26/11/2012 02:27:12
Que se passe-t-il vraiment en RDC?
La RDC pour les nuls
Jolpress
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Rebelles M23

À Goma, riche capitale du Nord-Kivu, les rebelles du M23 sont entrés dans la ville et ont pris le contrôle du territoire. Alors qu’un calme relatif régnait dans la région, les rebelles tutsis reprennent l’offensive contre l’armée régulière. Explications d’une situation complexe.

Alors qu’un calme relatif était revenu dans la région du Kivu, l’offensive menée par des rebelles du M23 depuis mercredi 14 novembre ravive des tensions qui affectent désormais aussi Goma, capitale régionale du Nord-Kivu.

Sur place, deux forces s’affrontent, dans une zone qui demeure le théâtre de conflits meurtriers depuis une vingtaine d’années. Les générations se succèdent et les conflits restent les mêmes.

Sur cette petite région, qui ne représente qu’un faible pourcentage du territoire de la République démocratique du Congo, de multiples enjeux se mêlent et pourraient bien faire retomber la province dans un bain de sang.


Que s’est-il passé à Goma ?

Quasiment sans violence, les rebelles du M23 ont pris possession de la capitale régionale du Nord-Kivu après plusieurs semaines de calme. Quelques jours auparavant, alors que ces derniers entamaient leur offensive, ils affirmaient qu’ils n’entreraient dans Goma que si l’armée menait à son tour une offensive.

Qui s’affronte sur place ?

Les membres du Mouvement du 23 mars (M23), rébellion initiée par le Rwanda, et principalement composée de Tutsis, ont lancé une offensive contre l’armée congolaise (FARDC).

À l’origine du problème, un accord signé le 23 mars 2009. Ce jour-là, le président congolais Joseph Kabila a mis fin à de violents conflits et a promis d’intégrer les rebelles tutsis à l’armée régulière. Or ces soldats ont refusé de se voir affecté hors du Kivu.

Joseph Kabila, qui estime que le Rwanda manipule ces hommes de manière à garder une autorité sur le Kivu, autorité qu’il a eue pendant longtemps, a refusé catégoriquement.

C’est ainsi que les rebelles du M23 ont accusé Joseph Kabila de ne pas respecter les termes de l’accord initial.

Que cherchent les acteurs du conflit ?

Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo depuis l’assassinat de son père le 16 janvier 2001, se pose en défenseur de l’unité de son territoire et de l’appartenance du Kivu à la RDC. Le Kivu est une des régions les plus riches du pays, pillée depuis plusieurs années par les puissances étrangères.

Paul Kagamé, président rwandais, cherche à tout prix à conserver une autorité qui lui a été accordée il y a plusieurs années sur le Kivu. Son territoire est trop petit, sa population trop dense et le Kivu est une source de richesse incalculable pour lui. Derrière cet enjeu économique, Paul Kagamé cherche, à travers ses manoeuvres, à créer une zone autonome qui serait sous son contrôle.

Qu’y-a-t-il au Nord-Kivu ?

Le Nord-Kivu se situe à l’est de la République démocratique du Congo. Cette région se situe à la frontière de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi et de la Tanzanie.

Sa situation géographique en fait une région très convoitée qui est régulièrement le théâtre de violents conflits.

Éloignée de la capitale, Kinshasa, le Nord-Kivu est orienté vers l’est de l’Afrique. De l’autre côté de la frontière, les pays surpeuplés du Rwanda et du Burundi sont attirés par cette région riche en minerais et en potentiel agricole.

De fait, si l’histoire du Kivu est complexe et riche de nombreux rebondissements, les scénarios ont tendance à se répéter et, aujourd’hui comme hier, le Nord-Kivu congolais est sous le coup d’une tentative de prise de contrôle par des forces dirigées par l’ennemi et voisin rwandais.

Le minuscule Rwanda, dont la population dépasse les capacités d’accueil de sa superficie, déborde naturellement vers l’ouest, une région riche en ressources minières, or, coltan, cassitérite, mais également en pétrole.

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE