30/10/2012 04:27:23
Cameroun. Bertoua: Un policier, chef d'un gang de présumés faussaires
La bande du gardien de la paix Bello en service au Groupement mobile d’intervention (Gmi) n°7 de cette ville confectionnait des fausses cartes grises et polices d’assurance.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La bande du gardien de la paix Bello en service au Groupement mobile d’intervention (Gmi) n°7 de cette ville confectionnait des fausses cartes grises et polices d’assurance.

Nouvellement intégré dans la police camerounaise et affecté au Gmi n°7 à Bertoua dans le chef-lieu de la région de l’Est, le jeune gardien de la paix Bello, n’aura pas la chance de finir sa carrière dans ce corps d’élite. Il a été interpellé et placé en garde à vue vendredi 19 octobre 2012, en compagnie de son acolyte Joël Ahmadou par les éléments du commissariat central de la ville de Bertoua pour « faux et usage de faux », selon les premiers éléments de l’enquête. De sources policières, ce dernier, en dehors de sa casquette de policier, était parallèlement spécialisé dans la confection de fausses cartes grises et polices d’assurance. Il était assisté dans sa sale besogne par Joël Ahmadou qui se chargeait de chercher les clients. 

Selon nos sources, tout part d’une simple dénonciation d’un confectionneur de plaques Cemac agréé et installé dans la ville qui doutait de l’authenticité des cartes grises qu’il recevait régulièrement. Dans sa démarche, il va se rapprocher d’un inspecteur de police en service au  commissariat central de Bertoua pour lui poser le problème. C’est ainsi que ce dernier va dans un premier temps lui conseiller de se rendre auprès des services compétents de la délégation régionale des Transports pour authentifier lesdites cartes à sa possession avant de dresser une plainte. Au bureau des Transports, ses soupçons vont s’avérer fondés. « Les cartes grises mises à sa disposition par ses clients sont effectivement fausses ». 

Tout de suite, un guet-apens sera tendu aux médiateurs Bello et son complice qui viennent fréquemment les déposer pour la confection des plaques Cemac. Joints au téléphone pour le retrait et sans imaginer ce qui les attendait déjà, les deux hommes viendront tomber dans la nasse du commissaire Frederick Foumena et ses éléments qui étaient déjà à leurs trousses. Une fois conduits au commissariat manu militari, le commissaire va ordonner une perquisition au domicile du gardien de la paix Bello au quartier Tigaza. « Une fouille minutieuse nous a permis de découvrir tout un arsenal de matériel informatique avec des cachets et autres…», précise une source policière. 

Curiosité 

L’exploitation des deux suspects qui détenaient dans leurs mains d’autres fausses cartes grises au moment de leur arrestation, va conduire la police sur les traces des éventuels propriétaires. Pour des besoins d’enquêtes plus approfondies, quatre individus (tous originaires de Guider dans le Nord, région natale des deux infortunés ; Ndlr), seront interpellés et auditionnés puis simplement relaxés. Parce que considérés comme des proies. D’autres indiscrétions du côté du commissariat déroulent à ce sujet que « l’opération d’assainissement du secteur des transports par motos-taxis qui bat son plein dans la capitale du soleil levant aurait poussé ces «pauvres innocents » à se livrer à leur frère Bello qui se proposait de leur rendre service pour la délivrance des cartes grises étant entendu qu’il est un homme en tenue » donc, au-dessus de tout soupçon. Si pour les fins limiers du commissariat central de Bertoua, « ce coup de filet reste une démonstration du combat permanent que mène la Police camerounaise, la coopération de la population reste à saluer ». En attendant d’être présentés au procureur de la République cette semaine pour répondre de leurs actes, les deux présumés faussaires méditent leur sort en cellule.

Ange-Gabriel OLINGA B.

 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE