15/11/2012 14:39:18
Chine: le Congrès du PCC a élu les nouveaux dirigeants du parti et du pays
Xi Jinping est devenu le nouveau leader du Parti communiste chinois. Dans 6 mois, il sera également nommé président de la RPC. Li Keqiang sera premier ministre. Tel est le bilan du 18e Congrès du PCC.
ruvr
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Си Цзиньпинь Си Цзиньпин зампредседатель КНР Китай

Le 18e Congrès du Parti communiste chinois (PCC) vient de se terminer à Pékin. Il a élu les nouveaux membres du Comité permanent du Bureau politique du PCC. Il s’agit des leaders du parti communiste qui dirigeront la Chine pendant les 10 prochaines années. Xi Jinping a été élu au plus haut poste politique du pays – celui du secrétaire général du Parti communiste chinois. Li Keqiang sera le deuxième homme politique de la Chine. En outre, le nombre de sièges au Comité permanent a été réduit de 9 à 7. Konstantin Kokarev, le directeur adjoint de la recherche à l'Institut russe d'études stratégiques commente cette nomination.

« Si auparavant, on nommait à ce comité des figures politiques expérimentées qui avaient une riche expérience révolutionnaire, ou des personnalités souhaitées par les membres influents du Parti communiste chinois, cette fois ce sont des acteurs peu connues de la gent politique qui ont été nommés au Comité permanent du bureau politique du PCC. Ils ont gravi tous les échelons de la hiérarchie ».

La nouvelle composition du Comité permanent du Bureau politique a été présentée aux journalistes dans le hall Est du Palais de l’Assemblée du peuple (parlement chinois) à Pékin. C’est ici que le camarade Xi a fait son premier discours après son élection au poste de secrétaire général. Il a évoqué les défis que la Chine et le PCC placé sous sa direction doivent relever. Le discours de Xi Jinping avait pour fil conducteur le motif de la renaissance de la nation chinoise. Le nouveau leader chinois a également évoqué le thème de l’amélioration des conditions de vie des simples citoyens et la situation écologique du pays. Le nouveau leader chinois a également abordé les problèmes qui subsistent à l’intérieur du parti – la bureaucratie, le formalisme et la corruption. Tous les experts sont persuadés que le parti doit être reformé. Toutefois, à en juger par l’organisation de ce Congrès du PCC, on peut conclure que le parti n’est pas prêt résoudre ces problèmes, estime le rédacteur en chef adjoint du magazine VlastAlexandre Gabuev, qui a également assisté au Congrès du PCC précédent.

« En principe, ce Congrès ne diffère pas du congrès précédent : le même rouge partout et les mêmes députés ternes et ennuyeux. Les discours étaient même plus longs et plus emphatiques, car le camarade Hu Jintao quitte son poste et prend sa retraite. Avant de partir, il voulait immortaliser sa place dans l’histoire de la Chine et faire avancer sa « théorie du développement international ». On a entendu résonner la même Internationale. Peut-être que les participants au congrès étaient un peu plus anxieux que d’habitude ».

Xi Jinping semble différent des autres dirigeants chinois. Dans son discours, il était confiant, souriait beaucoup, ressemblant plus à un homme politique occidental qu’au futur dirigeant du PCC. L’avenir dira s’il sera à la hauteur des espoirs de ceux qui attendent de lui des réformes politiques. Comme le veut la tradition, le nouveau dirigeant chinois entame sa prise de fonctions en poursuivant d’abord la politique de son prédécesseur. Et ce n’est qu’après cette phase qu’il commencera à mettre en œuvre son propre programme politique. 

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE