28/11/2012 03:04:31
Lettre ouverte à Fame Ndongo, Ministre de l'Enseignement Supérieur
Nous étudiants de la bourse de coopération Sino-Camerounaise venons faire part de notre inquiétude sur le non-paiement de nos complément de bourse.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Nous étudiants de la bourse de coopération Sino-Camerounaise venons faire part de notre inquiétude sur le non-paiement de nos complément de bourse.

Monsieur le Ministre c’est déjà plus de 5 ans que cette situation perdure et devient routinière, nous devons passer par des lettres de supplication, pour obtenir ce que nous pensons légitime. 13 (treize) mois, Octobre 2011- Novembre 2012, nous séparent déjà du dernier paiement des compléments de bourses, les étudiants de la promotion 2011/2012 n’ont jamais reçu les compléments de bourses. Cette longue période d’attente a complètement épuisés le peu de réserve qu’on avait, nous constatons que rien n’a été fait pour remédier à la situation alors la misère s’installe progressivement au niveau de la communauté estudiantine.

Nous nous demandons, si ce problème de paiement des bourses relève juste d’un oubli perpétuel, d’un manque de volonté ou tout simplement d’un manque de considération envers la communauté estudiantine boursière du
gouvernement en terre chinoise, de la part de ceux qui participent à l’exécution de cette dépense, pour satisfaire cette attente bien légitime et surtout importante pour le bon déroulement de nos études.

Les justificatifs tacites souvent parvenus à nous sous un habillage de priorités budgétaires, quota limité, lenteur administrative et autres, sont-ils devenus des normes dans notre pays? Nous croyons pourtant savoir que ces compléments de bourse relèvent d’un texte voté et agréé dans les prévisions budgétaires de l’Etat chaque année. Leur paiement ne saurait donc être considéré comme un encombrement de notre part, encore moins une intrusion dans le budget de l’Etat et qui ne nécessite aucun traitement d’urgence.

Voyez-vous Excellence, sans vouloir nous lancer dans des polémiques et comparaisons aveugles, des pays africains bien moins lotis économiquement que le Cameroun payent les compléments de bourses à leurs étudiants - souvent bien plus nombreux, avec une régularité qui nous laisse sans voix. Nous nous permettons de croire que notre pays le Cameroun n’est pas le prototype des lenteurs administratives et que les tensions de trésorerie ne sont pas une exception seulement de chez nous. Etudiants de la Bourse de Coopération Sino-Camerounaise Etudiants de la Bourse de Coopération Sino-Camerounaise

Monsieur, nous continuons de croire à votre dévouement pour notre juste cause et faisons toujours confiance à vous, mais votre silence ne favorise pas notre patience.

Excellence Monsieur le Ministre, nous vous prions d’accepter par la même correspondance l’espérance de notre plus profond respect et nos salutations les plus distinguées.

Etudiants de la Bourse de Coopération Sino-Camerounaise

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE