19/10/2009 16:39:55
Minsanté : les milliards des fonds Ppte fractionnés
La combine consiste à réduire les enveloppes pour échapper à l’exigence de l’appel d’offres et ainsi attribuer ces marchés qui se chiffrent à des milliards Fcfa, de gré à gré à des comparses.  
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Début septembre, le ministère des Finances a envoyé une mission de contrôle au ministère de la Santé publique. Cette descente fait suite à une série de dénonciations anonymes émanant de certains cadres de la direction du budget de ce département ministériel. Ces dénonciations qui ont été adressées aux services du Contrôle supérieur de l’Etat et de la présidence de la République portent sur un certain nombre de procédures suspectes à la direction des ressources financières.

Les dénonciateurs reprochent à cette direction, une propension à fractionner les marchés publics issus des crédits Ppte. La combine consiste à réduire les enveloppes pour échapper à l’exigence de l’appel d’offres et ainsi attribuer ces marchés qui se chiffrent à des milliards Fcfa, de gré à gré à des comparses. D’après des sources proches de la mission de contrôle, le total des opérations est astronomique. Certains parmi les derniers enquêteurs feraient même en ce moment l’objet de pressions et de tentatives de corruption pour biaiser les résultats de leur inquisition...

En attendant que cette enquête révèle le montant exact de ces opérations frauduleuses ainsi que les méthodes utilisées, les langues se délient. « Les tarifs sont connus : on y vendrait des bons de commande à 1 million de francs Cfa. Ce tarif a pour seule conséquence une série de prestations fictives, puisqu’il est clairement impossible aux prestataires de faire des bénéfices dans ces conditions », confie un cadre de la direction du budget.

Des indications font état, en effet, d’une scabreuse affaire d’une vingtaine de bons de commande de « 4,9 », délivrés au propriétaire d’une micro finance dans ces conditions. A la direction du budget, on s’inquiète de plus en plus de ces pratiques. Le ratio des fonds alloués par exemple aux seules commandes des rames de papier suggère des stocks inépuisables, « ce qui n’est pas le cas », affirme un cadre. De même, l’enveloppe affectée à la maintenance des climatiseurs peut à elle seule assurer le renouvellement de tout l’appareillage électroménager.

Selon certaines confidences, cette mafia qui a des ambitions « veut désormais avoir la mainmise sur les appels d’offres » devant faire l’objet, normalement, de publication ainsi que l’exige la réglementation. Un responsable aurait discrètement recommandé qu’ils ne soient plus publiés, tous, pour permettre à des sociétés écrans appartenant aux fonctionnaires de les remporter.

Le dernier coup en date est un marché de fourniture d’un coffre-fort… Beaucoup au Minsanté doutent que le chef de département, le ministre André Mama Fouda, puisse faire revenir l’orthodoxie dans la maison. D’autant que c’est lui qui a nommé le directeur des ressources financières, Jean Savio Mbarga Awoumou. Ce qui laisse croire que ce dernier ne serait qu’un simple exécutant ou à tout le moins, bénéficie de l’onction de son patron.

Franck Essomba

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE