14/11/2012 14:54:00
Hollande n'est clair que sur un point: envahir la Syrie, par Pierre Dortiguier
Lors de la conférence de presse du Président de la République française où l’intérieur a pris plus de place que les problèmes de « politique extérieure, ont été évitées..., l’astuce de Hollande est de séparer la responsabilité qu’il assume de la capacité de décider qu’il laisse à son gouvernement, à l’opinion publique même, et –en bon esprit maçonnisé (comme dans sa réponse au projet du mariage « pour tous ») – à l’évolution de la morale !
IRIB
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

François Hollande lors de sa conférence de presse à l'Elysée. (CHESNOT/SIPA)
IRIB-Toutes les questions posées au Président de la République française,..

.... dans sa conférence de presse où l’intérieur a pris plus de place que les problèmes de « politique extérieure, ont été évitées ! Que ce soit sur les propos burlesques tenus par son ministre de l’intérieur accusant au Parlement la droite d’avoir introduit le terrorisme dans le pays ; ou sur l’attitude envers le nucléaire, l’austérité,  la restructuration de la dette, le délai à imposer à la Grèce pour que son état de non paiement ne refuse à ce pays les 32 milliards qu’elle attend, le droit de vote étranger aux élections municipales, le vague l’emporte ! Et l’astuce de Hollande est de séparer la responsabilité qu’il assume de la capacité de décider qu’il laisse à son gouvernement, à l’opinion publique même, et –en bon esprit maçonnisé (comme dans sa réponse au projet du mariage « pour tous ») – à l’évolution de la morale !

Mais tous les journalistes se sont aperçus qu’il ne pouvait saisir ce que c’était qu’une question ! le sort de la militante basque aussi ne lui a pas permis de s’affirmer comme une personnalité qui a son opinion, sa limite et donc la capacité ou d’être réfuté ou d’avoir raison !

Personne du reste ne croit pas au contrôle fortuit de la jeune femme Aurore Martin,  remise entre les mains de la justice espagnole. Mais Hollande nous rappelle que l’Espagne est une démocratie. Bref, sur ce point comme sur d’autres, le Président se cache derrière les colonnes du temple de la justice, mais ne veut pas prendre la place d’un juge ; car il reste à la hauteur de l’inatteignable. Ne comptez pas sur lui pour qu’il expose au peuple français les critiques allemandes et les objections qu’il  peut  proposer !  il appartient au peuple de Descartes, mais n’imite pas le philosophe dans sa capacité de réponse aux objections !

Demander à l’un des rares chefs d’Etat à avoir participé au sommet asiatique de Vientiane – il ne donnera point sa stratégie ; l’on sait qu’il a rencontré le premier ministre chinois, nous savons qu’il ira en Chine, mais rien ne filtre sur ce qu’il entend apporter ou recevoir de l’Asie.

Il reste dans l’abstrait mais rien de concret ne filtre de ses paroles !

Quand à l’attitude à adopter sur la reconnaissance d’un Etat palestinien, l’indépendance de la France dans l’OTAN,  sur le soutien au Mali, et généralement  les erreurs commises et reconnues par lui, la même indécision s’observe. Cet homme n’affronte rien de front.

De toute façon, la France comme Hollande, n’intervient pas directement, elle n’agit que par intermédiaire, car elle est respectueuse du droit d’autrui !

Le grotesque est porté au comble quand il clame qu’il suffirait que les terroristes se retirent du nord-Mali pour que le problème soit révolu !

Et, pour revenir à la question palestinienne, la France hollandiste  prêchera la prudence, car les USA pourraient être contrariés, et cette considération doit l’emporter  sur les droits du peuple ; la Palestine n’est pas la Syrie ! la première est victime de l’entité sioniste, l’auttre son adversaire ! là est la différence que la subtilité seule peut saisir !

Soulignons cependant une certitude : il n’est pas question d’un retrait de l’OTAN ! un poisson ne sort pas de l’eau !

Lui demander  des précisions est la dernière chose à faire pour un journaliste ! Il faudra attendre le jugement dernier pour que ses arrière-pensée apparaissent..sauf sur un point : celui de l’attaque de la Syrie.
La France reconnaît la commission de Doha pour gouvernement provisoire de la Syrie, alors qu'aucun Etat arabe ne s'en avise car il en sait la fragilité et l'impopularité en Syrie même ; le peuple syrien est tout entier dans l’esprit de Hollande, quand il attribue une légitimité au nouveau regroupement des opposants syriens. Le reste est »le régime de M. Assad ». Il faut un territoire à ce gouvernement, et les « régions libérées » par les terroristes   serviront d’appui aux livraisons d’armes à laquelle la France est prête. 

Il faut noter que l’intransigeance anti-syrienne lui permet de présenter la Russie comme l’obstacle, le seul, précise-t-il, à l’invasion de la Syrie, savoir à une application de la méthode appliquée en Libye. Cela n’exclue pas la Chine et d’autres nations mais permet de préparer l’opinion publique à une mise à l’index de l’empêcheur  faite aux  interventionnistes de tourner en rond !

La certitude de l’auditeur est que la France est prête militairement et  politiquement à faire campagne. Ceci est d’autant plus facile à exprimer, pour le président, que justement il n’a pas de décision à prendre. Celle-ci est  déjà prise par ses supérieurs, ceux de cet OTAN dont il ne saurait partir, car sans cette organisation il n’est plus rien.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE