31/10/2012 01:25:00
Côte d'Ivoire. Pourquoi le FPI n'est pas une organisation terroriste
Courant septembre dernier, M. Soro Guillaume, président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire s’est invité dans le débat politique. Sur son compte tweeter et brisant la réserve qui s’impose à lui, vu ses attributions nationales, a déclaré : «Le FPI est une organisation terroriste. Il faut l’éradiquer»
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Guillaume Soro

Courant septembre dernier, M. Soro Guillaume, président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire s’est invité dans le débat politique. Sur son compte tweeter et brisant la réserve qui s’impose à lui, vu ses attributions nationales, a déclaré : «Le FPI est une organisation terroriste. Il faut l’éradiquer». L’Honorable Alomo du PDCI avait, quelque temps avant cela, lancé la proposition de suspendre le Front Populaire Ivoirien. Les notes de Soro viennent donc non seulement comme la révélation d’un objectif non encore réalisé par le pouvoir, mais surtout comme le top départ d’une intention. Surtout que le Secrétaire général du RDR, parti au pouvoir, Amadou Soumahoro a lui aussi renchéri que son parti «aseptiserait» le pays en le nettoyant.

Conséquence, toutes les manifestations publiques du FPI sont matées dans le sang, même lorsque l’autorisation de se rassembler en public avait été donnée. Akoun Laurent a été arrêté après une réunion privée avec ses camarades. La JFPI elle, a dû, malgré toutes les démarches politique administrative et religieuse, constater que son meeting n’aurait pas lieu.

Le jour prévu, le périmètre de la Cathédrale du Plateau a été bouclé par un impressionnant cordon de policiers et de gendarmes. Est terroriste, l’organisation qui tient des propos ou pose des actes d’atteinte aux droits de l’Homme. En tuant, violant, incendiant, torturant d’innocentes personnes, ou détruisant tout simplement des biens publics ou privés. Depuis le 19 septembre 2000, avec le pic de l’après 11 avril 2011, quelle organisation s’est-elle illustrée ainsi en Côte d’Ivoire ? Le RDR, avec sa branche armée qui depuis le début n’a fait que changer d’identité et de statut dans la société ivoirienne ; les hommes eux, sont restés les mêmes. 

Le lien congénital entre le RDR, parti politique dûment constitué et la rébellion, le MPCI ou les FN n’est plus à démontrer. Têtus, les faits sont là. Qu’avons-nous remarqué lors de la bataille d’Abidjan ? Tous les monuments, les universités, les campus et l’administration ont été mis à sac. Certaines cibles sont à voir comme la manifestation d’une ode à l’analphabétisme. Pour les autres cas, l’on a dit que c’était pour déterrer les corps et les gris-gris que Gbagbo avait enfouis sous ces monuments, objets de décoration urbaine et marque de notre histoire.

Il aurait agi ainsi, pour renforcer son règne. En fait, la destruction des monuments ramène inexorablement à Ançar Dine dans le Nord Mali. Là-bas, les mausolées ont été détruits à coups de pioches et de pieds de biches. Des mains sont coupées au non de la charia. Des gens reçoivent des coups de fouet pour le même motif. Pas de justice, pas de loi, tout est mélangé. Comme chez nous, où l’on arrête, torture, emprisonne à volonté, sans aucune base judiciaire. Le cas Koné Katinan nous démontre, avec profit, la tendance terroriste et dictatoriale du régime en place. La peur est au coin de la rue. La crainte d’être enlevé, exproprié, la crainte de voir des gens faire irruption dans vos plantations et de vous en chasser est partout.

Les Wê témoigneront un jour ! Si organisation terroriste il y a dans ce pays, ce n’est pas du côté du FPI. Dont les membres sont persécutés sans pitié et emprisonnés depuis plus d’un an sans preuve ni jugement.

Dr. Guehoun

 

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE