21/11/2012 00:49:48
24 millions Fcfa. Le petit cadeau de Paul Biya au canton Bell
C'est la somme allouée par le chef de l’Etat à la famille régnante pour les obsèques de son Altesse royale. Des éclats de voix sur la destination finale de cette manne présidentielle.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

C'est la somme allouée par le chef de l’Etat à la famille régnante pour les obsèques de son Altesse royale. Des éclats de voix sur la destination finale de cette manne présidentielle.

Vingt quatre millions Fcfa. C’est la somme remise vendredi 16 novembre 2012 à la famille Manga du canton Bell, par Paul Biya, président de la République du Cameroun. Car informé du départ de Son altesse royale le Prince René Douala Manga Bell pour les prairies célestes de Manitou, Paul Biya n’est pas resté insensible et aurait, selon des sources crédibles, dépêché un émissaire du cabinet civil de la présidence pour remettre ladite somme à Jean-Yves Eboumbou, 2è fils du défunt chef et candidat déclaré à la succession.

En dehors de Paul Biya qui a inauguré le bal des donations, la solidarité gouvernementale aurait également cotisé la rondelette somme de dix millions (10.000.000) Fcfa, argent également remis à Jean-Yves Eboumbou. «Ces trente quatre millions (34.000.000) Fcfa ont été remis en mains propres au Prince Jean-Yves (Eboumbou, Ndlr). Il nous a présentés les reçus de décharge samedi dernier. Pendant la réunion de famille élargie, il a promis que d’autres fonds vont arriver venant aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur du Cameroun», dit un notable du canton Bell sous anonymat. Si cet argent se présente comme une bouffée d’oxygène et une reconnaissance des pouvoirs publics à l’endroit du Prince Bell, il est également source d’éclats de voix et de conflits, car «il a seulement présenté les reçus alors que c’est l’argent frais et liquide qui nous intéresse. Il faut qu’il dépose cet argent sur la table pour une bonne gouvernance de la part d’un homme qui postule au commandement traditionnel», poursuit notre interlocuteur. 

Si certaines élites du canton comparent la veuve du chef à Agrippine qui veut imposer son fils comme ce fut le cas de Néron dans les classiques romains, d’autres pensent qu’il est l’homme de la situation. «Pourquoi c’est à Jean-Yves que le chef de l’Etat et les autres ministres ont remis de l’argent ? Pourquoi le sultan roi des Bamoun s’est déplacé pour s’entretenir avec le fils du défunt chef si ce n’est pour donner sa caution morale au candidat à la chefferie ? Pourquoi tout tourne autour de sa personne? Nous invitons nos frères et sœurs à savoir décrypter les signes», dit un notable du canton Bell.

En attendant la date des obsèques officielles, les premiers travaux sont engagés à la chefferie supérieure, située entre la direction générale des Brasseries du Cameroun et le parc des princes de Bali. Plus que jamais, les regards sont tournés vers le canton Bell qui doit non seulement offrir au défunt chef supérieur des obsèques à la dimension de sa personne, mais également une succession sans césarienne.

Focal. Les obsèques du 10 au 16 décembre

Les obsèques officielles de Son altesse royale se dérouleront du 10 au 16 décembre 2012. C’est ce qui ressort de la dernière réunion tenue samedi dernier. Au programme, veillées, prières, procession, conférence… et d’autres cérémonies nouvelles. Sont attendus en dehors du représentant du chef de l’Etat (Laurent Esso, selon certaines indiscrétions), des membres du gouvernement, une forte délégation des chefs traditionnels et de nombreux invités.

Etame Kouoh

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE