14/11/2012 03:52:13
Cameroun. Quatre opérateurs encore en lice pour la 3ème licence
Quatre opérateurs encore dans la short-list.Vers la fin du duopole Mtn-Orange...
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Callbox Cameroun

Quatre opérateurs encore dans la short-list.Vers la fin du duopole Mtn-Orange...      

Des entreprises camerounaises, marocaines et vietnamiennes font partie de la dernière liste des concurrents pour la troisième licence au Cameroun. La commission d’analyses des offres a jusqu’au 20 novembre pour rendre son rapport au ministre des Postes et télécommunications. Le dossier devrait normalement être avancé d’ici la fin de ce mois. 

On s’achemine inexorablement vers la fin du bipôle dans la téléphonie mobile au Cameroun. Depuis lundi 12 novembre 2012, on connaît la liste des quatre entreprises retenues pour l’acquisition de la troisième licence permettant de faire des prestations de téléphonie mobile. C’était au terme de la dixième session du comité de pilotage d’ouverture du marché de la téléphonie mobile dans le pays, tenue lundi 12 novembre 2012. Présidée par le ministre des Postes et télécommunications (Minpostel) Jean Pierre Biyiti Essam, la séance des travaux consistait essentiellement à l’ouverture des offres. 

Sur les sept entreprises pré-qualifiées lors de la première phase, seules quatre ont fait des offres à l’Etat du Cameroun. Deux entreprises camerounaises sont en lice. Il s’agit de Viettel Cameroun Sarl, filiale de Viettel group ; et de Technologie et système d’information, filiale du groupe coréen Korea télécom. Ensuite viennent la marocaine Maroc Télécom et le groupe indien Bharti Airtel. 

Selon le communiqué du ministre des Postes et télécommunications, la commission mise en place pour  analyser ces offres a sept jours pour rendre la copie de son rapport. Ce qui veut dire que dès lundi prochain, le Minpostel aura sur sa table les conclusions des membres de cette commission. Normalement, le comité de pilotage devrait de nouveau siéger pour valider ledit rapport de la commission d’analyses des offres. A la suite de cela, un communiqué sera rendu public pour dévoiler le nom du troisième opérateur. Dans tous les cas, « d’ici la fin du mois de novembre, on pourrait bien avancer », nous indique une source au Minpostel. 

De gros calibres 

Pour l’heure, le pays ne compte que deux opérateurs de téléphonie mobile : Mtn Cameroon (leader avec plus de 7 millions d’abonnés) et Orange Cameroun (environ 6 millions). Quel que soit le nouvel opérateur choisi, ces deux entreprises doivent déjà s’attendre à une rude concurrence. Bharti Airtel est le premier opérateur de téléphonie mobile en Inde et comptait 125 millions d’abonnés en 2009 (soit 25% des parts de marché). Créé en 1976 pour fabriquer des bicyclettes, c’est aujourd’hui un groupe d’entreprises de classe mondiale dans les télécommunications, les services financiers, le commerce de détail et l’alimentation. 

Maroc Télécom est en réalité une filiale du groupe français Vivendi depuis 2001. Au mois de juin 2012, l’entreprise avait un parc mobile s’établissant à 17,4 millions de clients dans le royaume. Mais, elle ne fait pas que dans la téléphonie mobile. Son parc Internet mobile 3G était évalué à 1,4 millions et lui permettait de confirmer son leadership au Maroc. Dans ce segment, l’entreprise enregistre des parts de marché de l’ordre de 44,3%. 

Les deux autres concurrents, camerounais, sont moins connus. Dans tous les cas, nous indiquent nos sources, il n’est pas exclu que ces entreprises aient été créées uniquement pour concourir. Ce qu’il faudrait savoir c’est que leurs maisons-mères respectives comptent parmi les gros calibres en matière de télécommunications dans leurs pays. Korea Telecom (Technologie et système d’information) est une compagnie sud-coréenne de fournisseur d’accès Internet, opérateur de téléphonie mobile et installateur de réseau de télécommunication. Elle possède actuellement une part importante de marché en Corée du Sud.

Quant à la Vietnamienne Viettel Group, c’est le 4e opérateur de téléphonie à être créé au Vietnam, après Mobifone, Vinafone et S-Fone. A ce jour, sa progression est phénoménale puisqu’elle vient en tête en totalisant à elle seule 40,3% des parts de marché, après seulement 8 ans d’existence. Quoi qu’il en soit, on saura très bientôt qui sera désigné, avec l’espoir nourri des Camerounais de voir davantage les coûts de téléphonie mobile (déjà assez abordables) et autres prestations Internet baisser. 

Alain NOAH AWANA 

 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE