28/10/2009 15:02:47
Le Cameroun et le Congo médias tirés
Un journal congolais a publié un dossier d’où il ressort des accusations de complicité de diffamation à l’encontre du président camerounais
Le journal du Cameroun
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Une histoire bien étrange
Paul Biya complice de propos malveillant à l’encontre de son homologue Denis Sassou Nguesso du Congo, c’est ce qui semble ressortir du dossier spécial sur le Cameroun publié par l’hebdomadaire congolais le Choc. Les affirmations qui ressortent du dossier sont assez spéciales. Selon l’hebdomadaire le choc, le président camerounais aurait financé à hauteur de près de 975 millions de Francs CFA la parution d’un livre produit par la diaspora congolaise, dans le quel de sérieux griefs seraient fait à l’encontre du président congolais. Un article du magazine panafricain Afrique éducation dirigé par le Paul Tedga et paru au mois d’octobre dernier est à l’origine des hostilités.

Biya accusé de complicité de diffamation
Selon l’hebdomadaire le Choc, l’histoire débute en 2007. Paul Biya aurait dépêché un de ses émissaires, travaillant à la présidence de la république rencontrer le journaliste camerounais Paul Tedga et lui présenter le projet de sortir un livre accablant sur le président Denis Sassou Nguesso, affirme Hauloury Bengoubi, un des rédacteurs du dossier. Il affirme que le marché est conclu entre Tedga et les trois Congolais. Le compte rendu est fidèlement fait au président Paul Biya qui expédie la logistique, une somme de neuf cent soixante quinze millions FCFA. Le Choc ajoute que le président camerounais est tenu informé jour après jour, semaine après semaine, jusqu’à la sortie du livre : Les premiers exemplaires lui sont parvenus. A en croire le journal congolais, d’autres supports de promotion sont mis à contribution : Dans les publications d’Afrique Magazine n°285-286 du mois d’octobre 2009, il y consacre des pages de promotion. Le journaliste congolais annonce d’autres précisions sur cette affaire dans l’hypothèse d’une de réplique de Jean-Paul Tedga.

 

                                                                        © lechoc.info
                                                   Le Choc titre sur le dossier "spécial Cameroun"

Dérives inexplicables
Le reste du dossier est assez confus et ressemble plus à une manifestation de colère. Les journalistes du Choc ont semblé rivalisé en injures à l’encontre des camerounais et surtout de son dirigeant et de sa famille. Les autorités camerounaises sont restées étrangement muettes sur le sujet. Pourtant elles ne peuvent pas affirmer ne pas être au courant de l’information. Coté congolais le directeur de publication du journal ne semble pas avoir été inquiété, chose assez étrange. Il y a un mois lorsque l’ambassade du Congo au Cameroun avait saisi les autorités camerounaises sur les dérives d’une radio de la capitale Yaoundé sur la vie politique au Congo, les autorités camerounaises ont procédé à la fermeture de cette radio.


Une probable guerre de réseaux
La question reste de savoir quels seraient les dessous d’une telle liberté de ton. Selon certaines sources jointes au Congo, le directeur de publication de l’hebdomadaire le Choc, Asie Dominique de Marseille est officiellement à la solde du président congolais, au point où celui-ci n’effectuerait aucun de ses voyages sans lui dans sa délégation officielle. L’acharnement pris pour riposter contrer Jean Paul Tedga, est le même qu’il utilise face à n’importe quelle autre atteinte à l’image de Denis Sassou Nguesso. Acharnement qui selon certains le pousse à commettre des erreurs journalistiques. Dans la démarche qui a guidé la rédaction du dossier, la tendance à l’injure a pris le dessus sur l’établissement des faits. Entre les lignes, on peut tout de même lire que le camerounais Tedga se liguerait contre le régime de Sassou Nguesso en raison d’une facture qu’on aurait refusé de lui payer. Dans le même temps, le mystérieux émissaire porteur de la mallette d’argent n’a pas été cité. Le dossier se voulait pourtant un déballage de scandale.

Les réactions attendues
Jusqu’à présent nous n’avons pu joindre les deux rédacteurs en chef pour recueillir leurs avis. Coté camerounais. La réaction se fait sous silence. Joseph Janvier Mvoto Obounou le directeur en charge des médias privés au ministère camerounais de la communication a produit un début de réaction, rappelant en substance que le duel entre le Congo et le Cameroun ne saurait et ne pourrait avoir lieu. Dans ses développements sur le sujet, le quotidien le jour rapporte que l’ambassadeur du Cameroun à Brazzaville, Komidor Njumoluh a été appelé en consultation à Yaoundé. Aucune réaction de la présidence camerounaise.

Idriss Linge

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE