21/10/2009 14:45:56
Le président Sassou accusé de faux par Mandela
La Fondation Nelson Mandela accuse le président congolais Denis Sassou Nguesso d'avoir abusé de l'image de l'icône anti-apartheid
AGA MEDIAS, Douala
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

(AGA MEDIAS, Douala) La Fondation Nelson Mandela accuse le président congolais Denis Sassou Nguesso d'avoir abusé de l'image de l'icône anti-apartheid en lui attribuant  le contenu de la préface de son récent livre de campagne "Parler vrai pour l'Afrique" ; en anglais "Straight for Africa". Paru chez l'éditeur français Laffont, avec la mention "préfacé par Nelson Mandela" - "Foreword by Nelson Mandela" dans l’édition anglaise -, il y est écrit que M. Sassou Nguesso est « l'un de nos grands leaders africains». Une sorte de caution morale de Madiba à un dirigeant pourtant aujourd'hui considéré par les siens comme un des pires dictateurs africains.


Selon la version en ligne du quotidien britannique "Telegraph", qui révèle la forfaiture, la fondation qui gère l'héritage de Madiba conteste en tous points cette préface faussement attribuée à Nelson Mandela. « « Absolument aucune demande n'a jamais été reçue et rien n'a été signée par Madiba » a confié au Telegraph le Directeur exécutif de la Fondation Mandela. Avant de conclure : « nous condamnons cet abus effronté  de l'usage du nom de M. Mandela ».

 Interrogé par le Telegraph, l'éditeur français affirme que c'est M. Sassou qui leur a apporté le texte, refusant, pour le moment, de retirer du marché l’ouvrage querellé. Le cabinet du Président Sassou Nguesso a quant à lui refusé de s'exprimer.


Un chef d’Etat voyou ?

Selon le quotidien britannique, la Fondation Mandela, qui tient au plus haut point à ce que l'image de ce dernier ne soit pas galvaudée,  consulte en ce moment ses avocats afin de préparer une action judiciaire. Elle considère en effet le président Sassou qui est arrivé au pouvoir par un coup d'Etat, et qui se maintient grâce à des élections frauduleuses, en tout cas boycottées par son opposition, comme un des pires dictateurs africains.

Le président Sassou, un dictateur doublé d'un faussaire? Si l’accusation sud-africaine venait à être prouvée, cette affaire, parmi mille autre moins connues, montrerait à quel point certains dirigeants africains, notamment francophones, sont prêts à toutes sortes de contorsions pour se donner une image voire une dimension que ni leur histoire personnelle, ni leur gestion quotidienne des Etats dont ils ont la responsabilité ne peuvent réellement leur conférer.

C’est tellement triste ainsi qu’alors qu’on a tous les pouvoirs on n’agisse point pour entrer dans l’histoire, au point de devoir emprunter des voies aussi courtes qui peuvent ainsi faire de nos présidents des « chefs d’Etat voyous », pour emprunter la formule de Nasser Njoya, un ami sur Facebook.

 

Dépêche du 21 octobre 2009

 

NB : AGA MEDIAS est une agence indépendante de presse et d’informations stratégiques sur l’Afrique Centrale. Basée à Douala, au Cameroun, elle est dirigée par le journaliste Alex Gustave AZEBAZE

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE