12/10/2012 03:54:59
Kagame: « L'Afrique n'a de leçon à recevoir de personne »
« Quand il s’agit de la justice envers l’Afrique ou le Rwanda, l’on ne sait pas s’il s’agit de justice ou de politique. »  Ainsi, Kagame a fustigé la CPI comme quoi elle a été créée pour juger uniquement les Africains...« Frapper les Africains avec le bâton politique et les mener où ils veulent. Un jour, ils utilisent la justice, et l’autre jour ils utilisent l’aide »
Jambonews
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Paul Kagame

Politique occidentale envers le Rwanda: Kagame s’insurge

Paul Kagame a vigoureusement critiqué et dénoncé la politique occidentale vis-à-vis de l’Afrique, et plus précisément du Rwanda, lors de son discours à l’occasion de l’ouverture de la rentrée judiciaire 2012-2013 au Rwanda. Cette réaction fait suite aux nombreuses accusations récurrentes qui affirment que le régime de Kigali  soutient la rébellion M23 qui sème la terreur en RDC depuis avril 2012.

« Quand il s’agit de la justice envers l’Afrique ou le Rwanda, l’on ne sait pas s’il s’agit de justice ou de politique. » s’est exclamé le dirigeant rwandais. Ainsi, ce dernier a fustigé la Cour Pénale Internationale(CPI) comme quoi elle a été créée pour juger uniquement les Africains.

Selon lui, la politique occidentale aurait pour but de dicter aux Africains leur comportement, ce qui est pour lui une régulation à la carotte ou le bâton ; en ce qu’il s’agit de la justice international, il n’y aurait pas de carotte mais seulement le bâton, a-t-il expliqué.  « Frapper les Africains avec le bâton politique et les mener où ils veulent. Un jour, ils utilisent la justice, et l’autre jour ils utilisent l’aide » s’est encore insurgé le Général devenu président.

Force est de constater que ce discours à caractère panafricaniste survient au moment où plusieurs pays occidentaux, notamment les USA, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, les Pays-Bas ou plus récemment l’Union Européenne, qui étaient hier ces alliés, lui tournent aujourd’hui le dos en coupant leur aide et en l’accusant de soutien au M23 et ce, au vu des réactions hostiles de Kagame envers l’Occident, à un moment qui plutôt inattendu.

En effet, pendant de longues années, l’Occident a loué la gouvernance du dirigeant rwandais  qui selon eux a permis une évolution économique remarquable du Rwanda. Pendant tout ce temps  ils ont fermé les yeux sur les nombreuses exactions et violations des droits de l’homme au Rwanda ainsi qu’en RDC. C’est ainsi que le chef de file du Front Patriotique Rwandais s’est permis au vu et au su de toute la communauté internationale de, soit tuer plusieurs rwandais, comme par exemple les journalistes Charles Ingabire et Jean Léonard Rugambage, soit d’ emprisonner plusieurs rwandais, comme Victoire Ingabire, Déo Mushayidi ou encore Bernard Ntaganda, en raison des critiques émis envers le régime en place. Cela voudrait-il dire que, paradoxalement,  le Général devenu président condamne une attitude de la communauté internationale que lui-même applique au Rwanda ?

« Ceux qui causent les problèmes qui sont au Congo se connaissent(…) »

« Le Rwanda n’est plus sous l’entité Rwanda-Urundi-Congo belge » le dirigeant rwandais a-t-il, par ailleurs, tenu à rappeler. Ainsi il veut souligner qu’il est le leader d’une République du Rwanda indépendante qui n’a aucune leçon à recevoir de la communauté internationale.

« Ceux qui causent les problèmes qui sont au Congo se connaissent, les problèmes du siècle dernier et même d’avant. Maintenant ils viennent demander au Rwanda pourquoi il y a des rwandophones en RDC. Ils n’ont qu’à répondre ! Ceux qui les y ont emmenés, que ce soient eux qui répondent ! » s’est-il encore révolté. Selon le dirigeant rwandais, c’est la Belgique qui est responsable des maux de la RDC.

Cette dernière réaction fait suite à la demande du gouvernement américain, par l’intermédiaire de son secrétaire d’Etat adjoint pour les affaires africaines, Johnnie Carson, de condamner officiellement le M23.

La révolte des pays africains contre leurs bailleurs de fonds

S’érigeant en donneur de leçons, Kagame a encouragé et exhorté les autres dirigeants des pays africains à se révolter contre leurs bailleurs de fonds occidentaux.

La question qui se pose alors est : qui d’autre en Afrique peut se permettre d’agir comme le Général devenu président sans se faire taper sur les doigts ? Kagame a même souligné que ces occidentaux sont ingrats à son égard. Serait-ce parce qu’au lieu de lui être reconnaissant du fait qu’il ferme les yeux afin que l’occident puisse faire main basse sur les richesses de la RDC par le biais du Rwanda, ils exigent plutôt de lui qu’il condamne officiellement le M23 alors que c’est ce M23 même qui facilite le pillage des minerais congolais ?

Pour terminer son discours Kagame a assuré aux députés de l’Assemblée Nationale que le jour où ils lui demanderont de quitter le pouvoir, il le fera.

La conclusion qui peut être tiré de ce discours sans structure, mélangé de Kinyarwanda et d’Anglais et qui semble donc non préparé à l’avance, est qu’il se pourrait que le dirigeant rwandais commence à prendre conscience du fait que ses partenaires sont entrain de lui tourner le dos et qu’au final tout a une fin, lui y compris.

Jeph Mboneye

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE