05/10/2012 01:57:24
Côte d'Ivoire. Méfiance, il y a un ver dans notre fruit !
Un mal pernicieux. Il mal qui risque de nous ronger de l’intérieur. Un mal qu’il faut donc diagnostiquer et traiter ici et maintenant. Ce mal, c’est la lutte de positionnement des anciens de la "galaxie" patriotique.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Un mal pernicieux. Il mal qui risque de nous ronger de l’intérieur. Un mal qu’il faut donc diagnostiquer et traiter ici et maintenant. Ce mal, c’est la lutte de positionnement des anciens de la "galaxie" patriotique.

Ce mal se manifeste déjà avec un symptôme bien connu : la contradiction antagonique et le combat solitaire. 

Les uns ont cru bon, à un moment donné du combat de résistance, d’inventer des concepts fédérateurs et tolérables dans l’opinion publique nationale et internationale. Ils ont alors parlé de "Lutte aux mains nues" pour parler de lutte politique pacifique. Le concept en lui-même n’est pas nouveau dans nos cultures africaines. La lutte traditionnelle, qui est un genre de combat physique visant à exprimer sa bravoure masculine, est une lutte aux mains nues. La lutte intellectuelle est une lutte aux mains nues. C’est culturellement et historiquement connu.

Mais chaque lutte a son arène. Les luttes sportives traditionnelles ou les combats intellectuels ont leur cadre d’expression. La lutte politique pacifique, a elle aussi son environnement qui est l’Etat de droit.

La problématique à résoudre afin que nos contradictions sur l’approche du combat ne deviennent pas des confrontations antagoniques et nuisibles à la lutte, c’est de savoir si l’environnement de notre combat de libération est compatible avec une lutte aux mains nues. 

Et si une lutte aux mains nues devrait tout de même être menée, qui comptons-nous envoyer les mains nues pour affronter des ennemis qui nous attendent avec des fusils mitrailleurs lourds, des lances roquettes, des obus et mortiers, des hélicoptères de combat et des chars d’assaut ? Comme le dirait l’autre, « c’est l’enfant de qui nous comptons envoyer à l’abattoir, les mains nues » ?

Soyons sérieux. Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui, les criminels qui continuent de massacrer les Ivoiriens parlent de paix, de développement ou autre chose, à des fins de propagande, qu’il faut croire qu’ils ont compris le bienfondé d’une lutte politique pacifique, sans armes ni violence destructrice.

Ce sont les mêmes avec leur même mentalité, qui ont attaqué la Côte d’Ivoire le 19 septembre 2002, qui sont là aujourd’hui, en train de massacrer des dizaines de jeunes ivoiriens dans les maisons des anciens cadres du FPI ou de la "galaxie" patriotique tout en parlant de façon trompeuse, de paix, de reconstruction, de réconciliation pour tromper le monde entier sur le drame ivoirien.

Au quartier Plateau Dokoui, à l’entrée de la Commune d’Abobo, une de nos sources nous a signalé qu’une villa appartenant à une parente du Camarade Charles Blé Goudé est devenue un lieu de partage de butin de braquage et un lieu de torture de centaines de jeunes enlevés pour leur appartenance à des groupes ethniques jugés favorables à Laurent GBAGBO. 

Au quartier de la Riviera Bonoumin, plusieurs sources à Abidjan ont confirmé que la maison de Marcel Gossio est devenue une boucherie dont le sous-sol est jonché de jeunes ivoiriens, mains et pieds liés, privés de nourriture et d’eau pendant deux à trois jours, torturés et abattus devant les autres, dans l’indifférence totale des soi-disant ONG  qui décrivaient des tapes amicales faites par Laurent GBAGBO sur les épaules des affidés du tortionnaire Dramane Ouattara, comme des tirs de missiles.

Nous nous en tenons à ces deux petits exemples qui illustrent fort bien l’ambiance universelle dans les maisons des pro-GBAGBO occupées par la bande de criminels de Dramane Ouattara. 

Et nous disons qu’il faut être sérieux. Notre orgueil à vouloir ramer à contre-courant pour attirer des projecteurs des fascistes qui tuent nos peuples sur nous afin qu’ils nous donnent des tribunes pour parler en leur faveur, est une erreur historique qui sera impardonnable devant l’histoire.

Personne ne peut ravir à un homme son aura. C’est la mystique du charisme et de la personnalité. Si vous avez les deux, à n’importe quel moment, vous pouvez réapparaître et briller au milieu de la multitude. Nul n’est besoin de foncer droit pour s’enfoncer en profondeur dans un choix qui a atteint ses limites et qui est aujourd’hui, une erreur d’approche.

On nous attaque avec des armes de guerre. On tue nos peuples avec des armes lourdes. On nous prive de liberté d’expression. On nous jette en prison quand nous dénonçons les tueries. On nous traque pour nous tuer même dans l’exil qu’ils nous imposent depuis plusieurs mois. Ils parlent de réconciliation et donnent chaque jour des coups encore plus meurtriers.

Et nous continuons de parler de lutte aux mains nues, hypocritement ? Et nous traitons certains Résistants comme des concurrents dont il faut froisser officiellement la dynamique d’appel majoritairement écrasante de combat à arme égale, pour ensuite passer dans le noir, regrouper des frères de région, fomenter des projets privés aux objectifs identiques que ceux qu’on prétend contredire ?

Le ver de la convoitise, le ver de la compétition politique égoïste, le ver du manque d’humilité et de l’ego aux dents longues, est dans le fruit. Sérieusement. 

Or, ce genre de posture fissure toujours les murs les plus solides et provoque l’infiltration de l’ennemi. 

C’est pourquoi nous dénonçons. C’est aussi et surtout pourquoi nous appelons à l’humilité de tous, au devoir de reconnaître qu’on peut se tromper et rejoindre les autres pour qu’ensemble, nous soyons plus forts. Et puis après coup, notre aura individuelle, notre charisme  et notre personnalité feront le reste ; mais seulement après la Libération, dans un environnement sain pour une compétition politique saine.

Alors, ensemble, tuons ce ver qui est dans notre fruit. Nous n’en serons que plus forts. Simplement.

A Très bientôt.

Hassane Magued

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE