25/10/2012 02:44:28
Montréal. Un faux consultant en immigration plaide coupable
Niang, qui se présentait erronément comme un consultant en immigration, recrutait des jeunes Montréalaises, la plupart d’origine haïtienne et âgées dans la vingtaine, pour signer les papiers de mariage en échange de sommes d’argent, même si elles savaient très bien qu’elles n’auraient pas à vivre avec leur nouvel «époux».
Agence QMI
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Amadou Niang

Le chef allégué d’un réseau qui organisait des faux mariages a plaidé coupable ce matin à pas moins de 40 chefs d’accusations, en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés.

Amadou Niang, 56 ans, s’est reconnu coupable ce matin d’avoir aidé une vingtaine d’immigrés à venir s’installer au Canada, à travers des mariages feints.

Niang, qui se présentait erronément comme un consultant en immigration, recrutait des jeunes Montréalaises, la plupart d’origine haïtienne et âgées dans la vingtaine, pour signer les papiers de mariage en échange de sommes d’argent, même si elles savaient très bien qu’elles n’auraient pas à vivre avec leur nouvel «époux».

Les hommes, pour la plupart d’Afrique du Nord, habitaient en général au Québec, mais voyaient leur visa arriver à échéance.

Projet Conjugal

Selon la Gendarmerie Royale du Canada, qui avait lancé en 2009 le projet Conjugal visant à démanteler le réseau d’immigration illégale, tous les mariages avaient été organisés dans un même lieu de culte à Montréal, entre 2007 et 2009.

Au cours de l’enquête, la GRC aura effectué des vérifications sur pas moins de 630 individus et 315 dossiers. L’an passé, les policiers auront arrêté des membres du réseau et, plus récemment, c’était au tour des faux mariés d’être formellement accusés. Trente-neuf faux mariés avaient ainsi été arrêtés en août dernier.

Répondre face à la loi

Et la police ne compte pas s’arrêter là, avait prévenu le porte-parole de la police fédérale, Erique Gasse, lors de la vague d’arrestation l’été dernier.

«Si quelqu’un vous aborde en vous proposant de l’argent pour un mariage de complaisance et que vous acceptez, c’est une fausse déclaration et vous devrez y répondre face à la loi», avait-t-il alors prévenu.

Après que Niang eût plaidé coupable ce matin au palais de justice de Montréal, les parties ont demandé la confection d’un rapport pré-sentenciel. L’accusé devra ainsi rencontrer un agent de probation, qui dressera un profil du faux consultant et qui évaluera entre autre son risque de récidive, afin d’aider le juge à déterminer la peine à infliger à l’accusé.

Niang reviendra à la Cour en janvier 2013.

 

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE