03/10/2012 01:31:53
67e Assemblée Annuelle des Nations Unies. Manifestation des africains à New York
Le point fort du meeting a été le compte rendu de la déclaration du président Mugabe fait par la délégation qui a eu droit à la salle de l’Assemblée générale. Bien avant ce compte rendu, trois interventions ont été faites. Mr. Omowale du December 12 a présenté l’ONU et la CPI comme des succursales de l’OTAN chargées de la recolonisation de l’Afrique et de la neutralisation des leaders panafricains
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

67ème Assemblée Annuelle des Nations Unies : ADDD-New York et les patriotes exigent la levée des sanctions contre le Zimbabwe et la libération de Laurent Gbagbo

New York, le 1 Octobre 2012. C’est une ambiance d’indignation mais porteuse d’espoir qui a prévalu le mercredi 26 septembre 2012 de 16 heures à 19 :30 devant le siège des Nations Unies à New York où des patriotes ivoiriens, des africains et des afro-américains se sont rassemblés dans le cadre de la journée du panafricanisme.

Organisé par le December 12 Movement, une organisation Afro-américaine et l’African Diaspora for Democracy and Development (ADDD-NY), le meeting exigeait la levée des sanctions économiques contre le Zimbabwe, la libération du Président L. Gbagbo, le démantèlement des bases militaires françaises et américaines en Afrique.

Les sujets du jour étaient les présidents R. Mugabe (Zimbabwe) et L. Gbagbo (Cote d’Ivoire), véritables icônes de la renaissance Panafricaine. Des banderoles et des pancartes à l’effigie de ces deux combattants de la liberté africaine et les drapeaux du Zimbabwéen et de la Cote d’Ivoire ont meublé l’esplanade Dag Hammarskjold, lieu du meeting. Sous le regard inquisiteur et par moment approbateur des fonctionnaires onusiens et des délégations venues participer à l’assemblée, les manifestants ont crié honte au Secrétariat Général de l’ONU et longue vie aux présidents R. Mugabe et L. Gbagbo. « Mugabé is right; British hands off Zimbabwe; Gbagbo is right ; french hands off Ivory Coast --- free Gbagbo; African lands for African people” sont les slogans que les panafricanistes ont repris en choeur aux rythme des tambours, des chants traditionnels, et des battements des mains.

Le point fort du meeting a été le compte rendu de la déclaration du président Mugabe fait par la délégation qui a eu droit à la salle de l’Assemblée générale. Bien avant ce compte rendu, trois interventions ont été faites. Mr. Omowale du December 12 a présenté l’ONU et la CPI comme des succursales de l’OTAN chargées de la recolonisation de l’Afrique et de la neutralisation des leaders panafricains. Il a rappelé le rôle de l’Onu dans la guerre de l’OTAN contre la Libye et celle de la France contre la Cote d’Ivoire. Sylvestre Kouadio, juriste représentant de ADDD-New York a accusé l’ONU d’être responsable de violations de droits de l’homme en Cote d’Ivoire perpétrées par le régime de Mr Alassane Ouattara. Il s’est interrogé sur le silence du Conseil de Sécurité alors que les viols, arrestations et exécutions arbitraires et la répression contre la presse se poursuivent quotidiennement. Ensuite, Dr. Eric Edi, Secrétaire du Comite d’Actions pour la Cote d’Ivoire – USA a expliqué que le président L. Gbagbo est à la CPI parce que son engagement pour la souveraineté ivoirienne et africaine a sapé les bases de la suprématie des pays occidentaux. Notons que le représentant du Front Populaire Ivoirien – USA, absent, a adressé une motion de soutien aux organisateurs du meeting.

Mr. G. Gobehi et Mlle A. Vagba respectivement secrétaire et présidente de ADDD-NY, ont exprimé leur satisfaction face à la mobilisation des ivoiriens et ont promis d’autres actions pour bientôt.

Service de Communication de ADDD-New York.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE