27/11/2012 03:18:25
Yaoundé. Elle trouve la mort après avoir allaité un chat
Pendant longtemps, des bruits ont circulé à Yaoundé à propos du sein d’une femme qui se suce à 50 Fcfa. Cette fois, c’est une affaire d’un sein qui s’est sucé à 400 000 Fcfa, avec à la clé, une mort mystique.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

YaoundePendant longtemps, des bruits ont circulé à Yaoundé à propos du sein d’une femme qui se suce à 50 Fcfa. Cette fois, c’est une affaire d’un sein qui s’est sucé à 400 000 Fcfa, avec à la clé, une mort mystique.

Selon cette histoire relayée par certains confrères, la jeune Ada, âgée de 15 ans, trouve mystérieusement la mort samedi 24 novembre 2012, après avoir allaité un chat. Vendredi la veille, alors qu’elle se rend à l’école, elle est approchée par un monsieur, à bord d’une « grosse cylindrée » de marque Toyota VX, qui l’invite gentiment à la déposer à son établissement. Tentée, l’adolescente cède. C’est ainsi que, chemin faisant, le chat du monsieur, transporté à bord du même véhicule, se met à miauler.

Sans embarras, ce dernier demande à la jeune fille d’allaiter son chat, afin de le calmer. Seul argument développée par la gamine, « mon sein ne coule pas encore », rapporte des proches de la famille plus tard. A cours d’arguments, l’ignoble monsieur propose à l’adolescente, la somme de 800 000 Fcfa pour l’y encourager. Soit 400 000 Fcfa pour chaque sein. Jamais, de toute sa vie, elle n’avait entendue parlée d’autant d’argent. Raison pour laquelle, elle accepte et reçoit en retour, la somme promise. Seulement, une fois parvenue à l’école, elle est victime de démangeaison au bout de chaque sein.

De retour chez elle, les démangeaisons ne cesseront pas. Effrayée, elle décide d’en parler à sa mère qui la conduit à l’hôpital. Les médecins ne décèlent aucune anomalie, pourtant, les démangeaisons continuent et les seins de la jeune fille commencent à enfler et deviennent de plus en plus douloureux. Sentant sa fin proche, la demoiselle s’est mise à raconter son histoire à qui voulait bien l’entendre. Plus tard dans la soirée, elle a rendu l’âme sous les regards impuissants du corps médical, se plaignant d’atroces douleurs. L’homme au chat est demeuré introuvable...du moins jusque-là !


Florette MANEDONG

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE