20/11/2012 04:21:29
Cameroun. Des manifestants tentent de séquestrer le gouverneur du Sud-Ouest
Un groupuscule de personnes, se revendiquant de l’Ong Struggle to economise the future (Sefe), a voulu empêcher le patron de la région du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilaï, d’accéder à la cérémonie d’installation du nouveau préfet du Ndian, mercredi 14 novembre 2012.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Buea

Un groupuscule de personnes, se revendiquant de l’Ong Struggle to economise the future (Sefe), a voulu empêcher le patron de la région du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilaï, d’accéder à la cérémonie d’installation du nouveau préfet du Ndian, mercredi 14 novembre 2012.

Mundemba. Chef-lieu du département du Ndian dans la région du Sud-ouest a été le théâtre d’une agitation inhabituelle. Un groupuscule de personnes vêtues de T-shirts verts, pancartes en mains, a voulu empêcher le gouverneur de la région du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilai, de présider la cérémonie d’installation du préfet du Ndian, mercredi 14 novembre 2012. Ces manifestants se revendiquant de l’Ong dénommée «Struggle to economize the future», (Sefe) voulaient signifier aux autorités camerounaises leur opposition au projet d’implantation de Herakles Farms à Mundemba.

Informées, les forces de l’ordre ont effectué une descente musclée non loin du siège de cette Ong. Au bout du rouleau, Nasako Besingi, directeur de l’Organisation non gouvernementale Struggle to economize the future (Sefe), et  ses collaborateurs ont été placés en garde à vue. Après exploitation par les fins limiers de la brigade de gendarmerie de Mundemba, les prévenus ont recouvré leur liberté, vendredi  16 novembre 2012, après qu’ils ont présenté des garanties à se mettre à la disposition de la Justice en cas de besoin. Selon des sources bien informées, des messages sur des pancartes ont été plus qu’éloquents et ont permis de comprendre les mobiles de la démarche de l’Ong Sefe : «Le gouvernement a vendu nos terres» ; «Herakles Farms détruit l’environnement». 

Le sous-préfet de l’arrondissement de Mundemba, Awounfac Alienou Yves Bertrand, administrateur civil principal a rencontré dimanche 18 novembre 2012 la presse pour apporter des  clarifications au sujet de cette revendication intempestive. “Le Sefe a instrumentalisé des femmes, des jeunes à qui des t-shirts ont été remis au motif de réserver un accueil chaleureux au gouverneur. D’ou la mobilisation de quelques personnes qui avaient l’intention de barrer la voie au gouverneur afin que ce dernier n’accède pas au lieu de la cérémonie d’installation du nouveau préfet. Nous n’avons pas reçu une quelconque déclaration de manifestation de la part de cette organisation.

Lorsque nous avons été informés de leur plan, nous avons donné des instructions pour que ces fauteurs de trouble soient mis hors d’état de nuire. Il s’agit d’une incitation à la révolte et de non respect aux autorités établies. Cinq personnes ont été arrêtées et d’autres ont pris la poudre d’escampette. Le commandant de brigade va poursuivre les enquêtes et nous envisageons que ces gens soient déferrées auprès du procureur de la République. C’est dire que la procédure va suivre son cours normal. En réalité, ce sont des affamés sponsorisés par des organisations internationales bien connues” a expliqué le chef-terre de Mundemba.

Actes de vandalisme

Cet administrateur civil, a indiqué que “nous n’avons jamais été saisis officiellement d’une quelconque revendication pour que ce jour, nous soyons en mesure de comprendre leurs motivations. Nous savons tout au moins que ces agitateurs ne veulent pas l’implantation de Herakles Farms à Mundemba alors que nous œuvrons pour sortir du sous-développement.  Il s’agit d’un groupe coutumier de nombreux actes de vandalisme qui veut absolument semer le désordre dans notre arrondissement. Nous n’allons pas faiblir face à ce genre d’agitateurs sans foi, ni loi.” A prévenu le sous-préfet de Mundemba. Dans le même temps, le Centre pour l’environnement et le développement (Ced) et le réseau pour la lutte contre la faim (Relufa) se sont indignés de ces arrestations et ont exigé la ibération immédiate des prévenus.

Alain NJIPOU

 

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE