24/10/2012 01:11:05
Soutien. Rawlings rend visite Katinan
Le porte-parole du président Laurent Gbagbo, Koné Katinan, vient de bénéficier d’un soutien de taille dans la guerre politico-judiciaire et diplomatique que lui livre le régime Ouattara, avec la visite qu’il a reçue, en fin de semaine dernière, à son lieu de détention, de l’ex-président ghanéen, John Jerry Rawlings.
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Jerry Rawlings

Le porte-parole du président Laurent Gbagbo, Koné Katinan, vient de bénéficier d’un soutien de taille dans la guerre politico-judiciaire et diplomatique que lui livre le régime Ouattara, avec la visite qu’il a reçue, en fin de semaine dernière, à son lieu de détention, de l’ex-président ghanéen, John Jerry Rawlings.

Depuis deux mois, le porte-parole du président Laurent Gbagbo, l’ex-ministre Koné Katianan subit un harcèlement politicojudiciaire du régime Ouattara. Qui met tout en oeuvre pour obtenir des autorités ghanéennes son extradition. Une double procédure judiciaire est en cours, l’une pour «crime économique» et l’autre pour «crime de sang», avec des difficultés apparentes pour le régime Ouattara de fournir la moindre preuve des graves accusations portées à l’encontre de Koné Katinan.

Un dossier que suivait attentivement l’exprésident ghanéen, Jerry Rawlings. Selon nos sources, l’ancien chef d’Etat a rendu visite, en fin de semaine dernière, au porte-parole du président Laurent Gbagbo, à son lieu de détention, en présence de son conseil, Me Lucie Bourthoumieux. Les deux hommes ont échangé pendant de longues minutes. Et il en ressort que le fondateur du NDC, le parti au pouvoir, est venu personnellement s’enquérir des nouvelles de l’ex-ministre ivoirien et surtout de l’évolution du dossier.

Avec le déplacement de ce monument de la vie politique ghanéenne, les choses prennent une autre dimension. En rendant visite à l’ancien ministre ivoirien du Budget, Jerry Rawlings, figure emblématique du Ghana moderne, entend lui manifester son soutien face aux épreuves qu’il continue de subir, par la volonté d’Alassane Ouattara qui fait de son extradition un cheval de bataille. Ce déplacement intervient dans un environnement électoral, le scrutin présidentiel dans ce pays voisin étant prévu pour le 7 décembre prochain. Quand on sait que chaque geste ou sortie de JJ (Jay-Jay, le sobriquet national de Rawlings) a un impact politique, on peut dire que c’est tout le peuple ghanéen qui désavoue Ouattara et son régime.

Le ras-le bol de Rawlings

En se rendant dans les locaux d’Interpol pour rencontrer Koné Katinan, c’est un signal fort que l’ancien président Rawlings envoie à Ouattara et à ses soutiens qui veulent marcher sur le Ghana. Il exprime son ras-le-bol devant ce qui s’apparente à une persécution sans fin du porte-parole de Laurent Gbagbo, par le régime de Ouattara. Au-delà de la personne de Rawlings, c’est le peuple ivoirien en général, la classe politique ghanéenne en particulier, qui exprime son désaveu face à la volonté manifeste du régime d’Abidjan de traquer les pro-Gbagbo. En effet, le charismatique ancien chef d’Etat n’est pas qu’une figure emblématique du NDC, le parti au pouvoir. Il est également une référence politique pour tous les Ghanéens, y compris au sein du NPP de Akufo Addo, l’opposant historique. Qui n’a pas hésité à se faire recevoir par l’ex-président Jerry Rawlings, dont la popularité transcende les partis politiques.

A travers cette visite, Akufo Addo du NPP entendait profiter de l’aura de l’illustre homme politique pour captiver les électeurs indécis et pourquoi pas une partie des électeurs du Ndc, affectés par la crise qui bat son plein au sein du parti au pouvoir. Cette visite à Katinan Koné apparait indéniablement comme la matérialisation du soutien constant de l’Afrique digne au président Laurent Gbagbo.

Frank Toti

 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE