09/11/2012 01:38:40
Répression. La police étouffe une marche des artistes musiciens à Yaoundé
Les membres du Syndicat camerounais des artistes musiciens (Sycamu) ont entamé depuis hier à Yaoundé une marche de protestation. Ils s’insurgent contre la Cameroon Music corporation (Cmc) qui continue de percevoir les droits d’auteurs en lieu et place de la Société camerounaise de l’art musical (Socam).
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les membres du Syndicat camerounais des artistes musiciens (Sycamu) ont entamé depuis hier à Yaoundé une marche de protestation. Ils s’insurgent contre la Cameroon Music corporation (Cmc) qui continue de percevoir les droits d’auteurs en lieu et place de la Société camerounaise de l’art musical (Socam).

C’est aux environs de 10h hier jeudi 8 novembre 2012, qu’après une brève rencontre à son domicile sis au quartier Tsinga à Yaoundé, Roméo Dika, le président du Sycamu a convié ses membres à une marche de protestation. Leur itinéraire tel que préalablement arrêté : Tsinga en passant par le Boulevard du 20 mai, ministère des arts et de la culture (Minac). Ceux-ci se sont donnés pour mission de dire ce qu’ils pensent des 40 millions de Fcfa qui ont été reversés à la Cmc en lieu et place de la Socam par le Pad, alors que ladite structure est dissoute depuis un peu plus de deux mois. 

Brandissant des banderoles et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire en gros caractères : « Etoundi Oyono : plus jamais ça ! », ils suivaient normalement leur itinéraire lorsqu’ils ont été stoppés net par les forces de l’ordre au niveau du Boulevard du 20 mai. Policiers et gendarmes, unissant leurs forces et armés de bombes lacrymogènes, camions anti-émeute et autres casques, se sont rués sur cette marée humaine pour la disperser. Pareillement, une autre équipe, toute aussi armée, a débarqué au domicile du père du « Mari de ma femme » pour disloquer le reste de membres qui s’y trouvaient encore. 

Répartition

Il y a pourtant deux mois, nous rapportent certains manifestants, au cours d’une réunion qu’ils ont tenue à Monatélé, les administrateurs de la Cmc se sont mis d’accord pour la dissolution de cette structure. A cet effet, un comité de liquidation avait d’ailleurs été mis en place. Cette décision faisait donc désormais de la Socam selon eux, la seule société du droit d’auteurs reconnu au Cameroun. « Seulement, il y a deux semaines, sur les instructions du directeur du cabinet civil (Dcc) à la présidence de la République, Martin Belinga Eboutou et le délégué général à la sûreté nationale (Dgsn), Martin Mbarga Nguélé, le directeur général du port autonome de Douala (Pad), Etoundi Oyono a remis à la Cmc, 40 millions de Fcfa », concluent-ils, arguant que cette information, ils la tiennent directement de la bouche du leader du Sycamu, Roméo Dika. Ce dernier va par ailleurs ajouter qu’il est inadmissible de parler de deux sociétés de droit d’auteurs dans un même pays. Car, la Socam disposant d’un agrément, c’est bien elle qui devait réceptionner ce pactole pour en faire une répartition. 

Certains s’étonnent même « qu’au lieu d’être reversés au Compte de dépôt spécial de la défunte Cmc comme le souhaitent les artistes, les droits d’exécution publique ont été reversés à une structure qui a perdu toute légitimité », estime un responsable de la Socam. A en croire certaines sources, la Cmc et le Pad sont liés par une convention depuis 2006. Selon les termes de la convention, le Pad exploite annuellement les œuvres musicales et reverse en retour aux artistes, 8 millions Fcfa à la Cmc.

Mais le Sycamu ne l’entend pas de cette oreille et ne compte pas baisser les bras. Il ambitionne de passer à la vitesse supérieure organisant ce jour une autre marche qui aura pour point de chute l’ambassade des Etats-Unis à Yaoundé. Objectif ? « Saisir Barack Obama pour qu’il s’implique dans la résolution de ce conflit qui semble être trop lourd pour les frêles épaules des autorités camerounaises ». Affaire à suivre.

Florette MANEDONG

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE