapart a publié des informations concernant le versement de 50 millions d’euros en 2006-2007 à l’occasion de la campagne présidentielle de M. Sarkozy. Avez-vous des informations à ce sujet ?
J’ai entendu la même chose. Moussa Koussa (l’ancien chef des services secrets sous Kadhafi - ndlr), Bachir Saleh (l’ancien directeur de cabinet du dictateur - ndlr) et Nouri Mesmari sont les mieux placés pour savoir.

Source: Mediapart

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE