03/12/2012 06:26:25
Marché Central. Une dizaine de boutiques brûlent à Yaoundé
L’incendie qui s’est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche 2 décembre 2012, a consumé le contenu de près de 10 boutiques.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L’incendie qui s’est déclaré dans la nuit de samedi à dimanche 2 décembre 2012, a consumé le contenu de près de 10 boutiques.

Aux environs de 13h, hier dimanche 2 décembre 2012, une ambiance tout à fait particulière régnait encore au marché Central de Yaoundé. Alors qu’à l’accoutumée, cet espace marchand est bel et bien fermé les dimanches, on a observé une effervescence inhabituelle. Seuls quelques commerçants ayant leurs boutiques à l’extérieur des grilles se font souvent un plaisir de vendre leurs marchandises ce jour où la clientèle est moins importante.

Seulement, hier, au nouveau complexe commercial, récemment construit par la Communauté urbaine de Yaoundé, une vingtaine d’hommes s’activent autour d’une boutique. En se rapprochant, l’on peut se rendre compte de ce qu’elle fume encore. Affolés, les commerçants se demandent ce qui peut être à l’origine de cet incendie. Seraient-ce encore des flammes mal éteintes la veille ? S’interroge-t-on non sans se jeter dans le feu de l’action. Un hic, il n’y a pas d’eau dans le marché. Les uns et les autres se bousculent. Pendant que d’aucuns s’empressent à contacter illico les propriétaires des boutiques où l’incendie semble vouloir faire sa loi, certains insistent pour que ces derniers viennent munis de bonbonnes d’eau. Des suggestions allant dans le sens de casser des boutiques d’où s’échappe la fumée, fusent.

Sur le toit, des hommes armées de marteaux et autres arraches clous, s’activent à éventrer d’autres boutiques. Des marchands alertés accourent, se lamentent sur leurs sorts. Autour d’eux, jonchent sur le sol, des morceaux de papiers, des débris de plastiques léchés par les flammes, des ordinateurs brûlés et autres téléphones calcinés. Selon un commerçant arrivé sur les lieux assez tôt, « l’incendie a été déclaré aux environs de une heure du matin. C’est l’un des vigils du marché, « commando », qui s’est aperçu de ce que, dans la boutique F5, il y avait comme des étincelles. Tout de suite, il a appelé le propriétaire de la boutique qui tardait à arriver. Il a ensuite appelé le 118, mais, ceux-ci aussi, n’arrivaient pas. Il a alors entrepris d’aller les chercher et en revenant, les dégâts étaient déjà assez considérables. Ils ont donc éteint le feu, la policé est également descendue sur les lieux, pour sécuriser le périmètre. Mais, cela n’a pas empêché qu’on enregistre des cas de vols ».

Cas de vols

Pour ce commerçant, ce sont les pompiers arrivés plus tard, qui sont à l’origine de ce coup de vols (un Samsung Galaxie tab et des appareils photos qui étaient conservés dans une caisse métallique. La caisse n’a pas brûlée, mais, elle est ouverte et les objets qu’elles contenaient n’y sont plus). Même si personne ne peut encore dire avec exactitude ce qui est à l’origine des flammes, tous s’accordent cependant sur le fait que le feu est parti de la boutique F5, une papeterie.

Le feu a aussi brûlé, un centre multimédia où on vendait également des téléphones et leurs accessoires (boutique F4), la papeterie F5, les boutiques F6 et F7 encore fermées. De l’autre côté, en plus des salons de coiffures F12 et 13 qui ont pris feu, les boutiques F11, 14 et 15 ont aussi subit la colère des flammes. C’est d’ailleurs sur le toit de cette dernière boutique que s’activent tant de personnes. Lorsque nous quittions les lieux, les commerçants et autres s’activaient, à leur corps défendant à stopper la progression des flammes.

Florette MANEDONG

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE